Laissez-vous tenter par le soleil britannique d’Anguilla

L’Envolée a toujours l’occasion d’admirer la culture d’autres horizons, et cette fois-ci, nous nous sommes rendus sur la petite ile d’Anguilla dans les Caraïbes. Soleil, mer turquoise, cocotiers, mais pas seulement.

Une île au statut particulier

© Jeremy Young
© Jeremy Young

Anguilla fait partie des territoires d’outre-mer du Royaume Uni (British Overseas Territories). Il ne faut pas confondre ce statut avec celui des Antilles Françaises comme la Guadeloupe et la Martinique. En effet même si Anguilla dépend du Royaume Uni pour toutes les questions de défense, de politique extérieure et de police, pour tout le reste, cette île bénéficie d’une très large autonomie pour tout ce qui touche à la politique interne. Ainsi, les habitants ont leur propre parlement et le gouvernement est dirigé par un ministre en chef.

C’est pour cela que, même si c’est un territoire actuellement affilié à l’Union Européenne, les règles d’immigration ne sont pas tout à fait celles de la libre circulation. Malgré tout, pour un visite d’une journée, il n’y a pas de problèmes ni de taxe particulière, vous aurez même un tampon sur votre passeport.

Pour s’y rendre il y a plusieurs moyens, l’un d’entre eux est bien sur l’avion, l’île dispose de son propre aéroport international. Mais, il est également possible de s’y rendre par bateau, il y a en effet une navette régulière qui fait la liaison avec l’île de Saint Martin. C’est plutôt économique et rapide également puisque la traversé ne dure qu’une vingtaine de minutes. C’est le moyen que nous avons utilisé.

Des Paysages Uniques

Comme c’est souvent le cas dans les Caraïbes, l’île d’Anguilla offre des paysages et des caractéristiques qui lui sont uniques. Par exemple, ce n’est pas une île volcanique mais corallienne, c’est-à-dire qu’elle a été formée par une accumulation de corail. Cela ne veut pas dire qu’il y a une absence totale de relief, mais il est moins important que dans d’autres îles.

Le corail offre ainsi de magnifiques plages de sable blanc, une blancheur pure rendu plus importante par la réflexion du soleil, mais aussi par la couleur de la mer, un magnifique bleu turquoise. L’un des meilleurs exemples pour illustrer cela est la plage de Shoal Bay.

Pour les amateurs de golf, l’île dispose aussi d’un superbe parcours à l’anglaise avec un gazon toujours vert et tellement moelleux que l’on a l’impression de marcher sur de la moquette verte.

Un aspect historique et culturel à ne pas négliger

Il faut aussi voir au-delà de ce cadre presque paradisiaque, pour mettre également en avant le patrimoine historique et culturel de cette petite île. Pour ce faire, le gouvernement d’Anguilla a mis en place « l’heritage trail », cela permet d’identifier et d’accéder rapidement aux points d’intérêt de l’île. Cette route comporte neuf arrêts qui sont clairement identifiés par des bornes qui sont en fait de grandes pierre taillés.

Un des premiers arrêts à faire est le musée d’Anguilla. Ce n’est pas un grand bâtiment, d’ailleurs d’extérieur il ressemblerait plutôt à une petite maison. Toutefois, il couvre l’ensemble de l’histoire de cette petite île, de la préhistoire au XXe siècle. Cela inclut bien sûr l’arrivée des Européens et l’économie esclavagiste. À ce titre, elle fut assez différente à Anguilla de ce qu’elle pu être dans des îles voisines. En effet, à Anguilla, le sol a toujours été mince et pauvre ce qui a rendu la culture plus difficile, en particulier les cultures exportatrices à haut revenus comme la canne à sucre. Ainsi il n’y a jamais vraiment eu beaucoup d’esclaves sur cette île.

Toutefois, il y eu quand même plusieurs plantations à Anguilla et l’une d’entre elle existe encore aujourd’hui et fait partie de « l’heritage trail ». Elle se trouve à « The Valley » la capitale de l’île. Elle a été construite en 1787 et était à l’origine une plantation de canne à sucre. C’est pratiquement la seule habitation de maître encore debout à Anguilla. De manière générale les maisons de maîtres sont plutôt rares à être encore intactes dans les Caraïbes et celle-ci est vraiment différente de celles que l’on peut voir sur d’autres îles. Elle apparait comme plutôt petite, toute en bois blanc avec les tuiles en bois également. Un point intéressant à noter est la présence d’une très grande citerne en pierre à proximité de la maison. Ces citernes sont nombreuses à Anguilla car l’île ne dispose pas de source d’eau douce et donc seule la collecte de la pluie permettait d’avoir de l’eau.

© Jeremy Young
© Jeremy Young

En plus de « l’Heritage Trail », cette île offre de nombreux point d’intérêts. Nous avons particulièrement été séduits par les petites églises. Elles ont été construites en pierre et en bois dans un style colonial Britannique qui donne un charme pittoresque à ces monuments.

Jeremy YOUNG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *