Derrière les perles du 32 bis : une perle de démence !

La compagnie lyonnaise des Ptites Dames était déjà passée à l’Espace 44 avec cette pièce. Avec son succès, le duo de filles a pu être reprogrammé pour le festival Acte XXX. Et il faut dire qu’on comprend bien pourquoi, vu toute l’énergie mise dans cette heure de spectacle ! La pièce, Derrière les perles du 32 bis est passée deux fois ce weekend (21 et 22 mai) à l’Espace 44, mais on aimerait bien qu’elle reste plus longtemps à l’affiche !

Une narration rocambolesque

Lorsqu’on nous présente la situation, on s’attend à des petites chroniques d’immeuble, puisqu’elles sont racontées par une concierge, Mme Dugontran. Elle se dit ennuyée par toutes ces histoires de commérages. Elle est elle-même une vraie caricature de la vieille femme aigrie avec son chat. Et on pense que ça va être elle qui va nous raconter les histoires. Or, elle n’a pas vraiment besoin puisque les personnages se mettent eux-mêmes en scène, heureux de pouvoir raconter leur récit. Mais chaque histoire est racontée de manière assez différente. On crée, dans une petite scénographie, de nombreuses ambiances, on se laisse totalement porter par les histoires des uns et des autres, avec les accessoires, les lumières et musiques signifiantes. De la personne qui nous explique le train de la vie à celle qui nous parle de son aventure avec un marin, elles sont très hétéroclites et pourtant ces personnes semblent bien vivre dans le même immeuble. Mais le point assez fou de cette pièce est qu’elle nous emmène dans des situations, des modes de pensée si différents qu’on a du mal à se croire enfermé dans un immeuble. Et c’est d’ailleurs pour cela que Mme Dugontran finit par se rendre compte qu’elle voyage tout aussi bien dans cet immeuble qu’en démissionnant et partant vers l’inconnu. Ce format de narration ouvre alors de nombreuses opportunités que la troupe a su utiliser sans jamais se répéter.

©Espace 44
©Espace 44

Un travail de la langue

Et si la narration est totalement décalée, elle détonne d’autant mieux grâce au jeu de la langue. En effet, nous parlions de musiques, elles sont ici utilisées pour souligner le slam d’une des comédiennes. Tout en live, ces parties musicales ne sont pas illustratrices, mais viennent vraiment illustrer les histoires, donner le ton de leurs aventures. Et ces morceaux de slam sont très riches au niveau du texte, avec tant de jeu de mots et de sons qu’il faudrait presque les entendre deux fois pour capter tous les clins d’œil associés. Cela met en exergue un travail conséquent pour donner autant d’importance au texte qu’à la mise en scène. Et les deux vont très bien ensemble, car leur synergie donne quelque chose d’assez nouveau, puisque derrière la vie d’immeuble on a une vraie rythmique des récits, qui force l’attention et le sourire. Car si les textes sont très intelligents, ils sont aussi très drôles. L’énergie et la vitesse qui rythment les textes donnent un vrai coup de fouet à ce genre d’histoires multiples. On ne peut pas tout raconter lorsqu’on doit raconter les histoires respectives de 4 ou 5 personnages et donc cette idée du slam est vraiment brillante, elle donne plein d’éléments tout en renouvelant totalement la rythmique du texte et de la narration théâtrale.

©Espace 44
©Espace 44

Une complicité qui se ressent

Le duo de jeunes femmes fait ressortir dans cette mise en scène leur complicité, leur amour du jeu. Impossible de ne pas se prendre au jeu. On a toujours l’impression qu’on est entre le texte parfaitement maîtrisé et l’improvisation… mais parfaitement maîtrisée aussi ! Elles mettent le public à l’aise, en faisant toutes sortes d’interpellations et de blagues. Et on sent vraiment qu’elles s’amusent entre elles, en entrant dans toutes sortes de personnages, à forcer les traits, à devenir de vraies caricatures. Le petit bémol serait à mettre sur des farces et des rires parfois un peu persistants, mais il faut dire que les comédiennes assument tellement leur jeu et leurs intentions que c’est difficile de ne pas les suivre dans leur délire. Et ce délire est totalement justifié, car il porte vraiment quelque chose en lui. Au cours de la pièce, on évoque plusieurs fois le fait d’être original, de vivre sa vie comme on l’entend, libre, sans conventions, juste profiter de ce train de la vie qui va plus vite qu’on ne le croit. Et ces deux filles l’appliquent à 100 %, leur spectacle est alors fou, mais totalement fluide et cohérent.

Ce spectacle surprend par son format, entre pièce de théâtre, show de slam et délire entre amis. On apprécie cette humilité dans ce que cette compagnie propose et on a hâte de pouvoir voir d’autres créations. Et n’hésitez pas à suivre leur actualité pour savoir si vous aurez la chance de passer une heure plongée dans leur univers !

Solène Lacroix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *