Interview de Valentin Roche, le metteur en scène de Rhapsodie aléatoire

Rhapsodie aléatoire est un lever de rideau, présenté par Les Scènes du Litterarium, ce vendredi 25 mars de 19h à 19h40. Entrée libre, il se jouera dans la petite salle du Théâtre de la Renaissance (arrêt de métro Gare d’Oullins). Nous avons eu le plaisir de discuter la semaine dernière avec le metteur en scène, Valentin Roche, plein d’entrain et tout souriant, afin d’en savoir un peu plus sur ce spectacle.

L’histoire des Scènes du Litterarium, c’est un peu une histoire de partenariat, c’est ça ?

Complètement ! La saison dernière, Le Cercle des poètes apparus du Litterarium, déjà porteur, au sein du Litterarium, de ses Veillées poétiques, a souhaité tenter l’aventure d’une veillée poétique versée vers la théâtralisation. Ce fut donc Les poètes apparus lèvent le rideau, événement réalisé en février 2015 dans la petite salle du Théâtre de la Renaissance, autour de l’ambition socio-artistique de permettre aux étudiants membres du Cercle des poètes apparus, écrivains amateurs, d’être accompagnés dans la mise en oralité de leurs propres textes.

La petite salle du Théâtre de la Renaissance

L’événement a rencontré un net succès en termes de fréquentation, de satisfaction du partenaire, le Théâtre de la Renaissance, et de développement personnel de ses membres, la plupart n’ayant jamais mis les pieds sur une scène de théâtre auparavant ni ainsi réalisé ce genre de travail oral.

Les Scènes du Litterarium sont donc le prolongement logique de cette expérience réussie, dans une démarche qui se veut inscrite dans l’entreprise du Litterarium, de médiation entre les étudiants de l’Université « Lumière – Lyon 2 » et la littérature en tant que domaine culturel, pratique artistique et milieu professionnel.

Vous mettez principalement en scène des textes originaux et inédits, est-ce un choix ?

En fait, l’idée était que chacun des participants amène ses envies avec soi et propose. Chacun a pioché au pot commun, en quelque sorte… Secouez, mélangez, et vous obtenez une sorte de vrac fier de l’être : d’où le nom « Rhapsodie aléatoire », aussi pompeux que désordonné !

C’est ce qui, selon vous, devrait nous faire venir ?

Écoutez, si j’avais à vous convaincre de venir, je dirais quelque chose comme : « Dans le cadre accueillant et fort propice de la petite salle du Théâtre de la Renaissance (accès très facile grâce à l’arrêt de métro « Gare d’Oullins » !), les Scènes du Litterarium vous présentent le fruit exigeant, mais accessible et convivial de plusieurs mois d’un travail d’atelier amateur, réalisé principalement à partir de créations d’étudiants. C’est gratuit et court : un spectacle en forme de lever de rideau, fait d’éclats de théâtres et de mots, pour se divertir et rêver avant d’aller au grand spectacle du soir ou de rentrer douillettement chez soi un sourire aléatoire en commissure des lèvres. 130 sièges confortables vous attendent, alors n’hésitez pas ! ». Alors, c’est bien vendu ? (rires)

Pour plus d’informations (et accéder au programme de la soirée), n’hésitez pas à aller voir l’évènement sur Facebook : https://www.facebook.com/events/1239568982726568 ainsi que la page du Litterarium sur Facebook : https://www.facebook.com/LeLitterarium

Propos recueillis par Sarah Chovelon

2 pensées sur “Interview de Valentin Roche, le metteur en scène de Rhapsodie aléatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *