A ne pas rater demain au Festival des Quais du Polar

Dans le cadre de la 10ème édition du festival des Quais du Polar, qui se déroule à Lyon jusqu’au dimanche 6 avril, le genre policier investit la ville. C’est l’occasion de vivre au rythme du polar… C’est l’occasion de lire polar, de manger polar, de se promener polar, de se cultiver polar. Afin de vous repérer dans ce tourbillon policier, la rédac’ de L’Envolée Culturelle vous propose une petite sélection des événements à ne surtout pas rater. Suivez le guide !

Le polar dans tous ses états :

« La mort à grande échelle : le polar sur les sentiers de la guerre »
Les Quais du Polar profitent de cette année de commémorations (Guerre de 14-18, débarquement de 1944, début de la guerre d’Algérie) pour interroger la place de la guerre dans la littérature. Comment le polar intègre t-il la guerre ? Que dit-il de cette dernière ?
Rendez-vous à 10h au Palais du commerce, salle Ampère.
Pour cette conférence, vous serez en compagnie des romanciers français suivants : Ayerdhal, récompensé en 2004 pour son premier thriller Transparences par le Grand Prix de l’Imaginaire ; Hervé le Corre, récompensé en 2009 par le Grand Prix de littérature policière pour Les Cœurs déchiquetés ; Jérémie Guez lauréat du prix SNCF du polar pour Balancé dans les cordes ; Antonin Varenne, récompensé en 2010 par le prix du meilleur polar du « Points » pour Fakirs, et lauréat du prix Quais du polar 2012 pour Le Mur, le Kanyle et le marin ; Didier Daeninckx, récompensé par le Grand Prix de littérature policière en 1985 pour Meurtres pour mémoire.

« Quand les légendes contre-attaquent : mythes, super-héros et légendes dans le polar » Comment le roman policier, genre en lien profond avec la société, peut-il aussi être le lieu de l’imaginaire et de la fiction dans ce qu’elle a de plus irréaliste ? Comment le polar peut-il résoudre cette contradiction ? Peut-être que l’intégration de la légende, du mythe, des super-héros permet au roman policier de dire avec plus de force les problèmes sociaux.
Rendez-vous à 10h30 à l’Hôtel de ville pour un débat passionnant entre Asa Larsson (romancière suédoise, dernier roman The second deadly sin), Craig Johnson (écrivain américain, récompensé par le prix du Nouvel Observateur du roman noir étranger en 2010 pour Little Bird), Emmanuel Grand (auteur français, Terminus Belz, son premier roman est paru cette année), Warren Ellis (romancier britannique, dernier roman Gun Machine), et Henri Loevenbruck (écrivain français, « le Cycle d’Ari Mackensie », 2008-2013 [cycle de thrillers] a rencontré un vif succès).

« Plus belle la ville ? Le polar genre urbain »
Le roman policier depuis ses origines est associé à l’univers de la ville. L’aventure commence au XIXème siècle sous la plume d’Edgar Allan Poe. Or, le XIXème siècle est le siècle qui voit se développer les villes, les industries, et les écrivains de l’époque, fascinés par l’environnement urbain, ne cessent de l’intégrer dans leurs œuvres. Ils deviennent alors de véritables architectes ou sociologues. Le polar naît avec une époque, un lieu. Mais encore de nos jours, le polar reste profondément ancré dans le monde citadin et il suffit de regarder les séries policières sur le petit écran, pour s’apercevoir qu’elles se déroulent toutes dans des métropoles. Ce n’est pas un hasard si les épisodes des Experts – pour ne citer qu’eux – ont lieu à Manhattan, Miami ou Las Vegas.
Rendez-vous à 12h au Palais du commerce, salle Ampère. Vous aurez l’occasion d’écouteravec Cathi Unsworth (auteure britannique, dernier roman Zarbi), Antoine Chainas (écrivain français, lauréat du Prix des lecteurs Quais du polar 2010 pour Anaisthêsia, dernier roman Pur), Alfredo Noriega (auteur équatorien, il est connu en France pour son polar Mourir, la belle affaire) et Warren Ellis.

« Le trash, même pas peur : le polar et la fascination de la violence »
Qui dit polar, dit conflit, meurtre, assassin, victime, cruauté, peur… Autant de termes qui renvoient plus ou moins directement à l’idée de violence. Cette conférence vous propose de partir à la découverte d’un genre transgressif nourri par la violence et le mal. Jusqu’où peut-on aller pour exprimer la violence ?
Rendez-vous à 16h au Palais du commerce, salle Ampère. Aborderons cette question Karine Giebel (romancière française, Prix Marseillais du Polar 2012 pour Juste une ombre, dernier roman Purgatoire des innocents), Frédéric Jaccaud (auteur suisse, dernier roman La Nuit), Laurent Guillaume (écrivain français, récompensé par le Grand prix du cercle Caron en 2010 pour Mako, dernier roman Black cocaïne), Antoine Chainas, Frank Bill (nouvelliste américain, récompensé en 2013 par le prix du meilleur recueil de nouvelles du magazine « Lire » pour son recueil Chiennes de vies).

polar connection

En tête à tête avec les maîtres du genre policier

Rencontre avec l’africain du sud Deon Meyer à la Chapelle de la Trinité, à 12h.
Grâce à ses œuvres, vous découvrirez la société de l’Afrique du Sud post-apartheid – pays peu connu des Occidentaux – sa diversité culturelle, sa mutation. Pour ne citer qu’un roman, Les Soldats de l’aube, Grand Prix de littérature policière 2003.

Rencontre avec la suédoise Camilla Läckberg à 16h à la Chapelle de la Trinité.
L’écrivaine reviendra sur l’œuvre qui l’a fait connaître La Princesse des glaces, roman qui a été récompensé par le prix polar international en 2008.

Le policier récompensé :

Remise du Prix des lecteurs Quais du Polar 2014 à l’amphi Opéra à 14h30.
Ce prix récompense un roman francophone paru dans l’année. Six romans ont été présélectionnés par le jury. Cette année le jury est composé de dix lecteurs sélectionnés par les Quais du Polar, un représentant du journal 20 minutes, un représentant de l’association Quais du polar et Olivier Truc, lauréat du dernier prix.
Qui succèdera à Olivier Truc et son polar Le Dernier Lapon ?

L’enquête :

Une enquête grandeur nature au cœur de la ville ! Saisissez l’occasion de devenir un véritable détective. En cette année de commémoration, on remonte le temps et on plonge dans l’univers de la guerre de 14-18. Grégoire Crépin, petit-fils du poilu Justin Crépin, en fouillant dans les affaires de son grand-père découvre son journal de guerre. Son grand-père mentionne que son frère d’arme Félix Leurat a été assassiné et que les dix diamants que sa marraine de guerre lui avait confiés n’ont toujours pas été retrouvés… Parcourez les rues de la presqu’île et du vieux Lyon muni de votre livret d’enquêteur afin de découvrir où se cachent les diamants et qui a assassiné Félix. Vous trouverez votre livret au point de départ, à la galerie des Terreaux. Rendez-vous de 9h à 16h.

Dans la ville

Le polar et la culture ! Le polar au théâtre, au ciné et au musée !

A la découverte de Los Angeles, le berceau du roman noir, grâce à deux films L.A Confidential (1997) de Curtis Hanson et Collision (2004) de Paul Haggis. Du livre à l’écran : le premier est une adaptation du polar L.A Confidential de l’invité d’honneur du festival Quais du Polar, James Ellroy, qui sera d’ailleurs présent lors de la projection. L.A, années 50, trois policiers aux psychologies singulières et radicalement opposées de la police criminelle vont être amenés à enquêter ensemble sur une affaire de meurtres. Le second relate la rencontre de personnages issus d’horizons totalement différents, suite à un vol de voiture et à un accident de la route. Rendez-vous à 19h, au Cinéma Pathé Cordeliers.
Enquête de nuit au musée urbain Tony Garnier de 19h à minuit.
Le musée vous propose un Cluedo géant. A vous de résoudre une affaire d’assassinat datant de 1930, impliquant d’illustres personnages tels que la célèbre romancière Agatha Christie ou l’archéologue maudit Howard Carter.

Exposition « Crimes, justice et châtiments à Lyon » au musée Gadagne, à 16h30.
Lors de cette visite d’1h30, vous pourrez découvrir les grandes affaires judiciaires qui ont agité la ville de Lyon. C’est l’occasion idéale de connaître de manière insolite l’histoire de la ville et d’apprendre des anecdotes croustillantes.

Pièce La boîte de Pandore, adapté du roman de Frédéric Ernotte C’est dans la boîte, au Théâtre Le Fou Fieffé, à 17h et 20h30.
La pièce revisite à la « sauce » polar le mythe de Pandore. Cette jeune femme qui bravant l’interdiction, ouvrit une jarre qui contenait tous les maux de la terre. Ici, ce sont six inspecteurs de police rassemblés dans un gîte qui détiennent chacun une boîte. Dans chaque boîte, il y a des indices concernant une enquête résolue ou non. Aux autres membres de deviner quelle histoire se cache au sein de chaque boîte. Hélas, chaque boîte n’est pas bonne à ouvrir, elle fait resurgir des secrets, des non-dits… Une pièce qui semble interroger le rapport à la vérité et les relations sociales. Doit-on tout dire ? Certains cadavres feraient mieux de rester cachés au fond des placards.

En espérant que cette sélection vous donnera envie de vivre le temps d’un week-end au rythme du roman policier…

Mel Teapot

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *