Les Gardiens de la Galaxie : un Marvel drôle et funky plus qu’héroïque

Le dernier né des studios Marvel est sorti ce mercredi 13 août en France et propose de nouveaux super-héros très peu connus en France mais que le réalisateur James Gunn et ses acteurs ont su magnifier pour nous en mettre plein la vue !

Des super-héros bien funkys !

Pour qu’un film de super-héros soit réussi, il faut des héros qui aient du charisme. Et niveau charisme, on peut dire qu’ils en ont, mais pas forcément celui qu’on attend… Peter Quill, alias Star Lord, joué par Chris Pratt, est un jeune humain enlevé, alors qu’il était enfant, juste après la mort de sa mère. Elevé par Yondu, leader des « Ravageurs », il devient un voleur si doué qu’il fausse compagnie à Yondu pour travailler en solo. Chris Pratt, un peu débonnaire et avec une bonne tête de gars sympa, s’impose naturellement dans ce rôle de voleur roublard écoutant de la bonne musique rétro (augmentant son capital sympathie auprès du public), capable à la fois de la plus cruelle bassesse et à la fois de la plus grande forme de bravoure. Si au départ, le fait qu’ils voyagent tous dans son vaisseau en font le capitaine de l’équipe, il prend naturellement le leadership par sa bonne humeur et son côté avenant. En bref, Peter Quill, c’est le pote que tout le monde aimerait avoir – à condition de ne pas posséder d’objets de valeur… A ses côtés on retrouve Gamora, une alien à la peau verte, fille adoptive de Thanos, qui veut le trahir pour sauver la galaxie. Cette femme au caractère bien trempé est jouée par Zoé Saldana, qui après avoir été un extraterrestre bleu grâce à la motion capture dans le film Avatar, est maintenant intégralement maquillée en vert pour interpréter la seule femme du groupe. Insoumise et avec une vraie volonté de sauver la galaxie du danger qui la menace, elle incarne la raison et c’est parce que Star Lord a un faible pour elle qu’il accepte de risquer sa vie pour sauver la galaxie.  C’est elle l’âme des gardiens ! Drax, le destructeur joué par Dave Bautista, veut à tout prix se venger de Ronan qui a tué sa femme et sa famille et qui veut récupérer l’objet que Star Lord a en sa possession et qui est capable de détruire des planètes et galaxies entières. Ce personnage simplet n’est rien d’autre qu’une brute épaisse qui ne comprend pas toujours ce qu’on lui dit mais qui suit les ordres. Doté d’une force colossale, il est un atout intéressant de l’équipe surtout une fois qu’il considère ses compagnons comme ses amis, car « on ne parle pas mal de [s]es amis ! » Rocket, le raton-laveur cyborg, doublé par Bradley Cooper a un humour décapant et est très susceptible sur sa condition de petit raton-laveur, faisant ainsi de lui un personnage attachant et colérique. Si Star Lord est le blagueur, Gamora la sérieuse, Drax, la brute idiote, Rocket lui serait le cerveau capable de toujours imaginer de nouvelles armes ou de trouver des plans pour s’échapper des pires situations. Un bourrin stratégique qui ne jure que par la force des armes… Son fidèle acolyte, Groot, doublé par Vin Diesel qui aura enregistré la voix de Groot dans presque toutes les langues dans lesquelles le film sera diffusé, est un arbre qui ne sait prononcer que trois mots « I am Groot » et exclusivement dans cet ordre, d’ailleurs on ne peut que déplorer que la VF traduise cette phrase par « Je s’appelle Groot » donnant un côté un peu débile au personnage qui est loin de l’être. Bien au contraire, même s’il ne sait pas parler la langue des autres membres de l’équipe, il sait éprouver les mêmes sentiments et est « une racine » avec de vraies valeurs d’amitié ! Un membre peu causant mais essentiel à l’équipe car ses branches font de lui un être presque invincible. Ses personnages sont si particuliers qu’ils auraient chacun pu bénéficier d’un film centré uniquement sur leurs aventures. Au final, le scénario n’a rien d’exceptionnel et c’est vraiment le jeu de ces personnages qui est à la base de la réussite du film.

les-gardiens-de-la-galaxie-affiche-53763a633e225

Un scénario original pour un Marvel

Les derniers films Marvel nous ont montré des supers-héros en proie à de gros doutes existentiels. Depuis les événements de New York dans Les Avengers, Iron Man se pose des questions sur son action et est quelque peu dépressif, Hulk est perpétuellement en crise existentielle sur lui-même, Thor, apprend petit à petit qu’être l’héritier du trône d’Asgard n’est pas facile surtout quand son frère Loki est un petit bâtard (au sens propre comme au figuré), Captain America se rend compte que le Shield est corrompu et que le monde militaire et politique l’est tout autant, ce qui le pousse à quitter le navire. Quant à Spiderman, le reboot de la saga avec les deux Amazing Spiderman, nous montre un jeune héros qui découvre qu’« un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ». Pour ce film, les héros ne sont pas en apprentissage de leur statut de super-héros car ils n’en sont pas. C’est le méchant du film qui les nomme « Les gardiens de la Galaxie », avant qu’eux-même n’en parle sérieusement, car l’objet qu’ils protègent a le pouvoir de la détruire. Ils deviennent de super-héros malgré eux, parce que Gamora a réussi à leur faire comprendre que s’ils voulaient survivre, il fallait se bouger et sauver la galaxie. De plus, ils ne sont pas en pleine crise existentielle, ni en pleine remise en question, ils n’évoluent pas pour devenir des héros, c’est leur amitié et leur instinct de survie qui les fait devenir des héros. En ce sens, ce film est très particulier, tous les Marvel ont un ton assez humoristique voire sarcastique mais ici il est poussé à l’extrême et le rire est le moteur du film. On rit pendant les phases de combat tant les protagonistes sont funkys et sont capables de bons mots. En un sens, ce film pourrait être considéré comme une espèce de parodie de films de super-héros.  Les héros sont des anti-héros, un peu à la manière d’un Hancock, ils sont avant tout hors la loi et ont envie de vivre leur vie comme ils l’entendent, au final sauver la galaxie s’est avérée être une étape dans la cohésion de leur amitié mais n’était pas une fin en soi. D’ailleurs, à la fin, lorsqu’ils quittent la planète Nova, ils veulent tous reprendre des activités criminelles et se voient gentiment expliquer que c’est illégal… Le côté parodique peut aussi se sentir grâce à la filmographie de James Gunn qui s’était par deux fois essayé aux films de super héros avec deux films comiques et parodiques, The Specials et Super. Aussi le ton irrévérencieux de Peter Quill pourrait être la façon de parodier efficacement les films du genre.

les-gardiens-de-la-galaxie-photo-53cfabd1db683

Une parodie sérieuse et époustouflante

Quand je parle de parodie, je ne parle pas de la simple critique d’un genre mais plutôt du détournement des codes du genre de manière assez humoristique pour nous donner l’impression d’assister à un film fantastique sur fond de super-héroïsme. On peut donc tirer un coup de chapeau à James Gunn et à Marvel d’avoir brillamment adapté ce comics peu connu en France et qui avait été revisité dans les années 1990 pour le moderniser en changeant les héros. Ainsi, les Gardiens de la Galaxie du film sont ceux de la deuxième génération. Bien que les codes soient détournés, on trouve tous les ingrédients d’un film de super-héros, un super villain qui veut détruire la galaxie et des gentils héros prêts à risquer leur vie pour elle. Si le scénario de départ est assez sommaire, on soulignera donc la qualité des acteurs et de leurs répliques, les effets visuels sublimes comme la scène lorsqu’il quitte Knowhere lorsque Peter Quill sauve Gamora ou lorsque Groot les encercle de ses branches pour les protéger du danger. On notera le caractère délirant du personnage de Benicio del Torro, le Collectionneur, qui si pour certains rappelle le célèbre pianiste interprété au cinéma par Michael Douglas, évoquera plutôt pour d’autres le personnage du Mérovingien joué par Lambert Wilson dans Matrix. Et enfin ce qui rend ce film si excellent c’est la bande originale des années 70-80 qu’écoute en boucle Peter Quill dans son Walkman avec des tubes de Michael Jackson, Marvin Gaye ou encore David Bowie, comme ce personnage, à l’écoute de chaque chanson, on a envie de danser et d’inviter les autres à le faire avec nous.

Les Gardiens de la Galaxie est un film plus intéressant qu’il n’y paraît, d’une grande beauté visuelle et dont le casting est tout simplement excellent !

Jérémy Engler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *