L’incroyable vie d’une petite Balle Rouge

Du 12 au 16 avril 2019, le Kingfestival de Velikiy Novgorod en Russie propose, pour sa huitième édition, un Focus sur des productions françaises, en partenariat avec l’Institut Français de Saint-Pétersbourg. Le premier spectacle programmé est La Balle Rouge de la Compagnie La Balle Rouge. Cela fait plus de dix ans que ce spectacle tourne dans le monde entier et qu’il continue à glaner des prix lors de festivals dédiés au jeune public. Ce théâtre d’objet est particulièrement surprenant !

De grands bonshommes en mousse

A l’instar du Petit bonhomme en mousse de Jordi Beltran, Marie Vivier et Denis Garenaux utilisent des frites en mousse comme personnages et parviennent à nous raconter une histoire d’amour avec humour, délicatesse et poésie. Sans décor, avec seulement ces frites à la souplesse protéiforme, ils parviennent à raconter l’histoire d’un couple à travers le prisme d’une balle rouge qui devient le symbole des aléas de la vie. C’est avec un talent suffisant pour faire oublier leur présence que les deux marionnettistes manipulent, pratiquement sans être vus, ces objets devenus de véritables humains grâce à la magie du théâtre. Toute la performance est rythmée par la musique de Frédéric Ferrand jouée à l’accordéon, qui accompagne la vie de ce couple et amplifie l’empathie avec les personnages qui nous sont présentés. L’accordéon apporte une douceur et peut faire penser à la musique des bals musette où les jeunes gens se rencontraient, se draguaient et tombaient amoureux, un peu comme le montre cette performance.

Le festival accueillait la version allégée du spectacle avec un seul musicien, en effet il existe deux autres versions de cette pièce, une avec un duo entre un violoncelle et bandonéon et une autre avec un quatuor à cordes et un bandonéon qui doivent chacune conférer une atmosphère différente au spectacle.

© Cie La Balle Rouge

La vie au contact d’une balle rouge

Cette balle rouge, couleur de la passion, est un grain de sable dans la vie de ces deux frites en mousse. Toutes deux sont intriguées par cette forme, s’en méfient, l’apprivoisent, tentent de se l’approprier pour eux-mêmes et se querellent à ce propos, avant de se rendre compte des sentiments qu’elles ont développés l’une pour l’autre. Les metteurs en scène Denis Garénaux et Franck Jublot ont eu la bonne idée de ne pas utiliser la couleur rose pour représenter une des deux formes. L’une est bleue et l’autre jaune, ainsi le spectacle ne tombe pas dans le piège d’une histoire uniquement centrée sur un homme et une femme, en n’utilisant pas de couleurs trop genrées, on peut imaginer le couple que l’on veut, homme/femme, femme/femme, homme/homme. Finalement, la seule chose qui compte est que lorsque le bleu et le jaune se mélangent, ça donne du vert, ce qui explique que leur enfant soit vert.

Cette passion née grâce à cette balle rouge donne naissance à un enfant à qui les deux frites transmettent leur lien avec cette balle, ils s’en servent pour jouer avec lui et finalement devient sa propriété. Une fois devenue la propriété de cet enfant qui s’amuse avec, les parents commencent à s’éloigner, comme si cette balle les maintenait unis. Après avoir construit une maison avec des cubes des deux couleurs mélangés, ils la démontent et chacun récupère les cubes liés à sa couleur pour construire sa propre maison et marquer leur séparation. Cette séparation est également actée par la division de la table sur laquelle évoluaient les deux personnages. Coupée en deux, elle crée un fossé entre eux, fossé que l’enfant tente de combler, de remplir pour retrouver cet environnement perdu et la balle rouge devient de nouveau un moyen de traverser ce gouffre installé entre eux…

 

La fin du spectacle est très surprenante et saura ravir les enfants qui s’identifieront davantage à l’enfant de ce conte admirablement mis en scène, même s’il présente quelques longueurs au moment de la séparation.

Jérémy Engler

 

2 pensées sur “L’incroyable vie d’une petite Balle Rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *