Le No Show : sous les planches, la grève !

C’est un étrange tintamarre qui résonne sur les pavés d’Avignon dans la rue du 11 Gilgamesh Belleville. Le Collectif Nous Sommes Ici ne s’est pas contenté d’investir la salle du théâtre du 6 au 28 juillet tous les soirs à 23h, ils ont monopolisé la rue, érigé les barricades et sortis les peintures de guerre dans une ambiance de joyeuse révolte pendant le Festival Off d’Avignon.

On est dans marde !

Spectacle performance, spectacle qui parle d’un spectacle, conférence théâtralisée sur le théâtre… Comment définir cet ovni tout droit venu du Canada ? Le No Show, comme son nom l’indique peut-être, est alors simplement un non-spectacle. Un spectacle qui n’aura pas lieu. Du moins pas dans son intégralité. Chaque représentation, du fait du dispositif est unique : conçu comme un puzzle dont certaines pièces seraient manquantes certains jours et pas d’autres, le No Show se recompose tous les soirs de manière différente. Dans une conférence, les comédiens parlent de leur métier. Qu’est-ce qui pousse quelqu’un à devenir comédien, il leur est facile de répondre à cette question. Celle qui se pose ensuite donne lieu à plus d’ambiguïté : qu’est-ce qui pousse un comédien à persister dans sa profession ? Quel sacrifice est-il prêt à faire sans pour autant se perdre sur le chemin ? Inspirés par leur histoire personnelle et avec un humour décapant, ils dressent le portrait de la condition des acteurs à l’heure actuelle et plus largement de la société du spectacle. Les financements, les à-côtés nécessaires pour toucher un salaire décent, la concurrence, le sexisme ambiant… Toujours sous un angle différent et avec autodérision, ils nous exposent les contraintes et les joies d’être comédien. Loin d’être une complainte, l’intelligence du spectacle réside dans le fait qu’il implique pleinement le public dans le processus de la représentation. Ils font en sorte de le confronter à la réalité de la production d’un spectacle, et parlent de ce sujet si tabou : où vont donc les subventions et que financent-elles concrètement ? Quoiqu’il en soit ils sont bien décidés à ne pas se brader pour le plaisir de jouer, ils s’engagent et nous invitent dès notre entrée dans le hall du théâtre à jouer le jeu ! Avant de vous en dire plus et si vous souhaitez garder la surprise du spectacle il vaut mieux arrêter votre lecture ici et faire confiance au collectif pour vous étonner et vous bousculer dans vos idées certainement préconçues du monde de la culture… Si vous êtes des curieux invétérés, et que le spoiler ne vous gâche pas la saveur de la découverte d’un spectacle, la suite de l’article vous en dira plus sur la nature de ce spectacle-performance, conférence théâtralisée… enfin vous avez compris quoi !

©Christophe Pean
©Christophe Pean

The show must go on à quel prix ?

Tout l’intérêt du propos du Collectif Nous Sommes Ici est dans le dispositif qu’ils mettent en place. Si, pour certains, entrer dans un théâtre est tout un rituel, une banalité ou même un problème pour d’autres. Si, pour certain, payer sa place est un devoir, une banalité ou même un problème pour d’autres. Si, pour certain, la représentation commence dans la salle, lorsque les lumières sont éteintes et que le rideau se lève, sur scène dès que l’on prend place… Si qui que ce soit s’attend à quoi que ce soit… il sera étonné. Le No Show met en question nos habitudes au théâtre. Dès l’entrée dans le hall, point de billetterie. Du moins pas habituelle. Vous avez le droit à un tarif ? Vous avez une carte de réduction ? Le Collectif vous propose mieux : une grille avec des tarifs allant de 0€ à 90€, avec des équivalence de prix, c’est à vous de choisir quel prix vous êtes prêt à mettre pour ce spectacle. La billetterie est cachée, vous êtes seul avec votre conscience et puis vous entrez dans la salle. La représentation commence avec sept comédiens et comédiennes qui parlent de leur passion et commencent le spectacle. Ils sont interrompus ensuite et nous annonce la recette réelle effectuée ce jour, le nombre de personne ayant choisi chaque tarif. La recette n’étant pas suffisante pour payer décemment l’ensemble de l’équipe artistique c’est au public de choisir qui restera sur scène pour la suite de la représentation. Les comédiens se rassemblent dans les loges et chacun à leur tour sont filmé pendant quelques minutes et tentent de nous convaincre de le ou la choisir. Propositions extravagantes, manipulation, séduction, tous les coups sont permis ! Les spectateurs sont invités à sortir leurs téléphones (première d’une longue série) et à voter pour les comédiens de leur choix. Les « élus » restent et jouent le spectacle tronqué des parties des autres qui partent faire grève dans la rue devant le théâtre et dont les images sont retransmises en direct.

©Christophe Pean
©Christophe Pean

Un spectacle aussi dingue qu’engagé. Le Collectif Nous Sommes Ici a décidé que ses revendications résonneraient sur scène mais aussi dans la rue, devant un public consentant et actif mais aussi en interpellant les passants. Drôle, surprenant et subtil, le No Show est un spectacle à expérimenter par tous !

Anaïs Mottet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *