Un duo détonnant pour interpréter le complexe Dom Juan

Du 5 au 27 juillet 2019 à 15h35, les jours impairs uniquement, la compagnie Théâtres de l’Entre-Deux joue Duo Juan au Petit Louvre dans le cadre du festival OFF d’Avignon. Philippe Mangenot se met en scène avec Rafaèle Huou pour interpréter interactivement et avec les moyens du bord si on peut dire l’une des pièces les plus connues de Molière.

 Un Dom Juan de bric et de broc

© Bob Mauranne

Dom Juan est un personnage complexe autant dans le traitement du personnage que dans le challenge que se fixent Rafaèle Huou et Philippe Mangenot de jouer la pièce de Molière à deux, seulement soutenu par des pancartes et quelques accessoires. S’ils sont bien aidés par Noémie Brigant qui les accompagne à la musique, leur performance n’en demeure pas moins exceptionnelle ! À deux donc, ils interprètent tous les rôles, équipés seulement d’une chemise, d’un bonnet ou d’une perruque pour caractériser les personnages. En plus de se vêtir de ces accessoires – récupérés d’autres spectacles, comme le metteur en scène nous le confie – ils se munissent de pancartes pour indiquer aux spectateurs quels sont les personnages qui prennent la parole. Si, au départ, elles nous apparaissent superfétatoire, on se rend très vite compte qu’elles sont essentielles. Tous deux jouent les mêmes personnages et le passage avec Charlotte et Mathurine est un véritable morceau de bravoure de la part des deux comédiens, car les répliques fusent et ils arrivent à passer de l’un(e) à l’autre avec une aisance tout à fait remarquable !
Noémie Brigant, musicienne très discrète mais essentielle, joue la souffleuse, parfois un Sganarelle qui subit les foudres de son maître tout en rythmant les dialogues de sa musique. Sa présence sur scène n’est pas anodine non plus puisqu’elle réalise tous les bruitages en direct, tels que le tonnerre avec ses cymbales, les battements de cœur avec un tupperware, etc. Elle redouble d’inventivité pour nous faire entrer dans ce feu d’artifice que devient Dom Juan entre les mains de la compagnie Théâtre de l’Entre-Deux. La compagnie n’a d’ailleurs peut-être jamais aussi bien porté son nom puisque ce spectacle propose une véritable réflexion sur la mise en scène…

Une mise en scène didactique

© Bob Mauranne

La pièce s’ouvre sur une petite impro durant laquelle Philippe Mangenot nous explique pourquoi il a voulu monter ce classique et certains choix de mise en scène. Nous apprenons donc d’où viennent les costumes, comment il a envisagé cette mise en scène et notamment la scène finale du Commandeur. Le metteur en scène brise instantanément le quatrième mur en nous présentant chaque personnage un par un, pour inclure le spectateur dans l’expérience qu’il va vivre. En effet, le plateau ne se résume pas à la scène mais à toute la salle. Des pancartes de personnages sont sur les côtés et derrière nous, ce qui implique des déplacements au milieu du public, et des interactions avec nous, puisque nous serons invités à devenir un chœur, certains deviendront des femmes, d’autres des rochers, des valets de Dom Juan, des statues du Commandeur et une communauté d’hommes témoin du châtiment du libertin. Nous sommes réellement interpellés et actifs dans ce spectacle. On en comprend les enjeux tant textuels que scénographiques.

Tout en respectant le texte original, les comédiens donnent un sacré coup de jeune à la prose de Molière en la rendant accessible au plus grand nombre tout en nous donnant une leçon de théâtre !

Jérémy Engler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *