La reine clandestine, un récit épique et historique vu par les femmes : c’est le coup de cœur de Jeremy !

Le roman historique La reine clandestine de Philippa Gregory nous plonge dans l’univers médiéval de la Guerre des Deux Roses autour de la vie d’une reine d’Angleterre assez méconnue du grand public.

De l’historienne à la romancière à succès

Philippa Gregory est née au Kenya en 1954, mais a été élevée à Cardiff au Pays de Galles. Elle a étudié l’Histoire à l’Université du Sussex avant d’obtenir un doctorat de littérature britannique à l’Université d’Edimbourg tout en travaillant pour la radio de la BBC et en écrivant son premier roman Wideacre. Elle a ensuite enseigné à l’Université de Durham, l’Université du Teeside et à l’Open University.

Philippa Gregory est devenue par la suite une romancière historique à succès en écrivant sur plusieurs périodes différentes. Elle est notamment célèbre pour sa série sur le XVIe siècle et l’Angleterre des Tudor qui comprend le roman devenu un Best Seller dans de nombreux pays : Deux Soeur pour un Roi, qui a été adapté plusieurs fois au cinéma et à la télévision, une fois par la BBC, sous la direction de Philippa Lowthorpe, avec Jodhi May (Le Dernier des Mohicans, Game of Thrones) et une autre fois en 2008 dans le film à succès de Justin Chadwick avec Natalie Portman (Star Wars, Black Swan) Scarlett Johansson (Avengers, Lost in Translation) et Eric Bana (La chute du faucon noir, Star Trek).

la-reine-clandestine-philippa-gregory_3993611-M

Une femme qui remet les femmes au centre de l’Histoire

La plupart des romans de Philippa Gregory sont écrits à la première personne et prennent la forme d’une sorte de journal avec les dates et les lieux de l’action au début de chaque chapitre. L’action est donc vécue selon le point de vue du personnage principal ce qui est vraiment extrêmement immersif et rend la lecture agréable. Le style de l’auteur est très plaisant et assez direct.

Dans ses ouvrages Philippa Gregory se consacre toujours aux femmes, ce qui est une très bonne chose car à des époques comme le Moyen Age ou la Renaissance elles sont parfois vues comme des personnages secondaires ou marginaux. Se concentrer sur les femmes permet au contraire de mettre en avant le rôle des femmes dans l’Histoire qu’il soit dans l’ombre ou en pleine lumière et leurs influences sur les monarques ou leurs contemporains. Par exemple Henry VIII aurait-il créé l’Eglise Anglicane sans l’influence d’Anne Boleyn? Ce roi serait-il aussi célèbre sans les destins tragiques de ses six femmes?

La mise en avant d’une période et d’une reine méconnue

Pour ce roman, Philippa Gregory s’éloigne de sa période de prédilection et des Tudor pour écrire sur une période antérieure de la fin du Moyen Age qui n’est pas forcément très célèbre en France, la Guerre des Deux Roses. C’est en fait une série de guerres civiles qui couvre la période qui va de 1455 à 1485. Le nom des Deux Roses vient des emblèmes des deux maisons belligérantes, la rose rouge pour les Lancaster et la rose blanche pour les York. Ce nom a été donné à postériori et le nom de ce conflit est parfois la Guerre des Cousins.

L’action de ce roman commence en 1464 alors que le premier roi de la maison d’York est sur le trône depuis 1461 et qu’il a gagné la bataille de Towton. Il suit la vie d’Elisabeth Woodville, une femme de petite noblesse qui rencontre le roi Edward IV au détour d’une route. Le jeune roi tombe sous le charme de la jeune veuve et l’épouse secrètement. Un mariage qui sera très mal pris par la cour et qui conduit à la reprise des hostilités. Le roman porte le titre de reine clandestine à cause de ce mariage secret, mais aussi parce que cette souveraine va demander deux fois l’asile à l’abbaye de Westminster, une fois entre 1470 et 1471 à cause du retour d’Henry VI sur le trône et une autre fois pendant tout le règne de Richard III. A chaque fois elle prend ses enfants avec elle quand elle le peut. C’est grâce à son courage et à sa détermination qu’elle va réussir à survivre à cette époque troublée, mais aussi à poser les bases de la paix en Angleterre et de la fondation d’une nouvelle dynastie.

Il y a deux choses à regretter avec l’édition française Archi Poche. D’une part c’est le choix du titre, La Reine Clandestine correspond parfaitement, cependant le titre original de ce roman en anglais est The White Queen, (La Reine Blanche) et cela se comprend mieux avec le roman suivant de Philippa Gregory The Red Queen (La Reine Rouge) qui couvre exactement les mêmes années mais vues par Margaret Beaufort, un membre de la maison Lancaster. Les deux romans peuvent donc aussi se lire comme une opposition entre ses deux femmes. Les couleurs de ces deux reines viennent de la couleur des roses de leurs deux maisons. Il s’agit aussi d’une référence à l’œuvre de Lewis Carroll, De l’autre côté du miroir.

L’autre regret est la disparition des notes historiques qui se trouvent à la fin de l’édition anglaise et qui apporte plus de précisions historiques sur le sujet.

ElizabethWoodville
Une adaptation télévisuelle

La BBC a adapté plusieurs romans de la série sur la Guerre des Deux Roses et notamment la Reine Clandestine, dans une mini-série de dix épisodes avec Rebecca Ferguson (Mission: Impossible – Rogue Nation) dans le rôle-titre. La réception de la presse a été très mitigée notamment à cause de certaines approximations historiques, mais l’accueil du public a été très bon et on peut parler de succès d’audience avec une moyenne de 4.5 millions de spectateurs en Grande Bretagne et près d’un million aux USA. Malgré ce succès la série n’est pas encore arrivée en France et il reste à espérer que si le livre est un succès, une chaîne française diffusera la série.

Jeremy Young

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *