A Couzon, l’occultisme explique bien des choses et assombrit l’avenir de la France

Les 12 et 13 décembre 2014, à 21 h à la salle des fêtes de Couzon au Mont d’Or, se joue la deuxième création des Dragons Gradés, Le Cabinet Occulte, pièce écrite par Aymeric Raffin et mise en scène par Julien Philippe. Après le succès de Lilith, lauréate du prix Prodij cette année, cette troupe amateure avait à cœur de faire aussi bien et c’est réussi.

Une écriture déjantée

Déjantée, c’est le mot pour qualifier l’écriture d’Aymeric Raffin, Tout est inattendu ou presque… Tout se passe dans le cabinet de campagne de Marie-Chantal Foulette, candidate à la primaire du MRD (Mouvement pour une République Démocrate), donnée perdante dans tous les sondages. Ainsi la pièce s’ouvre sur la discussion entre le directeur de campagne et la responsable de communication qui veut sa place. Cette fan d’Harry Potter soumet l’idée de recourir à l’occultisme pour reprendre l’avantage dans les sondages. Jean-Jacques Josse lui explique alors qu’elle est malade et que si elle veut se livrer à ses expériences, libre à elle mais il ne l’aidera pas. Il est ignoble avec elle qui recrute donc des stagiaires, avec qui elle adopte la même attitude. Elle les méprise et les considère comme des moins que rien. Elle leur ordonne de potasser des livres sur l’occultisme pour faire perdre Aurélien De Taillac, le favori des sondages. Naît alors le Cabinet Occulte un sous-sol où 4 stagiaires vont découvrir la magie et tout ce qui va avec.

livres
Dans ce cabinet de campagne, tout le monde ou presque se déteste, à partir du moment où ils comprennent que la magie marche, tout explose ! Si au départ, le but était de faire des coups fourrés au candidat adverse, tous vont se servir de la magie à des fins personnelles et pour se détruire les uns les autres. Tous les candidats vont y recourir et ça va dégénérer pour notre plus grand plaisir. Des poupées vaudous, des amulettes, des chamans, des malédictions, tout arrive. A chaque sort jeté en répond un autre, et c’est la surenchère de la magie et de la bêtise. Des actions aussi drôles qu’inattendues viennent rythmer la pièce. Tout s’enchaîne très bien, Aymeric Raffin alterne le langage soutenu, courant, familier voire grossier avec habileté et talent pour nous livrer des répliques admirables : la directrice de campagne qui veut « maraver » la face du candidat rival, les stagiaires qui sont « au bout de leur life » tout est réuni pour créer un cocktail explosif et détonnant.
La fin est complètement inattendue et nous rappelle que la politique, tout comme Dallas, est un univers impitoyaaaaaaaable ! Mais au combien hilarant !

10422949_307046896157679_7438408990631783640_n

Délire et transe

La mise en scène est particulièrement intéressante. Elle sert le comique du texte de façon admirable. L’infantilisation, le dédain, l’arrogance, l’arrivisme tout est parfaitement dosé. Les comédiens sont plus que convaincants, ils font de ces caricatures politiques, des personnages à part entière. Comme nous le disions, les dialogues sont parfaitement calibrés et servis. Julien Philippe dirige très bien ses comédiens et se dirige magistralement lui-même en jouant le rôle d’un chamane en transe plus vrai que nature… un grand moment de fou rire.
Faire un huis-clos implique de ne jamais sortir du cabinet mais comment savoir si les sortilèges ont réussi ? L’équipe a trouvé l’idée de la radio et de la télévision pour montrer les effets de leur magie. Les reportages ou les flash infos video-projetés sont tout bonnement excellents. Les candidats et les journalistes sont plus vrais que nature et que dire de Thomas Davier qui joue le candidat Aurélien De Taillac victime de lapsus à répétition. Il faut une excellente diction pour réaliser cet exercice périlleux des lapsus et onomatopées en continu.

Il y a encore beaucoup à dire sur cette pièce qui m’a totalement convaincu et que je vous invite à voir, mais ce serait vous gâcher la surprise des sorts et des manigances. Voir chaque personnage perdre la tête petit à petit est juste savoureux et il faut tirer un coup de chapeau à toute l’équipe des Dragons Gradés, l’auteur, le metteur en scène, les comédiens, les maquilleuses, le compositeur, les régisseurs sons et lumières, les costumiers car cette troupe n’a vraiment d’amateur que le nom…

Un KissKissBankBank est disponible si vous souhaitez financer cette pièce qui le mérite vraiment…
Réservations possibles sur le site des Dragons Gradés

Jérémy Engler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *