Les vrais héros du festival Lyon BD ne sont pas ceux que l’on croit

Depuis le 1er juin, la BD s’est installée un peu partout à Lyon pour préparer le Lyon BD festival qui commence les 13 et 14 juin 2015. Pour ses 10 ans, le Lyon BD festival devient éditeur. Cette année est sorti l’album Héro(ïne)s qui fait suite à l’exposition du même nom qui s’était déroulée à l’Hôtel de Région de Lyon du 6 au 16 octobre 2014. Afin de lancer la 10ème édition du festival et à l’occasion de la sortie de l’album, l’exposition est de retour à la Maison du Livre, de l’Image et du Son à Villeurbanne du 3 au 27 juin.

Un projet drôle et original

© Florence Dupré La Tour
© Florence Dupré La Tour

La BD franco-belge s’amuse régulièrement à parodier la société ou une époque voire à se parodier elle-même. Pour s’en rendre compte, il suffit de lire Astérix, Silex and the City… De plus, la BD en général, est très humoristique comme Le Chat, Gaston Lagaffe, Le petit Spirou, Les profs… Ainsi, l’idée de JC Duverney de parodier les grands héros de la BD s’inscrit dans cette veine de BD humoristique.
Pour les parodier, JC Duverney, soutenu par le festival Lyon BD, a invité des dessinateurs à s’approprier un personnage célèbre de BD ou de Comics et d’imaginer sa version féminine. Si la parodie est là, on note néanmoins un réel hommage au dessinateur pastiché.

© Yan Le Pon
© Yan Le Pon

En effet, les personnages féminisés, ces Héro(ïne)s sont fidèles aux personnages et s’inscrivent dans des couvertures très connues de la BD originale. Il n’était pas question de dénaturer l’œuvre originale et de la transposer dans un univers qui ne serait pas le sien mais vraiment d’imaginer le même univers, le même « visuel » mais féminisé. C’est ainsi qu’on a Tintine et et les Picarros, Capitaine Albatrice, Vulverine, la Chatte du Rabin, Supermeuf, la femme d’acier, Gastonne, Gaffes, bévues et boulettes… Toutes ces parodies restent dans le ton de la BD originale et ne tombe pas dans la caricature.

Une exposition éducative

ludivine stock
© Ludivine Stock

En plus de ne pas caricaturer, cette exposition replace les BDs dans leur univers d’origine avec une petite note explicative. En plus de ces précisions, les auteurs expliquent pourquoi ils ont choisi cette œuvre plutôt qu’une autre et le message qu’ils ont voulu faire passer avec leur création. Non seulement on admire l’art mais en plus, on nous en livre les secrets !
Ces secrets sont agrémentés de réflexions d’universitaires sur la condition féminine dans la BD, la place des femmes en tant qu’héroïnes… A chaque dessin, son édito universitaire qui loin d’être pompeux se rend très accessible et donne un intérêt supplémentaire aux œuvres qui nous sont présentées.

© Cécile Morvan
© Cécile Morvan

Qui plus est, cette exposition n’est pas seulement physique, elle est aussi virtuelle puisqu’un Tumblr lui est dédié. Il est actualisé dès qu’un nouvel artiste contribue faisant de cette initiative, un projet infini…

Ne manquez pas cette exposition qui a lieu du 3 au 27 juin 2015. Souhaitons autant de succès à cette exposition que celui obtenu par l’exposition sur les Comics américains de l’année dernière organisée conjointement par le festival Lyon BD et la Maison du Livre, de l’Image et du Son de Villeurbanne.

Si jamais vous ne pouvez pas vous y rendre, l’album de l’exposition est lui disponible au Palais du Commerce de Lyon pendant le festival les 14 et 15 juin 2015.

Jérémy Engler


Article sur le même thème : Didon et Enée de Purcell sous les traits de la bédéiste Florence Dupré La Tour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *