À la rencontre d’Indianara

Découvert en avant-première à Lyon à l’occasion de la diffusion des films de l’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) au cinéma Le Comoedia en octobre dernier, le documentaire franco-brésilien Indianara sort en salle ce mercredi 27 novembre. La rédaction de l’Envolée Culturelle vous encourage vivement à aller le voir. (Image mise en avant : Indianara © Aude Chevalier-Baumel et Marcelo Barbosa)

Indianara © Aude Chevalier-Baumel et Marcelo Barbosa
Indianara © Aude Chevalier-Baumel et Marcelo Barbosa

« C’est notre corps, c’est notre choix »

Il y a des combats qui semblent ne jamais prendre fin. Celui pour l’égalité des droits et la liberté de disposer de son corps en est un. Dans ces luttes, des personnalités se démarquent, comme des icônes, pour faire porter le message fort et revendicateur : C’est notre corps, c’est notre choix. 

Indianara Siqueira fait partie de ces personnalités. Femme transgenre brésilienne, activiste et fondatrice de la Casa Nem, maison d’accueil pour les personnes transgenres sans domicile, Indianara est au cœur d’un documentaire réalisé par Aude Chevalier-Beaumel et Marcelo Barbosa, dans lequel est montrée sa vie. Une vie privée, à travers sa relation avec son compagnon, Mauricio, dont la douceur et la force tranquille contraste avec le feu passionné qui anime Indianara qu’on ne peut qu’être attendris par l’amour entre eux, mais aussi une vie publique, en tant qu’activiste et protectrice des jeunes qui trouvent refuge à la Casa Nem, dans un pays très hostile envers la communauté LGBTQ+. 

Avec sa forte personnalité et un charisme aussi imposant, il est difficile d’imaginer comment Indianara parvient à lier toutes ses vies. Et c’est pourtant ce que montre le documentaire, qui nous dévoile, dans des images d’une intimité folle, une pudeur et le respect, tant pour Indianara que pour toutes les personnes filmées. 

Nous sommes invité.e.s à passer plus d’une heure avec cette famille, choisie et construite par le couple, tant ils apparaissent comme des figures parentales pour tout.e.s les habitant.e.s de la Casa Nem. Un lieu qu’ils se sont appropriés, par des mots écrits sur les murs, des vêtements éparpillés un peu partout, une vie intense et bruyante qui rappelle quelques peu les disputes de fratries. Si la question du vivre ensemble est traitée, le vivre avec soi-même est, lui, omniprésent dans le documentaire, et notamment à travers le traitement du corps. Car, vivre pleinement dans un corps, qui, encore une fois, nous appartient, est primordial et nécessaire, et c’est ce que ne cessent de faire tous ceux que nous croisons, en se montrant régulièrement seins nus, en exhibant fièrement leur corps et leur identité, la lutte pour l’acceptation des autres ne pouvant commencer autrement que par l’acceptation de soi. 

Indianara 6 © Idem.jpg
Indianara © Aude Chevalier-Baumel et Marcelo Barbosa

« Résister ! »

De la lutte, le documentaire ne manque pas d’en parler. L’une de ses forces, c’est aussi d’avoir été présent pendant un tournant de l’histoire du brésil, à savoir l’élection du nouveau président Jair Bolsonaro, farouchement opposé à la communauté LGBTQ+ et à la conservation de leurs droits. Son arrivée au pouvoir marque un changement brusque dans la vie d’Indianara et par conséquent, dans le film que nous sommes en train de voir. Soudain, il ne s’agit plus de présenter une figure emblématique de la lutte pour les droits de la communauté LGBTQ+ au Brésil, mais bien d’observer et d’accompagner la réaction d’une partie de la société à l’apparition d’une menace, guidée toujours par la force canalisatrice d’Indianara, dont les discours démontrent une véritable rage vis-à-vis du gouvernement. Des discours aux messages fermes et dénonciateur, aussi bien pour l’opposition que pour les partis socialistes : la communauté LGBTQ+ est trop souvent oubliée par les politiques au Brésil, et Indianara ne cesse de le répéter.
Il faut dire que les enjeux sont grands, les conséquences dangereuses pour beaucoup de personnes qui ne survivent que grâce au refuge que leur offre la Casa Nem et le soutient d’Indianara. La médiatisation d’une personne comme elle apparait alors au-delà du nécessaire, et c’est avec brio que les réalisateur.trice.s parviennent à nous montrer à la fois la femme et l’activiste.

Retrouvez la bande annonce et quelques extraits du documentaire sur le site de l’ACID.

Indianara, réalisé par Aude Chevalier-Beaumel et Marcelo Barbosa dans les salles à partir d’aujourd’hui, mercredi 27 novembre 2019.

 

 

Article rédigé par

Ambre Ambre Bouillot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *