No et moi : le coup de cœur d’Amandine pour une histoire émouvante pleine de tolérance !

Delphine de Vigan est une romancière française née le 1er mars 1966 à Boulogne-Billancourt. Elle a écrit sept romans dont No et Moi en 2007, couronné par le prix des libraires en 2009. Le livre a été ensuite adapté au cinéma par Zabou Breitman et est sorti le 17 novembre 2010 dans les salles.

Un « roman moral »

Lou Bertignac est une jeune surdouée de 13 ans qui aime découvrir le monde, l’analyser et surtout observer les départs et arrivées à la Gare d’Austerlitz. Elle y rencontre No, une SDF de 18 ans à peine. Dans ce roman, nous sommes plongés dans le point de vue de cette pré-adolescente lucide et ouverte d’esprit. Isolée, elle vit dans une famille endeuillée par la disparition de sa petite sœur Thaïs. Plutôt incomprise, seul Lucas un camarade de classe semble l’apprécier. Sa vie bascule le jour où elle décide par hasard de faire un exposé sur les SDF.
No et Moi met en lumière le point de vue d’une jeune, plus tout à fait enfant, sur l’affligeante réalité qui nous entoure : celle d’un monde cruel. Sans oublier que l’ambiance familiale est chaotique. Entre une mère dépressive et un père qui maîtrise l’art du faux sourire, Lou Bertignac se perd et se réfugie dans ses livres.
Elle décide malgré tout de brusquer ses parents, afin de sauver No, de lui offrir un toit, de lui redonner une chance car la misère apparente la révolte. Elle voudrait que les choses bougent, que toute cette atrocité qu’est vivre dans la rue ne soit plus une fatalité.

« No, son visage fatigué, ses vêtements sales, son silence. No, privée d’amour, rebelle, sauvage. No, dont l’errance et la solitude questionnent le monde »

Cette rencontre bouleversante permet à Lou de grandir. En effet, No et son avenir est une obsession pour elle. On ressent à travers l’écriture une énorme fascination pour ce personnage haut en couleurs.
Quoiqu’il en soit, Lou se retrouve nez à nez avec une réalité frappante. Elle ne se laisse cependant pas impressionner. Sa décision d’améliorer les conditions de vie de No est digne des plus grands.
Ensemble, elle et No vont vivre une histoire palpitante.

Entre l’écrit et l’écran

En 2010, la réalisatrice Zabou Breitman offre une adaptation intéressante de No et moi. Même titre, même histoire, le long-métrage permet de mettre des visages sur des noms. Un film tout en finesse, où seule l’histoire compte.
Nina Rodriguez aux cheveux longs et l’air un peu naïve, colle parfaitement au personnage de Lou. Tandis que Julie-Marie Parmentier dans le rôle de No évoque bien le tempérament de feu de la jeune femme qui paraît déjà avoir tout vécu.
Il est toujours délicat de passer d’un roman à un film sans être déçu sur certains points. Néanmoins, dans le cas de No et Moi, l’interprétation est juste. L’émotion est au rendez-vous, et rien que pour cela, No et Moi se doit d’être lu, mais aussi d’être vu.

Amandine Darmochod

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *