First man: un formidable retour sur un des plus beaux exploits de l’humanité 

First man réalisé par Damien Chazelle, avec Rayan Gosling dans le rôle de Neil Armstrong. Un formidable moyen de vivre de l’intérieur la préparation et le déroulement de la mission Apollo 11.


Le style Chazelle

Il peut paraître étrange que Damien Chazelle fasse un film de ce style. Avec Whiplash et Lalaland, nous étions habitués à avoir la musique comme thème principal du film, alors un biopic sur Armstrong et Apollo 11 nous surprend un peu. En regardant le film, nous constatons cependant que la musique est omniprésente : à plusieurs reprises on voit Armstrong se remémorer des souvenirs, grâce justement à la musique. Nous assistons au combat intérieur d’un homme tiraillé entre le doute et la passion. Bien sûr il a envie de faire cette mission, mais en même temps le doute s’installe tout au long du film car plusieurs de ses amis/collègues sont morts dans des accidents gravissimes. Ce film montre bien la capacité de Chazelle à jongler entre les genres : le dépassement de soi dans Whiplash, l’amour dans Lalaland et le stress dans First man. Nous retrouvons très bien son style dans les trois genres, ce qui prouve une fois de plus que Chazelle est un excellent réalisateur.


Une plongée dans ce que l’on nous montre rarement

Nous sommes projetés dans les années 60 où Armstrong n’était encore qu’un pilote d’essai. Nous allons suivre tout son parcours jusqu’à la mission qui le rendra célèbre. Nous vivons pleinement les choses avec lui, la perte de ses collègues dans des accidents, la vision de sa famille sur ce qu’il fait, la joie de faire ce qu’il aime malgré toutes les conséquences possibles. Et tout cela transforme ce qu’il devait être un moment de joie en un moment très difficile à vivre où l’inquiétude monte de jour en jour. Nous ressentons bien qu’ Armstrong est prêt à tout plaquer pour rester avec sa famille mais il veut malgré tout y aller, alors il parle très peu, de peur d’aborder le sujet et du coup de ne plus pouvoir partir. Ça en fait un homme froid et inquiet, on est très loin de l’image cliché de l’astronaute tout joyeux.

Un film qui s’adresse clairement aux passionnés des missions spatiales et aux gens qui se sont déjà mis à la place des astronautes et de leurs familles. Cet événement fait encore rêver aujourd’hui. Alors à défaut d’aller dans l’espace ce film nous en donne une petite impression.

Yann Saillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *