Findig Gondal, l’histoire des sœurs Brontë, sur la voie d’un documentaire simple mais efficace

Le festival Ciné O’Clock se poursuit encore jusqu’à la fin de la semaine, mardi soir avait lieu la projection du film documentaire Finding gondal, l’histoire des sœurs Brontë réalisé par Morgan Rauscent. Retour sur cette avant-première en présence de l’équipe du film, qui s’est déroulé le 3 février au Cinéma Le Zola de Villeurbanne avec un public timide mais toujours ravi.

Un documentaire dans les règles de l’art

Son premier film, Morgan Rauscent la mûrement réfléchi. L’idée lui est venu en 2003, lors d’un voyage d’étude à Londres. Des lors, l’idée a eu le temps de faire son bout de chemin. Si le projet a rencontré quelques difficultés de production, ce film a enfin pu voir le jour grâce à un financement participatif. Achevé, il y a tout juste quelques jours pour sa première diffusion lors du festival, le résultat est loin de décevoir. Certes, il ne surprend guère dans sa forme et ne révolutionne pas le genre documentaire. Le mélange entre interviews et zooms sur des images illustratives n’est pas nouveau. Quoi qu’il en soit, ce choix esthétique n’empêche en rien de se laisser captiver par l’histoire. L’illustration d’un passage du film en ombres chinoises fonctionne parfaitement, et est pour le coup, originale. Et puis, il paraît difficile de reprocher les images qui ont été choisies, tant celles-ci sont belles. Comment se lasser des paysages si particuliers et de cette ambiance tellement magique du Yorkshire? Les illustrations à proprement parler servent très bien le propos, qu’ils s’agissent de peintures, de gravures ou encore de dessins, d’ailleurs très bien exécutés. Tout cela est entre-coupé avec le dessin en train de se faire d’une carte au motif Tolkenien. L’ensemble du film est au final très bien monté, et l’alternance de ces différentes illustrations toujours pertinentes. Outre ces images explicatives, les interviews de grands universitaires anglais sont toujours claires et justes. Le réalisateur a choisi les meilleurs. Et puis, un documentaire, c’est avant tout permettre d’expliciter un fait, une histoire. Ici, cette dernière est toujours claire, et de surcroît, très bien racontée par un conteur à la voix entraînante. La musique, création originale, rajoute d’autant plus de lyrisme et de charme à ce film.

Finding Gondal 1..
Et les sœurs Brontë dans tout ça ?

Et oui, car si la forme est intéressante, n’en n’oublions pas le contenu ! Les fameuses sœurs Brontë. Si le documentaire le fera bien évidement mieux que nous, rappelons néanmoins quelques points phares pour vous mettre en appétit. La famille Brontë est ce qu’on pourrait appeler une famille d’artistes. Les trois sœurs, Anne, Emily et Charlotte, ont commencé très jeunes à écrire des poèmes. Puis, chacune d’elles a écrit des romans. Charlotte en a écrit quatre, et c’est en cela la plus citée, mais l’œuvre des deux autres n’est pas à laisser de côté. C’est bien en cela que le film de Morgan Rauscent est intéressant. Il ne se focalise pas sur une sœur ou une œuvre en particulier, mais tente au contraire de s’ouvrir à la famille entière et les différents modes de vies. C’est même en ayant vu les erreurs et ce défaut là dans d’autres documentaires qu’il à été convaincu de son parti pris. Connaisseur ou non de l’histoire des sœurs Brontë, le spectateur se laisse porter par ce qui nous est conté, et on découvre avec plaisir cette littérature anglaise pas toujours connue.
Le petit plus du film ? La lecture de quelques poèmes par une actrice à la voix particulièrement forte et émouvante. Ces lectures imposent certes une pause dans le récit, mais ont aussi une autre fonction : celle de donner d’avantage encore envie de lire les poèmes des sœurs, moins connus que leurs romans. Et, visiblement à tort. Les extraits choisis, murmurés sur la toile de fond de landes anglaises pluvieuses, nous emportent immédiatement.Finding Gondal 2

 

Pour résumer, il s’agit d’un film documentaire classique dans sa forme, mais efficace sans aucun doute. Pour ceux qui auraient envie de découvrir leurs œuvres et la littérature anglaise, ou qui auraient envie d’approfondir leurs connaissances, n’hésitez pas ! Ce documentaire est fait pour vous. Sortie DVD/Bluray prévu dans un an, mais vous pouvez retrouvez d’autres dates de diffusion en salle sur leurs pages facebook: https://www.facebook.com/findinggondal?fref=nf Et puis le festival Ciné O’Clock continue, avec encore pleins d’autres films à découvrir. Ne ratez pas aujourd’hui Chicken Run à 14h, Les poings contre les murs à 16h30, Une belle fin à 18h45 et Calvary à 20h45. Et demain, ne ratez pas non plus Une belle fin à 16h15, ’71 à 18h15 et la soirée British Thrills à 20h45, sans oublier l’avant première de Shaun le mouton dimanche à 16h45, suivi d’une tasse de thé pour bien clôturer le festival, of course !

Marie-Lou Monnot

3 pensées sur “Findig Gondal, l’histoire des sœurs Brontë, sur la voie d’un documentaire simple mais efficace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *