Live fou d’une jeune fille garnement et sa bande, Yelle au Ninkasi Kao de Lyon

En tournée pour leur album Complètement Fou, on retrouve Yelle et sa belle électro-pop française ce jeudi 26 février 2015. De retour dans la salle du Ninkasi Kao à Gerland, la chanteuse et son groupe nous livrent un set de près d’une heure vingt. Yelle a enchainé les morceaux des ses différents albums, permettant à la foule de danser en rythme jusqu’à l’épuisement. Entre morceaux plus lents et chansons électro-pop, Yelle nous a fait passer une merveilleuse soirée.

Une première partie inattendue

On entre dans la salle sombre du Ninkasi Kao, s’attendant à trouver une foule qui se presse contre une scène pour l’instant vide. Mais non, un quart de la foule n’est même pas rentré que la première partie est déjà sur scène : et elle en surprend plusieurs. C’est un effet une jeune drag queen, Chantal La Nuit, qui fait le DJ et chauffe la foule, et c’est réussi. La foule commence à danser déjà au rythme de ses remix, et elle termine avec un remix de « Libertine » de Mylène Farmer au milieu des rires et de la bonne humeur.

Une jeune fille garnement qui se déhanche

© Eleonore Arnould

Mais c’est Yelle que tout le monde attend avec impatience. Vers 21h30, les lumières s’éteignent enfin, et on voit Grand Marnier, accompagné d’un autre jeune homme, s’installer chacun à une batterie, de part et d’autre de la scène. Ils commencent à lancer les beats, tout ça de manière très chorégraphiée, en rythme puis chacun leur tour : un véritable spectacle qui commence. Puis l’on voit finalement la jeune chanteuse Yelle arriver sur scène, et entamer sa première chanson de la soirée : « Comme un Enfant ». Assez réputée pour ses tenues loufoques sur scène, elle arrive d’abord dans une robe très géométrique (sans doute de la marque Jacquemus au vu de la forme et découpe). Elle réapparaitra après une première sortie de scène dans une combinaison bleu avec pour motif le Y, logo de Yelle. Ce logo apparaît également en énorme derrière eux, et est parfois éclairé de pleins de couleurs ou parfois disparaît dans l’obscurité.
Dans ces tenues, la jolie Yelle lance ses chansons et accompagne la foule en dansant partout sur scène. Les trois membres ne sont pas là seulement pour nous interpréter leurs morceaux : ils sont là pour s’amuser et se faire plaisir en nous faisant plaisir. Et ça se ressent tout au long du concert. Yelle se déchaine sur scène, et danse en « faisant des ronds avec son bassin », accompagnant sa musique et ses paroles par tous les mouvements de son corps. On aperçoit Grand Marnier et son acolyte derrière Yelle, souriant de toutes leurs dents en voyant la foule qui se déhanche. Ils nous offrent un véritable show, avec des instants très chorégraphiés, surtout pour les deux batteurs et leur sorte de danse entre eux en faisant résonner leurs instruments. Ils finiront même par se rejoindre entre leur batterie pour se serrer dans leurs bras, avant de retourner jouer. Yelle, quant à elle, accompagne leurs rythmes de sa voix. Et elle nous prouve qu’elle en a : entre ses chants avec une voix enfantine et ceux où elle tient longuement la note, elle nous impressionne. On notera le jeu de lumière impressionnant, qui passe du simple blanc au multicolore en fonction des chansons.

Et qui rend la foule complètement folle

© IAMJUSTEEN

Quand Yelle débarque, toute la foule s’élance au rythme de sa voix et aux rythmes effrénés de ses chansons. L’échange avec le public est important, Yelle nous fait crier, sauter. Elle nous apprend à faire des ronds avec notre bassin avant d’entamer « Ba$$in », puis nous demande de devenir complètement fous pour son final. Le groupe nous fait taper des mains en rythme, nous demande de chanter avec eux. C’est aussi ces échanges qui rendent le concert intéressant et rend le public heureux d’être là. Il y a un sentiment de réel partage entre le groupe et nous.
De plus, la setlist jouée par le groupe est un très bon mélange des trois albums de Yelle. Les fans de longue date retrouvent les chansons qu’ils connaissent et adorent comme « L’Amour Parfait » ou « Tristesse/Joie ». La majorité de la setlist s’équilibre principalement entre les chansons de Complètement Fou et de Safari Disco Club, son précédent album, sorti en 2011. On pourrait regretter qu’il n’y ait pas plus de chansons de Complètement Fou, surtout qu’on attendait beaucoup de certaines en live. Mais cette setlist plaît beaucoup, et on sent la joie dans la foule d’entendre des morceaux moins récents, et de pouvoir chanter tous en cœur sur « Je Veux te Voir ». On est aussi heureux de pouvoir entendre « Dire qu’on va tous mourir » en live, chanson pourtant assez courte et lente du dernier album. Elle permet de calmer la foule, et est assez étonnante en live, où la voix de Yelle résonne dans la salle calme. Le choix des chansons est donc très judicieux et permet à tout le monde de danser presque tout le concert. On découvre avec joie le rendu de Complètement Fou en live, et c’est très réussi.

C’est donc un concert que l’on sent assez étudié par le groupe, avec une jolie setlist qui mixe très bien les divers albums du groupe. On se rend compte de la puissance live de chaque chanson. Le public partage toute l’émotion, l’intensité et l’énergie diffusées par la chanteuse et ses deux acolytes. On ressort du concert fatigué, déshydraté, presque sans voix mais heureux d’être venu : on aurait presque voulu que ça dure encore quelques heures.

Eléonore Arnould

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *