Le temps des muffins : La recette de la joie de Joël Da Silva

Comédien, metteur en scène, musicien, Joël Da Silva est né le 25 Octobre 1959 à Montréal. Il est l’auteur d’une vingtaine de pièces de théâtre pour enfants. La Nuit Blanche de Barbe-bleue de 1989 est celle qui le révèle concrètement au public. En 1999 il fonde sa propre compagnie : Le Théâtre Magasin dans laquelle il peut s’exprimer librement.
Dans Le Temps des Muffins, datant de 2009, il incarne un cuisinier hors-norme dans une drôle d’aventure…
Cette pièce est à découvrir au Théâtre Nouvelle Génération de Lyon jusqu’au 19 mars 2015.

De la bonne humeur

50 minutes, c’est le temps qu’il faut à ce fou mais attachant cuisinier pour nous confectionner des muffins de folie. Les ingrédients prennent vie, claquettes et marionnettes s’invitent dans une cuisine magique ou même le dilemme de l’œuf et la poule se résout !
Les rires des enfants éclatent dans la salle, ce qui montre l’efficacité du Temps des Muffins.
La bonne humeur communicative de Joël Da Silva y est sûrement pour beaucoup. Il joue son rôle à la perfection, même les plus grands se retrouvent dans un monde parallèle où la farine éternue, le lait se personnifie, et les ustensiles s’agitent en rythme. La musique est d’ailleurs un élément clef du spectacle. Entre les symphonies de Mozart et « Aline » de Christophe, tout un univers se crée!

La force de l’imaginaire

« Le temps des Muffins » est celui d’un imaginaire que l’on aime. Les mots s’envolent, les métaphores avec. La poésie est au rendez-vous dans cette pièce de théâtre innovante. Un petit bonhomme en bois devant boire une soupe pour grandir est prétexte à toute une rêverie pacifique. Et pourtant, l’océan n’est qu’un bout de tissu. Les obstacles ne sont que des mots. Le gâteau se fait bien sous nos yeux. Avec plus ou moins d’imagination selon les instants. Il est vrai que l’on est loin d’une recette traditionnelle. Mais comme le cuisinier le dit et le répète : « le tout, c’est de bien mélanger ! ».
Étonnamment, Le Temps des Muffins évoque aussi des sujets délicats, notamment celui de la mort. Parler de cela aux plus petits à travers Tante Léa ou encore un muffin brûlé, oublié dans le four, telle est la force de ce spectacle qui reste avant tout comique.

Trois petites gouttes de…

muffins-1_thumb
© Mathieu Dupuis

Cette pièce est un délice, au même titre que les muffins cuisinés sur place, grâce au mystère des trois petites gouttes. Véritable objet de quête (leitmotiv dans les contes pour la jeunesse, grande source d’inspiration pour Joël Da Silva), il s’agit ici peut-être de la seule petite déception de la pièce. En effet, nous ne savons pas à quels parfums sont ces trois petites gouttes. Libre aux spectateurs de choisir leur composition.

Mais qu’importe, car il faut toujours un petit secret bien gardé au fond d’un placard, pour faire des grands plats.

Amandine Darmochod

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *