Cher Dradra, ne nous délivrez pas du mal !

Dans une période politique aussi bouleversée que la nôtre, les artistes se sentent investis d’une mission plus grande que de faire du simple divertissement. À Avignon cette année, dans le cadre du festival Off, les nombreux spectacles proposés traitent largement de ces problématiques de tolérance, de haine et de malaise qui nous entourent. Le plus réussi sans doute est Le Dragon, d’Evgueni Schwartz par la compagnie À tout va !, que l’on peut voir au théâtre de l’Oulle, tous les jours du 7 au 30 juillet à 11H40.

Conter pour dénoncer

Le Dragon est une pièce de l’écrivain russe Evgéni Schwartz. Écrite à la fin de l’année 1944 à Moscou, elle cherche avant tout à alerter les hommes sur le virage totalitaire que prend le gouvernement russe à cette époque. Cette œuvre satirique a d’ailleurs été la proie de la censure jusque dans les années 1960. En effet, cette pièce tout à fait brillante, met en scène l’histoire d’un petit village dirigé par un dragon depuis plus de quatre siècles. Les villageois s’en accommodent parfaitement et ne refusent rien à leur « Dradra », même lorsqu’il s’agit de lui livrer chaque année une jeune fille en sacrifice. Un jour pourtant, un héros professionnel, du nom de Lancelot, vient dans le but de délivrer la ville de ce dragon. Structure classique s’il en est, la suite étonne immédiatement : les villageois refusent de laisser Lancelot tuer le dragon à trois têtes. Après tout, ce dragon a toujours été là, et ce simple sacrifice protège tous les autres villageois d’éventuels tracas. Pour vaincre les autres dragons, le mieux « c’est d’en avoir un chez soi » ! Autant d’arguments… qui ne nous sont, finalement, pas si étrangers que cela. La pièce, qui s’adresse aux enfants dès 6 ans, parle directement aux adultes. Elle questionne la profondeur de l’âme humaine qui est pleine de doutes et qui est complice du tyran en se laissant soumettre. Le propos de cette pièce nous fait l’effet d’une douche froide et le contenu prend une dimension politique détonante. Le public, pouvant participer à la pièce à la demande des comédiens, grâce à des petits drapeaux qui nous sont distribués à l’entrée du spectacle, se retrouve dans cette situation de complicité avec le tyran. Là est tout le génie de la pièce, puisqu’il nous fait prendre conscience de notre dualité : nous voyons clairement, grâce à la distance créée par la scène, que l’attitude des villageois est irraisonnée, et pourtant, nous ne pouvons nous empêcher d’agiter nos petits drapeaux, comme les villageois sur scène, en signe de soumission. Cette pièce aux allures de conte est en réalité très réaliste dans ce qu’elle montre de la nature humaine. C’est là finalement que résident son charme et sa force.

© compagnie-atoutva.com
© compagnie-atoutva.com


Une performance théâtrale sublime !

S’il n’y avait que pour le texte que la pièce était à voir, cela serait si simple en réalité ! Le Dragon de la compagnie A tout va ! est tout simplement bluffant ! D’une efficacité redoutable dans le choix de la mise en scène ou encore des techniques d’éclairage, la pièce renoue avec un théâtre ancien, aux échos enfantins et universels. D’une esthétique onirique et harmonieuse, les lignes et les couleurs du décor émerveillent sans s’imposer lourdement au regard. Les costumes participent également à ce monde entre deux dimensions, à la fois tirer de l’Histoire que nous connaissons et d’un univers imaginaire. Toute cette richesse témoigne d’un travail d’équipe acharné et d’une passion pour le théâtre qui font plaisir à voir. L’inventivité de la mise en scène pour illustrer des scènes épiques ou imaginaires est très intéressante. L’usage des masques notamment participe à ce plaisir du spectateur, quel que soit son âge. Ils permettent à la compagnie de pouvoir jouer la totalité des personnages de la pièce avec simplicité et discrétion. On peut d’ailleurs saluer la performance des acteurs, qui utilisent ces masques avec pertinence et justesse. Leur jeu permet à cette pièce de prendre vie dans toute sa dimension humaine et monstrueuse ; entre comédie et moment de vrai drame.  À cet exemple, les différentes apparitions du dragon sont d’une grande puissance et les mimiques du bourgmestre sont déjà cultes pour tous les enfants qui sortent de ce spectacle.

Alors un immense bravo, encore, pour ce moment de théâtre authentique et total. Une création Avignon 2016, à qui nous souhaitons un grand avenir !

Margot Delarue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *