Demain c’est loin: un polar dans l’air du temps

Demain c’est loin de Jacky Schwarzmann a été édité ce mois dans la collection Points. Il a reçu le prix Transfuge du meilleur espoir polar ainsi que le prix du roman noir du festival international du film policier de Beaune.

Un polar drôle et humain

Le héros de ce roman est un  »français avec un nom juif et une tête d’arabe ». Il a ses racines et ses potes dans la cité des Buers à Villeurbanne mais il a installé sa boutique dans la presqu’île, cours Charlemagne. Il n’a pas vraiment d’appartenance sociale : il essaye de se sortir de sa situation de « gars des cités » mais n’arrive pas à se fondre dans la masse des bourgeois lyonnais dont il ne partage ni les valeurs ni le compte épargne. Sa banquière, une bourge BCBG, vient de lui refuser un découvert.

Ce titre emprunté a un album du groupe de rap IAM pose le contexte, celui d’une banlieue qui pousse les jeunes des cités à devenir des bandits. Cela fait craindre un énième plaidoyer pour les mômes de banlieue qui n’ont pas d’autre choix que de finir racailles. Le groupe IAM n’a pas d’espoir pour ces jeunes : « Les murs nous tiennent comme du papier tue-mouches.On est là, jamais on s’en sortira, Satan nous tient avec sa fourche. Fourche, enfourcher les risques, seconde après seconde. Chaque occasion est une pierre de plus ajoutée à nos frondes ».

Heureusement les choses partent assez vite de travers. Jacky Schwarzmann nous livre un polar plein de solidarité et d’humour.

Pretty Woman dans les cités

Par un concours de circonstances, le héros se voit contraint d’accompagner sa banquière dans une cavale pour échapper aux keufs, mais aussi à une bande de dealers des Buers. Ils vont donc unir lors force et faire tomber la barrière sociale qui les séparé.  Notre Pygmalion de banlieue va enseigner à sa Galatée tendance pretty woman l’humour des cités, la vanne et quelques vérités sur l’origine du malaise des banlieues. Ainsi va naître une fille sexy, intelligente et rigolote.

A l’instar du roi de Chypre, Pygmalion, notre héros tombe amoureux de son œuvre : cette jeune fille qu’il a transformée. Allons nous assister à un happy end comme dans le mythe de Pygmalion? Pygmalion devenu fou d’amour pour une chose irréelle supplia Athéna de donner vie à sa statue, celle-ci accepta et Pygmalion et Galatée (sa statue) purent vivre ensemble et donné naissance à une ravissante petite fille.

En somme c’est un roman énergique et amusant.

Léonie Schroeder

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *