Avec lectures sur un plateau, des textes à voir et/ou à écouter ?

Si L’Envolée Culturelle participera à la Belle Saison en Avignon cet été, actuellement c’est le Théâtre Nouvelle Génération de Lyon qui met à l’honneur la production jeunesse grâce à un cycle de lectures de textes et de rencontres entre professionnels du 8 au 10 avril 2015.

Une écriture théâtrale à découvrir

Afin de participer à la programmation nationale de la Belle Saison, le TNG a décidé d’organiser des journées de mises en voix de textes théâtraux. Pour ce faire, un jury très éclectique de 13 professionnels du monde du théâtre s’est réuni pour choisir les 11 textes qui seront lus cette semaine parmi 36 livres proposés par des maisons d’édition.
La sélection fut rude mais le jury a sélectionné des textes jugés intéressant pour la scène puisqu’ils sont destinés à être lus et non montés. Parmi leur sélection, on note des textes à destination d’un public plutôt de primaire qui interroge l’individu, la mort et l’amitié tandis que la sélection plutôt adolescente s’intéresse au théâtre du monde, aux problèmes sociaux et/ou politiques ou à l’inceste. Les textes sont plutôt dans l’ensemble assez sombre, faut-il y voir un symptôme de notre société ?

Des tables rondes au milieu des lectures

Hier se tenaient un débat sur les « violences entre adolescents : quels enjeux et limites dans les écritures contemporaines pour l’enfance et la jeunesse » et deux tables rondes sur « les sujets sensibles dans le théâtre pour l’enfance et la jeunesse » et sur « comment définit-on une ligne éditoriale pour le jeune public ? ». Nous vous proposons un petit compte-rendu de cette dernière table ronde ô combien passionnante.
Ils étaient cinq à dialoguer autour de ce sujet, dont Sabine Chevallier des éditions Espace 34, Emile Lansman de Lansman Editieur, Françoise de Chaxel des Editions Théâtrale Jeunesse et Brigitte Smadja de l’Ecole des Loisirs. Ils étaient d’accord sur le fait que le théâtre jeunesse est une ligne éditoriale très intéressante. Ils ont tous créé ou intégré une filiale « jeunesse » d’un monde de l’édition et soulignent qu’il permet de découvrir des talents littéraires susceptibles de divertir les jeunes, de leur faire découvrir le théâtre. On parle d’une catégorie qui fait plus de tirages que le théâtre basique, ce qui montre le potentiel de cette littérature dont on parle peu mais qui concerne tout de même la société de demain ! Ces éditeurs veulent transmettre l’originalité d’un auteur, pour qu’elle puisse vivre à travers des mises en scène mais aussi par des récitations où le lecteur est son propre metteur en scène. Les enfants peuvent aussi les lire et les jouer en classe et c’est un des aspects les plus importants de l’édition : la volonté des professeurs de faire lire, jouer à leurs élèves du théâtre jeunesse contemporain permet d’intéresser ces derniers. Leur permettre de jouer, déclamer, se plonger dans des intrigues variées, dans leur langue et ère actuelle, est un excellent moyen de développer leur imaginaire.

Un théâtre jeunesse ouvert à tous

Les éditeurs sont également d’accord pour dire que la dénomination de leur catégorie « jeunesse » est un point de repère pour les professeurs et autres médiateurs capitaux dans la transmission et diffusion de ce théâtre. Il faut capter le public susceptible de se tourner vers ce genre de littérature et la catégorisation est efficace pour guider les adultes notamment dans leur but de transmission. Cependant, il est dommage créer des ghettos selon Emile Lansman dans les genres littéraires car cela se retourne toujours contre les éditeurs qui se retrouvent coincés avec une catégorie dont ils cherchent pourtant à ouvrir les portes. En effet, comment savoir où s’arrête la littérature jeunesse ? Faut-il indiquer les âges de lecture ? Les éditeurs présents répondent non en chœur, cela sclérose la marge de lecteurs. On parle de théâtre, ce qui vient également en opposition avec ces indications : des enfants peuvent voir une représentation d’un spectacle adulte et en être fascinés tandis qu’une fois le livre dans les mains, il ne pourront plus s’y intéresser. Ainsi, sans savoir à quel âge la pièce est destinée, on peut obtenir des lectures très différentes selon les approches des médiateurs mais aussi de la lecture personnelle des enfants.

Et qui nécessite un investissement, avec raison !

La difficulté principale soulignée par ces professionnels est certainement le manque de diffusion. A part en classe ou lors d’ateliers extra-scolaires, les enfants ont peu d’opportunités de découvrir un théâtre qui leur est pourtant adressé. Ils ne rentreront pas d’eux même dans une librairie, c’est pour cela que l’implication des professeurs et médiateurs est plus que nécessaire. Les enfants seront ainsi initiés à une littérature qui leur parle, dans la langue particulière qu’est le théâtre. Entendre du théâtre, jouer en classe permet aux élèves de lever les yeux de leur pupitre et de vivre un texte à leur façon. Mais ils ont besoin d’encadrement, de stimulation, que seuls les adultes peuvent leur apporter. Ainsi, à travers des ateliers théâtre au sein du programme scolaire, des comités de lecture, on pourra leur transmettre les talents littéraires qui s’adressent à eux, qui écrivent pour eux et éveillent leur appétit théâtral.
Cette table ronde a permis de prendre conscience de toutes les qualités de l’écriture dramatique pour la jeunesse, faite pour être guidée vers les principaux intéressés. On a pu également soulever les problématiques de cette ligne éditoriale spéciale et peu diffusée malgré sa richesse. Cependant, on voit que certains auteurs généralistes se tournent vers ce registre qui explore des nombreuses possibilités, pour faire vibrer les âmes des enfants. Ainsi, si vous voulez réveiller la vôtre, prenez une pièce pour la jeunesse et faites-vous plaisir à faire vivre le texte comme le font les 11 personnalités du monde du théâtre qui se sont prêtés au jeu de la mise en voix des textes primés.

Une mise en voix subtile et appropriée

Ces 11 textes lauréats ont eu la chance d’être mis en voix par des personnes de grand talent et reconnues dans la profession comme Catherine Anne qui présentait Agnès au TNP il y a peu, Nadine Demange, membre de la compagnie Ladernois et Cie, Arnaud Meunier, directeur de la Comédie de Saint-Etienne, et Richard Brunel, directeur de la comédie de Valence qui, hier, mettaient respectivement en voix Par la voix, Du temps que les arbres parlaient, Truckstop et La Bande.
C’est la lecture à trois voix de Truckstop de l’hollandaise Lot Vekemans proposée par Arnaud Meunier qui nous a le plus touché. Les personnages sont touchants et complexes et même s’il n’y a pas de décor, la lecture permet l’expression corporelle et ses personnages prennent vie sous nos yeux, le tout sur une création sonore de Patrick de Olivera qui tantôt retranscrit admirablement l’émotion qui émane des personnages et tantôt ponctue la lecture. La musique compense aisément l’absence de décor. D’ailleurs, Lot Vekemans expliquait qu’elle avait vu une mise en scène de son texte dans un lycée jouée par trois acteurs sans décor également. Au final le routier où se déroule l’action semble plus réel et concret dès lors qu’on l’imagine nous-même comme le souligne Arnaud Meunier. Truckstop raconte l’histoire de Katalijne qui vit avec sa mère et dont elle est totalement dépendante jusqu’au jour où elle veut partir avec Remco, l’homme qu’elle aime mais dès la 4ème partie de la pièce sur 21, on apprend qu’ils sont tous les trois morts mais on ne sait pas comment. Progressivement et avec une structure déconstruite chronologiquement, l’auteure et les lecteurs nous font découvrir la terrible tragédie qui est arrivée à ces braves gens malchanceux…

Ce texte est d’une grande qualité tout comme les autres qui sont proposés ce jeudi 9 avril et le vendredi 10 avril, toujours entrecoupés de tables rondes et de débat. Si vous souhaitez découvrir l’écriture théâtrale pour la jeunesse courez au TNG et consultez le programme ici.

Jérémy Engler et Solène Lacroix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *