Comédiens et Compagnie vous présentent : le Malade imaginaire

Comédien et Compagnie a décidé de rejouer le Malade imaginaire de Molière, au théâtre de L’Oulle pour le festival d’Avignon off 2016. Le public était conquis !

La dernière pièce de Molière

© Comédiens et Compagnie
© Comédiens et Compagnie

Le malade imaginaire est un des grands classiques du théâtre français. Représentée pour la première fois en 1673, c’est au cours de la quatrième représentation de cette pièce que s’évanouit Jean-Baptiste Poquelin. Il décède chez lui, dans les heures qui suivent. Cette mort légendaire, qui sacre le mythe de Molière, donne une aura tout à fait particulière à la pièce du Malade imaginaire. Dans cette pièce, le malade imaginaire n’est autre qu’Argan, un homme veuf atteint d’un sévère syndrome d’hypocondrie. Il s’est remarié avec une femme vénale, du nom de Béline, qui attend sa mort pour hériter. Argan a en admiration les médecins, qui alors sont l’objet de grands débats dans la société de Molière : sont-ils des charlatans ou capables de réels progrès pour soulager les hommes de leurs maux ? Devant toutes les frasques de ce maître amoureux des clystères et autres objets charmants, Toinette la servante, fait office d’ange gardien insolent dans ce foyer. Elle y est une femme pleine d’ingéniosité et d’un franc esprit populaire. Ensuite nous rencontrons Angélique, la fille d’Argan, qui est amoureuse de Cléante. Ce dernier s’apprête à demander la main de sa belle à Argan lorsque l’on apprend qu’Argan a d’autres projets matrimoniaux pour sa fille. C’est donc le début de la catastrophe pour les jeunes amants qui vont tenter coûte que coûte d’obtenir les faveurs d’Argan, aidés par Toinette et Béralde, le frère d’Argan. Dans la pièce de la compagnie Comédien et Compagnie, le personnage de Louison, sœur d’Angélique, disparait. Cela ne retire rien à la pièce qui, au contraire, gagne en rythme.

 

En avant la musique !

À ce remaniement fort efficace, la troupe intègre des chants et interludes musicaux, dans la plus pure tradition de la comédie-ballet. Ce sont, en effet, les partitions de Marc-Antoine Charpentier qui résonnent dans le théâtre, tel que cela avait été écrit en 1673. Les comédiens, accompagnés de deux musiciens, se prêtent alors au jeu de la musique baroque. À ce titre, on salue la performance de Audrey Saad, qui tient le rôle d’Angélique. Elle s’épanouit parfaitement dans ce registre, en plus de jouer du clavecin sur scène pour accompagner ses camarades : une artiste aux multiples talents, donc ! Cette même compagnie va jusqu’à se jouer des codes en intégrant la musique à la pièce comme ressort comique. Les musiciens utilisent alors des instruments pour créer des bruitages qui appuient les gestes des personnages et l’absurde de certaines situations. Ces surprenantes interventions donnent un ton tout à fait burlesque à la pièce, et cela est très apprécié du public. La musique prend aussi un rôle plus symbolique en caractérisant certains personnages : ainsi, Béline la vénale apparaît et disparaît sur des airs de samba en se déhanchant, nous permettent immédiatement de saisir le personnage, en plus d’attraper une bonne crise de rire.

© Comédiens et Compagnie
© Comédiens et Compagnie

Une farce réussie

Le malade imaginaire du théâtre de L’Oulle cette année au festival d’Avignon a renoué avec le genre le plus pur de la farce. Ce classique a emporté un public de tout âge, conquis par cette histoire. Argan y est tour à tour absurde, drôle et touchant. Sur scène les personnages caracolent et parlent fort. Les médecins, grâce à leurs masques, sont magnifiquement caricaturés, et l’on adore les écouter parler un latin de cuisine plus qu’approximatif. À la fin de la pièce, c’est très spontanément que le public s’est levé pour la troupe, applaudissant et criant « bravo » ! Cette standing ovation rendait honneur au genre populaire du théâtre moliéresque et témoignait de l’humeur bon enfant qui a régné tout au long de la représentation : un bon moment, donc !

(En supplément : Jean-Hervé Appéré nous parle ici du Malade Imaginaire)

Margot Delarue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *