Alexis HK, un artiste qui se demande à quoi ressemble notre dernier présent, c’est le coup de coeur pour Mathilde

Alexis Djoshkounian, dit Alexis HK, est un artiste français de la nouvelle scène française. Auteur – compositeur – interprète, il propose à son public un univers à base de textes poétiques engagés. On lui reconnaît généralement une influence du côté du grand Georges Brassens : celle-ci pouvant se révéler très nettement comme dans la chanson Charité populaire de son dernier album Le dernier présent. Certains lui reconnaissent un timbre de voix le rapprochant de Joe Dassin, ce n’est pourtant pas l’Amérique qu’il nous chante mais bien la France, les Français et leur vie quotidienne où se croisent la famille Ronchonchon, Gaspard le nain ou encore Jack et Nick les deux coqs de combat dont l’un saura planter son bec dans le dos de l’autre pour « (devenir) le président de tous les français ».

« Que pourrais-je bien te raconter pour rassurer tes yeux ombrageux ? » [Le dernier présent]

Ecoute du dernier présent

Avec Le dernier présent sorti en 2012 et produit sous le label de La Familia, Alexis HK nous invite à une réflexion sur notre monde par le prisme d’une apocalypse à venir, cette idée ayant fait grand bruit suite à la fin du monde annoncée par le calendrier maya. Ce contexte nous amène à faire le bilan sur nos relations, amoureuses ou simplement humaines, dans la société actuelle. A travers cet album, Alexis HK nous incite à profiter de tous ces instants de vie qui nous entourent sans pour autant oublier d’aller un monde meilleur : l’héritage, oui, mais l’ancrage dans un système inégalitaire, non. C’est ainsi que l’arbre César peut témoigner de son déracinement, de son installation dans un village français où il n’est pas respecté et finira dans une benne à ordures car considéré comme dérangeant à cause de ses racines.

Ecoute de César

Par les morceaux Fils de, On peut apprendre ou encore Charité populaire, Alexis HK n’hésite pas à dénoncer certains comportements : le manque d’intérêt que certains peuvent éprouver pour le monde politique et social actuel, en se cachant derrière un parti politique et préférant son plaisir personnel à toute réflexion pouvant faire avancer le monde est mis en avant dans Charité populaire ; Fils de nous renvoie aux générations précédentes, celles qui ont eu des convictions, alors que nous sommes rattrapés par l’âge et l’empâtement collectif. On pourrait apprendre de nombreuses choses aux humains de tout milieu social (« On peut apprendre à un taxi à devenir aimable, Je ne dis pas que c’est facile, je dis que c’est faisable »), mais quand les hommes deviennent des bêtes alors ils perdent cette faculté d’apprentissage  des règles de savoir-vivre (« Mais on n’apprend pas à un porc à cesser de se gaver tant qu’on remet de l’or dans son écuelle d’acier »).

© Franck Loriou
© Franck Loriou

« A la fin de l’empire, chacun est à sa place. Nul n’est meilleur ni pire. Nul ne reste de glace. » [La fin de l’empire]

Ecoute de La fin de l’empire

Malgré toutes ces petites choses qui font que notre monde n’est pas parfait, Alexis HK n’est pas fataliste. Le bonheur de passer du temps ensemble, sans oublier le plaisir de deux corps, est l’un élément qui permet l’équilibre de notre monde. C’est un bilan ni positif ni négatif, Alexis HK fait simplement un constat sur notre monde : si la fin est proche, voilà où nous en sommes, rien de très glorieux mais on s’en sort.
Certains d’entre vous ont peut-être eu le plaisir de le rencontrer sur la route, il a donné déjà plusieurs concerts dans la région, à Unieux (42) et à Lyon 7e (69). C’est aussi pendant ces moments de proximité que nous pouvons profiter au mieux de son univers, de son inquiétude face au monde mais aussi et surtout de son humour. En rappel, on peut avoir la chance d’entendre la chanson Like a virgin traduite en français et chantée à la façon de Brassens : un grand moment ! Et en sortant du concert, on pourra chanter le refrain de La fin de l’empire, car oui tout peut se terminer, mais « La nuit fut pleine de grâce et je me souviens de quelques caresses fugaces en des lieux incertains » [La fin de l’empire].

Pour plus d’informations : http://www.alexishk.com/ 

Mathilde


Découvrez notre critique de son spectacle Georges et moi : Un dialogue musical mené par un chaudasson

Une pensée sur “Alexis HK, un artiste qui se demande à quoi ressemble notre dernier présent, c’est le coup de coeur pour Mathilde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *