Des grands-mères qui croquent la vie à pleines dents ça pétille

Didier Fourmy est un des premiers attachés de presse masculins dans l’univers des magazines féminins. Il devient journaliste dans la presse féminine (Marie Claire, Cosmopolitain, etc.) pendant 10 ans, puis directeur de communication pour des marques prestigieuses. En 1988, il décide de créer son propre bureau de presse pour des magazines de beauté qui gère les relations de presses de plus de 25 sociétés, dont de très prestigieuses marques de parfums et cosmétiques. Il écrit avec Evelyne Vermorel un roman intitulé Beauté d’enfer, un polar dans l’univers du luxe et des divas de ce métier. Les pétillantes est son premier roman solo.

Des invités dans le « Patio secret » des retraitées

La propriété nommée « Le Patio Secret » est cachée derrière le haut mur d’une rue assez calme du vieux Nîmes. Une fois la petite porte en fer peinte en vert franchi, on se retrouve propulsé dans un jardin de style anglais, admirablement bien orchestré et très cossu. Des chaises longues entourent un merveilleux jacuzzi en pierre, une collection d’antiques ustensiles de jardinage traîne un peu partout. La maison est un ancien relais de poste construit entre les murs d’une auberge du XVIIème siècle et transformé en gentilhommière par la propriétaire survivante Ladygold.
Ses pensionnaires, dont la moyenne d’âge est de 75 ans, se nomment Lilibeth, Rancunia, Souris, l’Autruche et Grenouillette en fonction de leurs addictions. Aucun homme n’est admis en tant que colocataire, néanmoins le personnel se compose de José, l’homme à tout faire, et de Germaine, surnommée Gervaise. A vous de découvrir à quel point les travaux furent rocambolesques et pourquoi Ladygold en est arrivée à faire de sa maison un havre de paix pour retraités. Mais l’arrivée d’une journaliste et du frère et de la sœur du défunt mari de Grenouillette vient perturber la petite routine du lieu.
Âgée de 25 ans, Chloé vient de finir un stage dans un magazine féminin et en rendant son rapport à la Directrice des Ressources Humaines, elle décroche un contrat de six mois. Sa rédactrice en chef lui confie sa première enquête de terrain pour un article sur un phénomène de société : « la cohabitation en collocation de personnes seules et retraitées ». Elle part avec des idées très arrêtées sur la question mais elle est loin d’imaginer ce qu’elle va découvrir et vous non plus…
Charlotte et Patrice, respectivement belle-sœur et beau-frère de Grenouillette, viennent, le temps d’un week-end, lui rendre visite pour régler un problème d’héritage. Patrice est un féru de cinéma à l’esprit relativement ouvert, Charlotte est plutôt bon chic bon genre avec des idées bien trempées et un peu méfiante. Pris dans l’ambiance de l’enquête, leur séjour s’avère propice aux révélations des habitantes du « Patio secret ». Grâce à ces confidences, un changement s’opère en eux. Et vous, votre regard changera-t-il ?

CVT_Les-petillantes_991

Des retraitées « pétillantes » qui font réfléchir…

Ce patio est loin d’être tranquille, ça pétille là-dedans ! On apprend notamment qu’un mariage vient d’avoir lieu entre une ex-pensionnaire de 91 ans et son amour de jeunesse de 92 ans (rencontré 65 ans auparavant !), qu’une histoire d’amour commence à naître pour une des pensionnaires à plus de 70 ans et que des colocataires aident une autre à mourir suite à un contrat moral donné en arrivant dans la gentilhommière. Bien que toutes ces retraitées semblent heureuses de vivre et comptent bien croquer à pleines dents les années qui leur restent, elles n’en sont pas moins le résultat d’une vie mouvementée et ô combien émouvante.
Chaque chapitre détermine un jour et une heure de ce week-end et se termine par une note écrite par Chloé sur ses ressentis. Au fil des jours, les trois visiteurs vont de surprise en surprise, toutes riches en émotion, en drôlerie, en espoir, en découverte de l’autre. Les pensionnaires se dévoilent petit à petit sur leurs relations familiales, leurs maris et leurs enfants. Elles parlent d’homosexualité, d’adultère et de secrets de famille enfouis au fond d’elles-mêmes. Avec le recul, ces propos sont le plus souvent ponctués par des éclats de rire. Aujourd’hui, elles sont donc totalement délivrées de leurs carcans et ivres de joie comme des jeunes filles qui font tout pour rester dans cette vie baignée par la douceur, quitte à parfois passer pour des excentriques. Ces rencontres chamboulent les idées reçues et le destin va jouer un joli tour à nos visiteurs avec parfois des répercutions sur nos pensionnaires. De belles remises en questions en perspective…
Ce livre pétillant et rythmé aborde, sans aller trop en profondeur, de véritables questions comme l’euthanasie, la mort, l’amour, la solitude, l’amitié pour des personnes âgées sans pour autant tomber dans la morosité. Les personnages nous emportent dans un tourbillon de folie, de libération, de franchise parfois crue et d’un bon bain de jouvence. On prend un réel plaisir à lire ce récit qui se lit facilement. Un livre qui donne de l’énergie, une bouffée d’air pur et un véritable espoir de changement sur le regard que nous portons sur nos aînés. Une vraie leçon de vie ! Et si ce mode de cohabitation était une solution pour rester jeune dans une société vieillissante ?

Françoise Engler

Une pensée sur “Des grands-mères qui croquent la vie à pleines dents ça pétille

  • 14 mai 2014 à 20 h 40 min
    Permalink

    En lisant cet article sur ce roman j’ai pensé à celui de Barbara Constantine « Et puis Paulette » qui brosse aussi le portrait de différents personnages âgés qui décident de vivre en communauté avant tout pour s’épauler et que j’avais beaucoup aimé. Un ouvrage à la fois léger et émouvant. Du coup, j’ai très envie de découvrir « Les Pétillantes ».

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *