Le Palais de Westminter de Londres n’est pas ce que vous croyez, venez le découvrir !

Le Palais de Westminster est un monument qui est très présent dans la vie des Britanniques et qui attire chaque année des milliers de touristes. Ces derniers viennent prendre en photo le bâtiment mais surtout sa fameuse tour de l’horloge, ou Tour Elisabeth, plus connue sous le nom erroné de Big Ben – en fait le nom de la cloche. Ainsi beaucoup d’entre nous sont passés devant ce monument sans même savoir que le nom officiel était le palais de Westminster, la maison du Parlement Britannique.

Chambre des Lords

Un monument ouvert à la visite

Comme en France, n’importe quel citoyen peut demander à assister à une séance du parlement et accéder à une des galeries publiques. En revanche, ce que l’on sait moins, c’est que ce temple de la démocratie peut aussi se visiter comme un monument historique. Ainsi, il est ouvert au public pendant toutes les vacances parlementaires – c’est à dire la majorité du mois d’août – mais il est également ouvert pendant les week-ends. Il y a deux façons de visiter le parlement – on notera qu’il est mieux de réserver à l’avance sur internet. Vous pouvez alors choisir entre une visite libre avec un audio-guide inclus ou une visite de groupe avec un guide. Il faut noter que, comme le Palais de Westminster est un bâtiment officiel, il y a un important dispositif de sécurité proche de celui des aéroports.

Le Palais de Westminster peut être divisé en deux parties. La première est le Westminster Hall. Ce grand hall, qui est aussi le point de départ de la visite, date du Moyen Âge. Sa construction avait été entamée pour William Rufus, fils et successeur de Guillaume le Conquérant. Il a ensuite été remanié et embelli plusieurs fois, notamment sous le règne de Richard II, pour adopter sa forme actuelle. Ce qui est particulièrement impressionnant, au-delà de la taille de la pièce, c’est le plafond en bois, un véritable chef d’œuvre de l’art gothique du XIVè siècle. Jusqu’au XIXè siècle, ce hall était le siège de la haute-cour de justice du royaume et, à ce titre, elle a connu des procès célèbres comme celui du patriote écossais William Wallace, sujet central du film Braveheart avec Mel Gibson. Un autre procès célèbre est celui du roi Charles Ier à la suite de la Guerre Civile de 1649 où il fut condamné à mort et décapité. Enfin le Westminster Hall est le lieu où les corps de plusieurs hommes politiques ou souverains britanniques ont été exposés avant leurs funérailles.

La seconde partie du palais date quant à elle du XIXè siècle. Elle a été reconstruite à la suite d’un grand incendie qui avait détruit la majeure partie du palais. La reconstruction a été faite dans le style néo-gothique d’inspiration médiévale qui était si populaire dans les années 1830. Cette « nouvelle » partie du palais est l’œuvre de l’architecte Charles Barry. Elle abrite une reproduction de la chapelle de Saint Stephen, lieu original des débats de la Chambre des Communes, l’actuelle Chambre des Communes, la Chambre des Lords, et le passage entre les deux avec en son centre un superbe « Lobby » octogonal richement décoré de peintures et de feuilles d’or.

Comme nous l’avons écrit précédemment, le Palais de Westminster abrite de nombreuses œuvres d’arts, mais il y en a une qui se détache particulièrement à cause de l’identité de son auteur. Il s’agit de Coast scene near Cannes, par Winston Churchill et qui date de 1935. Le tableau avait été prêté par Lady Soames, la fille de l’ancien premier ministre et qui en a fait don à la collection d’art du Parlement à sa mort. Cela permet de se rendre compte qu’en plus de ses talents littéraires et politiques, il savait aussi peindre. Une information qui semble avoir été confirmée par Pablo Picasso en personne.

La visite concerne toutes ces différentes parties, y compris les deux chambres du Parlement.

Coast scene near Cannes

Un (audio-)guide complet mais accessible du fonctionnement de la démocratie

La visite avec l’audio-guide commence dès l’entrée dans le Westminster Hall. Pour chaque pièce, il offre des informations précises et claires sur l’histoire du bâtiment, mais aussi sur les nombreuses œuvres d’arts qui s’y trouvent. En effet, il n’y a pas une pièce, surtout dans la nouvelle partie du palais, qui ne soit pas ornée de tableaux ou de fresques. Les informations pour chaque pièce ne sont pas trop longues et permettent au visiteur de déambuler tranquillement tout en regardant le décor. Toutefois pour ceux qui sont un peu plus curieux et qui veulent plus de détails, il est possible d’avoir plus d’informations avec l’audio-guide, par exemple sur les grands procès qui se sont tenus dans le Westminster Hall. Ce qui est particulièrement appréciable avec cette méthode de visite, c’est de voir à quel point l’écoute est rendue vivante par des témoignages de personnes travaillant au Parlement, ainsi que par des enregistrements de débats ou autres activités parlementaires.

Au-delà de l’aspect historique et artistique du Palais de Westminster, la visite et le guide sont aussi une mine d’informations sur le fonctionnement de la démocratie au Royaume-Uni. On peut apprendre par exemple comment se déroule le vote au Parlement que ce soit pour la Chambre des Communes ou la Chambre des Lords. Dans les deux cas, il y a deux couloirs, un de chaque côté de la Chambre, le couloir du Oui et celui du Non. En fonction de son vote un député ou un Lord entrera dans un des couloirs et le traversera entièrement pour faire enregistrer son vote par un des secrétaires. On peut également découvrir le rôle de la Chambre des Lords aujourd’hui grâce à une très intéressante explication de son actuelle présidente. On est bien loin de la vision classique des pairs héréditaires qui n’existent d’ailleurs pratiquement plus.

Enfin l’audio-guide explique la cérémonie d’ouverture du Parlement et le rôle du monarque. Pour l’anecdote, depuis que le roi Charles Ier avait tenté d’arrêter plusieurs membres de la Chambre des Communes, le souverain n’a plus le droit d’y pénétrer. Aussi, l’ouverture du Parlement par Sa Majesté se fait toujours dans la Chambre des Lords et le Sergent d’Armes va chercher les membres de la Chambre des Communes qui pour l’occasion entrent en procession dans la Chambre des Lords.

St Stephen

Jeremy Young

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *