Le Favori de Mme de Villedieu à la Tour passagère : notre favori !

Le Favori est une tragi-comédie de Mme de Villedieu qui fut donnée en représentation par la troupe de Molière au Théâtre du Palais Royal en 1665. Trois-cent-cinquante-et-un ans plus tard, la compagnie La Subversive tient à honorer la première dramaturge professionnelle française, Mme de Villedieu, en jouant cette pièce dans le cadre du festival de la Tour passagère. Il s’agit bien de rendre hommage à cette dramaturge d’Ancien Régime trop méconnue du grand public. Revenons donc sur ce spectacle pétillant, drôle et inspirant.

©Cie La subversive
©Cie La subversive

Un cadre enchanteur pour une pièce symbolique…

C’est dans une tour en bois sur les bords de la Saône, rappelant le théâtre élisabéthain, que le spectateur s’immisce pour assister à la représentation. Cadre déjà charmant, puisqu’inédit ! Nous voilà revenus des siècles en arrière l’espace de quelques heures… Le voyage est plutôt agréable.

Le spectacle nous est d’abord présenté en quelques mots par la metteure en scène, Aurore Evain, et Edwige Keller-Rahbé, professeure à l’université Lumière Lyon II et spécialiste des femmes dramaturges de l’Ancien Régime. On nous explique alors que nous avons le privilège d’assister à une pièce écrite par une autrice d’Ancien régime, qui fut reconnue et jouée par la troupe de Molière elle-même devant Louis XIV ! Il s’agit ainsi de rendre hommage à cette femme dramaturge, et de promouvoir plus globalement la place de la femme au sein du monde du spectacle vivant d’aujourd’hui. Nous pourrions alors parler de « pièce féministe »… Si l’on retire les connotations parfois négatives du terme, il s’agit bien d’une pièce qui rend hommage à une femme de talent, venue d’une époque où l’on ne considérait que trop peu l’œuvre du « deuxième sexe », et qui entre en résonance avec la volonté de reconnaissance des femmes dans le monde du spectacle contemporain – c’est d’ailleurs l’un des buts premiers de la compagnie, ce que nous indique le nom de la compagnie même, « La Subversive ».

©Cie La subversive
©Cie La subversive

Une mise en scène plutôt traditionnelle, et efficace !

De manière assez habile, le texte de Mme de Villedieu est introduit par un prologue inédit, écrit par Aurore Evain, qui met en scène des comédiens italiens appelés pour jouer Le Favori à la Cour. Nous sommes alors mis dans l’ambiance de l’époque, et le contexte de la pièce nous est brièvement présenté.

 Le Favori raconte l’histoire de Moncade, favori du Roi, qui désespère de n’être aimé que pour les faveurs qu’on lui accorde, et non pour sa propre personne. Il tombe amoureux de la fille du roi, mais craint de n’en être point aimé en retour du fait de sa position. C’est ainsi que s’entremêlent cette histoire d’amour, et des discours sur le pouvoir, le libertinage, la courtisanerie… On nous présente tantôt un Favori malheureux, une libertine à la poursuite de plaisirs sensuels, un prince ridicule et opportuniste, ou encore un Roi intelligent qui contrôle tous ses sujets finement et qui désire en fait montrer en spectacle sa Cour.

©Cie La subversive
©Cie La subversive

C’est ainsi que le spectateur oscille entre des discours en vers de courtisans, à la plume érudite et aux rimes riches, et des intermèdes chantés et/ou dansés sur de la musique baroque. Faisons mention à ce sujet de la merveilleuse musique qui accompagnait le spectacle, fruit du travail de la compagnie Les Mouvements de l’âme. La soprano, Amal Allaoui, nous a particulièrement impressionnée et véritablement charmée tout au long du spectacle !

Le rythme du spectacle est aussi très agréable, puisque nous assistions tantôt à des monologues ou tirades presque tragiques des deux amants, et tantôt à des scènes plus triviales et joyeuses, faisant de ce spectacle un spectacle complet, on l’on peut rire ou pleurer en toute sincérité ! Ajoutons à ce texte merveilleux, et aux acteurs talentueux qui l’interprétaient, un décor sobre, mais joli, des costumes rappelant ceux de l’époque, et, petite touche originale, une toile de fond sur laquelle étaient parfois projetés les ombres des protagonistes : quel beau mélange !

En bref, une pièce de belle facture, interprétée par une compagnie talentueuse et inventive : bravo à la Subversive !

 Sarah Chovelon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *