La Légende de Klaus : préparez vos valises pour Smeerensburg

Les températures baissent, les journées se font plus courtes, sortez plaid et papillotes et décorez votre sapin tout en écoutant des albums de Noël. Cliché, oui ! Mais que vous aimiez, ou non, la période de Noël, le film d’animation La Légende de Klaus saura mettre tout le monde d’accord. Alors éteignez Mariah Carey et allumez Netflix. (Image mise en avant : La Légende de Klaus © Netflix)

klaus-concept-art-035

Szymon Biernacki © Sergio Pablos Animation Studios

Les origins du Père Noël

Voici de nombreuses années que La Légende de Klaus mûrit dans l’esprit de son créateur, Sergio Pablos. Scénariste de Moi, Moche et Méchant qui travaillait avec les Studios de Disney Animation, il n’en est pas à son premier essai. L’idée de Klaus naît au début des années 2010 lors de la «  vague d’origin stories au cinéma », ainsi, tel un Batman Begins, Netflix et le studio Sergio Pablos nous offre la genèse de la légende du Père Noël. Nous sommes au XIXe siècle en Scandinavie et le fils du directeur de l’Académie des facteurs, Jesper, n’est qu’un bon à rien paresseux et gâté. Son père en a assez et l’envoie exercer le métier de facteur sur l’île de Smeerensburg afin de l’obliger à prendre ses responsabilités. La mission de ce anti-héros est de poster 6000 lettres, le cas échéant, il ne pourra hériter de la fortune de son père et sera contraint de rester sur cette île sombre. Là-bas, deux clans s’affrontent depuis toujours : les Elingboe et les Krum. C’est à celui qui cassera le plus de dents à l’autre.
Mais évidemment, tout va changer lors de la rencontre entre Jesper et Klaus, un homme barbu qui vit dans la forêt. Ce personnage est énigmatique mais immédiatement attachant. Klaus est le genre de film dont on connaît la fin, au fond de soi, le schéma narratif est plutôt classique et ressemble à ce que nous pouvons retrouver dans les contes. Mais cela ne doit pas vous rebuter, car La Légende de Klaus saura vous faire rire – mention spéciale à la petite fille à la carotte – mais aussi vous faire pleurer. 

4125189.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxLa légende de Klaus © Netflix

D’une beauté remarquable

En plus d’avoir imaginé une histoire amusante, qui fait réfléchir sur nos relations avec les autres et mignonne au possible, les studios ont créée un travail visuel impressionnant. L’idée était de proposer un film d’animation entièrement en 2D, c’est à dire tout l’inverse de ce que nous pouvons voir aujourd’hui. Tous les dessins de Klaus ont été fait à la main, sauf quelques éléments réalisés avec un logiciel 3D : leur challenge étant de faire un film en 2D en donnant l’illusion de la 3D. Mission réussie par les plus de 250 artistes, car les volumes sont bien là, les maisonnettes aux formes géométriques improbables défient les lois de la gravité et du sens, mais qu’importe ? La Légende de Klaus fait rêver tant il est beau. Le travail des lumières est magnifique, c’est le secret pour donner la simulation de la 3D. Le scénario qui peut sembler simpliste, ou en tout cas vu et revu, est de toute façon immédiatement oublié à la vue des paysages enneigés, des couchers de soleil incroyable qui donneraient presque envie de tout plaquer pour devenir facteur.trice à Smeerensburg. Le choix des couleurs est enivrant, c’est difficilement descriptible. La petite « Saami » est vêtue d’un bleu éclatant et d’un rouge flamboyant, ce qui dénote complètement avec le blanc immaculé de la neige et la grisâtre de Smeerensburg.  C’est une île envahie par la brume, par un brouillard gris qui ne se lève jamais. Toutes les teintes sont ternes, personne n’est souriant. Toutefois, de fil en aiguille, la ville va s’illuminer. De quoi donner à nouveau, de l’espoir.
C’est beau à voir mais aussi à entendre. Ce film est une leçon d’amour, de compassion et de compréhension : les personnages apprennent à évoluer, à vivre ensemble. « Une bonne action, sans rien en attendre en retour, fait toujours naître une autre bonne action » nous dit Klaus À méditer. Il est plaisant de se plonger dans un film aux sentiments doux et qui permet de s’éloigner un moment du monde réel. Prenez une bonne dose de bonne humeur et d’innocence.

Klaus est un tout : un film d’animation contemplatif mais qui sait aussi nous faire rire au éclats et nous tirer une petite larme : nous vous laissons juger par vous-même ! 

2951749.jpg-r_1024_576-f_jpg-q_x-xxyxx

La légende de Klaus © Netflix

Retrouvez la bande annonce en cliquant ici.

La légende de Klaus, réalisé par le studio Sergio Pablos Animation, sur Netflix depuis le 15 novembre 2019. 

Candice

 

 

 

Article rédigé par Candice Grousset.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *