Le polar suédois du cliché au succès avec Henrik Lange !

Henrik Lange, auteur de la série des 90… à l’usage des personnes pressées, est connu pour ses bandes dessinées humoristiques et décalées. C’est donc par Comment écrire un polar suédois sans se fatiguer d’un auteur décortiquant le polar suédois que nous avons décidé de commencer notre focus Polar annuel pour annoncer le festival des Quais du Polar qui se déroule dans notre charmante agglomération lyonnaise du 1er au 3 avril 2016.

Une recette à la sauce cliché

Planche-polarParce que tous les polars suédois ou presque sont publiés chez Actes Sud, dont la couverture noire encadrée de bordures rouges est reconnaissable entre milles, la couverture de cet ouvrage pourtant publié aux éditions Ça et Là arbore la même typographie pour renforcer l’idée que tous les polars sont tous faits selon le même moule. Moule que l’auteur n’hésite d’ailleurs pas à utiliser pour lui-même dévoiler l’intrigue d’un polar suédois à succès.
Ce livre se présente donc comme une recette pour faire un bon polar, tous les clichés sont passés au crible, faisant de l’auteur un véritable enquêteur sur le style du roman policier suédois. Les amateurs du genre ne pourront s’empêcher de sourire à l’évocation de la petite vieille qui ne sert à rien mais qui traverse toujours la route lors d’une poursuite pour déranger le policier, ni de se remémorer le style des livres qu’ils ont aimés lorsqu’Henrik Lange évoque les longues descriptions des feuilles qui tombent. Chaque personnage de ces romans est présent ici, on retrouve le boss qui passe son temps à contrarier le héros, qui lui-même à des problèmes familiaux à gérer, est porté sur la boisson ou se sent déprimé et accablé par la vie qu’il mène, etc. polar_suédois_plancheTout en nous proposant une galerie des personnages récurrents des polars suédois, il nous explique aussi comment, sous couvert de réalisme ou de volonté de donner une profondeur à leurs personnages, les auteurs remplissent les pages. Et évidemment, il déroule tous les fils de l’intrigue, les indices dissimulés le long du livre qu’on ne comprend qu’à la fin, le cliffhanger, l’enquête classée, etc.
Tout en critiquant certains auteurs qui utilisent des éléments qui ne servent à rien, il rend hommage aux maitres du genre qui ont su grâce à leurs intrigues passionnés milliers de lecteurs à travers le monde…

Un dessin noir, de l’humour noir, bref du Noir pour un bon polar !

zoom-comment-ecrire-un-polar-suedois-sans-se-fatiguerParce qu’un bon polar se doit d’avoir une ambiance noire, sombre, inquiétante, Henrik Lange a pris le parti de ne pas colorer ses dessins, tous sont noirs et très sombres. Les murs sont parsemés de tâches noires pour rappeler le côté angoissant et noir d’un thriller suédois. Cette surabondance de noir est une petite pique adressée aux auteurs qui font du noir pour faire du noir et qui usent et abusent de descriptions pas forcément utiles mais qui sont censées une atmosphère particulière à l’histoire.
Le livre est donc truffé de dessins et d’explications qu’il alterne pour démontrer ses dires. Mais les illustrations servent parfois à retranscrire visuellement la partie textuelle avec un brin de dérision. L’humour se traduit par le fait que les représentations mettent en lumière les stéréotypes mais aussi grâce aux commentaires qui entourent le personnage ou la scène exposée. Ces remarques assassines sur les clichés liés aux personnages ou auteurs de polars qui ne pensent qu’au placement de marques ou à l’adaptation cinématographique de leur livre participent au ton décalé et drôle de l’ouvrage.
Mais qu’on ne s’y trompe pas, si les codes du polar sont moqués par les commentaires de l’auteur, celui-ci, rend hommage à ce genre en nous proposant une intrigue policière qui, bien qu’expliquée à chaque instant, fonctionne parfaitement. Tout en découvrant les ficelles du polar suédois, on suit l’enquête du détective Åke pour attraper le tueur d’une petite fille, car le meurtre d’un enfant, c’est toujours efficace pour toucher le lecteur… Bien que tous les indices soient disséminés tout au long de l’ouvrage, en nous indiquant qu’il s’agit d’indices, on reste tout de même stupéfait au moment de la résolution, preuve de l’efficacité du polar suédois !

Henrik Lange réussit à nous concocter un polar suédois réussi donc tout en nous livrant toutes les subtilités et clichés du genre. Clichés qu’il s’autorise d’ailleurs à utiliser tout en nous expliquant pourquoi il les utilise… Un ouvrage intelligent et drôle à découvrir rapidement !

Jérémy Engler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *