Crise culturelle = crise Européenne ? À l’European Lab Forum

Les responsables de théâtre lyonnais le disent et le répètent, qu’il s’agisse de Christian Schiaretti au TNP ou à André Sanfratello de l’Espace 44, la scène culturelle lyonnaise subit des restrictions budgétaires sans précédent qui mettent à mal la création artistique. Mais l’espace théâtral lyonnais n’est pas le seul frappé par ce qu’on appelle la crise de la culture : toute la vie artistique lyonnaise, française et européenne est touchée.
L’European Lab, lancé par Arty Farty, l’association à l’origine de la programmation des Nuits Sonores, organise une série de forums pour discuter d’une double crise, à la fois la crise de la culture, et l’une de ses conséquences et la crise de l’identité européenne, notamment à travers la conférence intitulée « Génération reconstruction », ainsi que celle animée par Raphaël Glucksman, « Génération gueule de bois ».

Crise de la culture européenne

9376874-15010133Le monde de la culture connaît une crise depuis au moins deux décennies, si ce n’est trois : d’abord, selon un des intervenants de la conférence d’ouverture d’European Lab, parce que la France subit un phénomène d’enkystement de la politique culturelle, et que l’ascenseur culturel est en panne. De plus, la culture n’est pas jugée comme prioritaire à une époque où les troubles économiques et sociaux se multiplient – pourtant, ceux-ci entraînent une nouvelle situation culturelle. Il faut faire face aux restrictions budgétaires dans le monde de la culture, et insister pour encourager la création artistique : des mesures se mettent lentement en place, comme la possibilité offerte aux artistes de recevoir des crédits bancaires qui seront garantis par l’Europe, mais cela n’est pas encore suffisant.

Un renouveau culturel devrait permettre de mettre en frein à la montée des extrêmes en Europe

Les mythes avec lesquels nous avons grandi se sont tous progressivement révélés obsolètes : l’idée de prospérité, de progrès, est remise en cause par la crise, économique et sociale, qui entraîne chômage, conflits, etc. Plus que tout, c’est la construction européenne qui est remise en question aujourd’hui, comme le montre l’augmentation des votes nationalistes. La culture s’offre comme un dernier rempart contre la montée au pouvoir de partis dits extrêmes : Raphaël Glucksmann dit « chaque élection sonne comme une alerte ». Nos politiques, en fragilisant nos constructions culturelles, donne la possibilité à l’extrême droite de prendre le pouvoir dans nos villes, nos régions, et nos pays. Pour l’instant, il n’y a aucune véritable culture européenne : les citoyens ne se rassemblent autour d’aucun symbole…

© Laurie Diaz
© Laurie Diaz

La culture de demain doit donc s’appuyer sur la plateforme régionale, nationale, mais aussi, progressivement, de plus en plus sur la plateforme européenne de sorte qu’une espèce de conscience collective européenne voit le jour, et se construise pour faire face à la montée d’extrémismes politiques : c’est le projet européen qui est mis en jeu ! La cohésion européenne s’incarnera dans la culture, avant de s’incarner dans son économie et dans ses politiques sociales : il faut donc multiplier les projets concrets qui rassemblent les citoyens européens de tous les horizons géographiques et sociaux, et produire un discours européen qui ait une unité.

Si vous êtes intéressés par la culture de demain, et la forme quelle doit prendre pour lutter contre les tendances extrémistes en politique, rendez-vous les 5 et 6 mai au musée de Confluences pour une série de conférences sur le sujet.

Une série de conférences intéressantes se déroulera demain, notamment :

> de 13h00 à 14h30, la conférence intitulée « Rétromania, la nouvelle scène artistique ? » pour essayer d’imaginer en quoi consistera la culture de demain, et qui sera à son origine.

> de 15h00 à 16h30 : « Queer, de la sociologie à la scène, simple phénomène de mode ou révolution culturelle ? » conférence donnée pour projeter une nouvelle image de ces artistes qui luttent contre la standardisation culturelle de la société

Adélaïde Dewavrin


Un autre article sur une des conférences des European Lab Forum : Rendons sa place au citoyen

Une pensée sur “Crise culturelle = crise Européenne ? À l’European Lab Forum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *