Les Rois de la galette, une compétition très sympathique

Le Lyon BD Festival présente cette année Les Rois de la galette, bande dessinée sortie fin 2014 et parue dans les éditions Lapin dans la collection petit lapin donc un visant un jeune, voire très jeune public. L’histoire a été composée par Alice, enseignante maternelle et auteur, et les dessins par Coquin. On peut voir dès la couverture que cette bande dessinée va donc être chaleureuse.

Une histoire rigolote

Les rois de la galette désigne les participants au concours organisé par le roi. Ses enfants ne semblent pas trouver une galette à leur goût : ils critiquent sans cesse celle de leur belle-mère. Alors, préoccupé par leur bien-être, le roi organise ce concours de la meilleure galette. C’est ainsi qu’un cochon, un renard, une tortue, un ours, un loup et un panda se mettent au travail. Enfin, façon de parler car ils ont tous une manière très différente d’arriver à leur but.
Cette histoire commence alors comme un conte mais très terre à terre car l’on a pas d’histoire de château, de malédiction ou de fées. Il s’agit seulement d’enfants qui se moquent de leur belle-mère en lui faisant croire que sa galette est mauvaise. Mais, si cela ne ressemble pas à un conte, on a pourtant l’animation des animaux tout autour du royaume, comme dans une fable de la Fontaine : ils font la course à la meilleure galette et s’ensuit des péripéties et retournements. Mais ce qu’il y a d’assez amusant c’est que l’histoire gagne en profondeur au fur et à mesure que le concours avance. Par exemple le loup va piquer la galette dans un autre conte, celui du petit chaperon rouge. On doit avouer que c’est plutôt bien pensé, on ne pouvait pas s’y attendre ! Ainsi ce concours devient plus important que tout puisque les participants sont près à tout pour gagner, ils n’y a plus aucun scrupule pour pouvoir gagner la compétition.
Mais, comme dans tous les contes, la fin se retourne contre ceux qui ont triché, et dans tous les sens du terme. Et là, plus de rapport de force ou de hiérarchie !

Un dessin dynamique

Le format du livre est plutôt une histoire illustrée qu’une bande dessinée. En effet, on a une page consacrée au récit et celle d’à côté pour les dessins. Mais le texte étant très simple et peu long à lire, on est très vite à regarder les dessins, donc on peut dire que cela se lit aussi vite qu’une bande dessinée. Et le fait d’avoir une histoire plutôt simple permet de regarder plus les illustrations de très bonne qualité. Car les images sont très parlantes et on apprécie l’importance qui leur est donnée. Le format paysage du livre présente alors de grands dessins qui sont forts dans leur ensemble mais aussi dans leur singularité car ils ajoutent au récit les émotions et le comique attendu.
Ces dessins sont d’autre part très bien car ils ne sont pas trop enfantins, ils apportent une autre dimension au conte qui est très court. Ces images permettent de lui donner du corps et donc sont très utiles. On peut voir en plus que l’auteur est habitué à dessiner pour un public plus vieux et cela fait donc mûrir l’ensemble de l’œuvre. L’œuvre est donc très dynamique et la modernité des dessins permet d’annoncer la fin de l’histoire finalement ironique et pas si naïve malgré le jeune public ! C’est d’ailleurs un souhait de la ligne éditoriale : faire des livres pour enfants mais avec des sujets différents, en somme loin du cliché des contes pour enfants qui les endorment dans des narrations peu modernes et vraisemblables. Ici le conte est rythmé, court, illustré avec bonne humeur mais pas sans parodier les autres contes pour enfants !

Les Rois de la galette est donc une bande dessinée très rafraîchissante, courte mais où tout est bien mesuré. On aime l’humilité de l’histoire, du dessin qui ne se prend pas au sérieux et qui en fait donc un livre pour petits que les grands ne peuvent qu’approuver ! On pourra retrouver l’auteur le 13 et 14 juin à la Chambre du Commerce.

Solène Lacroix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *