Lever de rideau sur Gaston Miron grâce au Cercle des Poètes Apparus du Littérarium

Le mercredi 21 janvier à 19h, au théâtre de la Renaissance d’Oullins, se tenait une lever de rideau organisé par Le Litterarium et soutenu par notre journal. Cet événement avait pour but de faire découvrir au public, encore une fois très nombreux, les textes du poète Gaston Miron avant la représentation de la pièce Batèches du 18 au 20 mars à 20h au Théâtre. En grands amateurs de poésie, les membres du Cercle des Poètes Apparus (CDPA) ont pris plaisir à découvrir un poète encore trop méconnu en France et qu’il vous faudra à tout prix découvrir à l’occasion de cette création musicale au printemps si vous n’avez pas eu la chance d’apprécier les textes proposés par le CDPA.

« La poésie est une voie/x »

Une veillée poétique pas comme les autres

10444392_642119705898734_1190338012148883787_nLe Cercle des Poètes Apparus, sous l’égide de l’association du Litterarium, organise plusieurs fois par an, des veillées poétiques afin de promouvoir la création poétique estudiantine. Ces veillées se déroulent habituellement à l’Université Lumière Lyon 2 à laquelle est rattachée l’association. Elles proposent donc à tout poète, étudiant de préférence, de venir lire un de ses textes devant une assemblée majoritairement composée d’étudiants mais aussi de tout amateur de poésie. Dans une ambiance jazzy et avec un buffet de cookies et de boissons non-alcoolisées et quelques jeux.
Pour cette veillée exceptionnelle au Théâtre de la Renaissance, il n’y a pas eu d’appel à textes, le but de ce lever de rideau poétique était de faire découvrir Gaston Miron à travers les lectures théâtralisées proposés par les membres du Cercle. Si le buffet, les jeux et la musique étaient absents, la création étudiante était tout de même représentée avec des textes composés et lus par les membres eux-mêmes, qui, il faut bien le reconnaître, ont du talent à revendre…

Une veillée spectacle

© Clara Di Cesare
© Clara Di Cesare

Tout d’abord il faut saluer le travail de mise en scène et d’écriture. Au delà des textes poétiques lus, les transitions et les petits sketchs essentiellement proposées par la cheffe de cérémonie, Juliette La Mondaine, aussi appelée Duc Belette, sont un régal. L’écriture est fluide, poétique et rimée. L’ambiance est posée, nous voici dans un salon littéraire – poétique – qui s’apprête à nous livrer ses trésors poétiques. Chaque membre du Cercle s’affuble d’un accessoire pour entrer dans son rôle, ainsi Valentin devient Louis, Perrine devient Speakerine, Alexandre, Thanandre, Céleste, Colombe Lanoire et Jérémy, Phosphore. Tous vont mettre leur talent de lecteur en avant par duo. Speakerine et Louis lisent deux textes d’amour « Avec toi » et « Ma désolée sereine ». Colombe Lanoire et Thanandre lisent eux trois textes sur la vie et ses aléas « La route que nous suivons », « Self-défense » et « Petite suite en lest ». Puis viennent Phosphore et Duc-Belette pour la lecture la plus réussie. Ils lisent les « Monologues de l’aliénation délirante », sûrement le plus beau texte du corpus proposés où le délire se mêle à la raison avec élégance. Les prestations des deux lecteurs se répondent et se mêlent pour nous faire ressentir toute la force de ce poème !
Cette belle performance suivie de la lecture collective et interactive avec le public sur « Les mots changent-ils quand ils changent de bouche ? » sont probablement celles qui nous permettent le mieux de pleinement ressentir la beauté du texte. Au sortir de la représentation, on se souvient avec plaisir de la performance de chaque duo mais pas de l’histoire de chaque poème, si l’émotion était présente, peut-être la lecture était-elle trop théâtralisée et c’est probablement le seul bémol à souligner sur ce premier spectacle proposé par le Cercle des Poètes Apparus du Litterarium.

10923780_661879123922792_6123613150454188285_o
© Clara Di Cesare

La création étudiante toujours foisonnante

Si parfois, on perd la beauté des textes lors des duos, ce n’est pas le cas lorsque chaque membre du Cercle vient nous livrer un poème issu de son imagination fertile et originale.
Louis, nous livre une lecture drôle et rythmée de son « Rimeur épéiste », un texte sur la création rimique assez détonnant. Colombe Lanoire nous sert un poème court mais très émouvant « Tes Chiennes de chaînes » sur l’emprisonnement d’une femme et sa mort… Pas très gai tout ça, heureusement, Speakerine entre en scène avec « Douce nuit » qui se rapproche plutôt d’un hymne à la vie. Tout n’est pas perdu quoique… Après cette hymne à la vie arrive Thanandre avec « Cheminements » qui nous offre une lecture prenante et très expressive des méandres de son esprit, il paraissait habiter et posséder par son texte. Phosphore, le slameur de l’équipe nous livre lui aussi, comme à chaque veillée poétique, une lecture slamée prodigieuse sur un texte magistral « Foot et flow » qui évoque la renaissance d’un footballeur blessé grâce aux mots. Un bel hymne à l’espoir ! Puis Duc-Belette, notre maitresse de cérémonie nous offre le dernier poème un peu plus léger sur « L’histoire d’une courgette » mais ne vous méprenez pas, cette courgette qui finira manger n’a pas une vie facile !

Cette veillée qui ne pouvait pas se conclure avec des cookies n’en reste pas moins une réussite. Le spectacle était réussi même si parfois les lectures laissaient échapper la beauté brute du texte. Ce bon moment nous rappelle que la poésie vit toujours et doit continuer à vivre. Merci au Cercle des Poètes Apparus pour leur travail et leur engouement « pimpants ». Vivement la prochaine veillée !

Jérémy Engler


Pour mieux découvrir Gaston Miron, le Théâtre de la Renaissance propose différents événements en résonance avec cette oeuve :

– Concert-rencontre proposé par les Percussions Claviers de Lyon à l’Hameçon à Lyon le jeudi 26 février à 19h30

– Atelier de découverte et de pratique des percussions avec les Percussions Claviers de Lyon au Théâtre de la Renaissance le lundi 9 mars de 19h à 22h

– Conférence sur Gaston Miron et Batèches prganisée par l’Association Lyon Québect et l’Espace Pandora dans la salle des mariages de la Mairie du 6ème arrondissement de Lyon le jeudi 12 mars à 18h

– Un bord de scène avec l’équipe artistique de Batèches le mercredi 18 mars à l’issue de la représentation

– Un autre lever de Rideau, organisé cette fois-ci par le département des Percussions du Consrvatoire de Lyon le jeudi 19 mars à 19h30

3 pensées sur “Lever de rideau sur Gaston Miron grâce au Cercle des Poètes Apparus du Littérarium

  • 27 janvier 2015 à 20 h 50 min
    Permalink

    Qu’est-ce que je regrette de ne pas avoir pu y aller !!!

    Répondre
    • 27 janvier 2015 à 23 h 15 min
      Permalink

      Oui je suis sincèrement désolé… Une fois sur place, je me suis rappelé que vous n’aviez pas les réseaux sociaux et que j’avais oublié de vous prévenir… Promis, je vous tiens au courant pour la prochaine… Encore désolé !

      Répondre
      • 28 janvier 2015 à 9 h 23 min
        Permalink

        non, non , ne soyez pas désolé ! Vous m’aviez donné les infos en décembre, et pour une fois, nous avions eu un message dans la lettre des personnels !!! j’ai juste eu un imprévu qui m’a empêchée d’y aller…
        mais surtout, ne croyez pas que c’est de votre faute !
        bon, ça y est, j’ai plus de temps, je vais pouvoir recommencer à commenter 😉

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *