Paquebot France – Design embarqué : Tous à l’eau !

Cette exposition a commencé le 4 octobre 2013 au Musée d’art et d’industrie de Saint-Etienne et connaît un très grand succès et c’est la raison pour laquelle elle a été prolongée jusqu’au 31 mars 2014.

Bienvenue à bord :

Grâce à plusieurs films, on peut assister à la naissance de ce fabuleux et dernier paquebot transatlantique qui reliait la France à New York en 5 jours.
A travers les grands chantiers de sa construction, on peut se rendre compte de l’utilisation de nouveaux matériaux qui mettent en avant un savoir faire « à la française » et notamment le talent de nombreuses entreprises ligériennes dans bien des domaines.
Au fil de l’exposition, on découvre que ce paquebot, inauguré le 11 janvier 1962, après cinq ans de travaux, concentrait le nec plus ultra de la technologie de l’époque dont un radar, invention datant de 1957 ! Tout ce qui constitue son aménagement intérieur est une pure merveille. On peut y admirer des tapisseries d’Aubusson, les cabines sont équipées magnifiquement, c’est le top du confort. On y trouve aussi des piscines, un théâtre de plus de 600 places, un orchestre et une chapelle ! C’est une véritable ville flottante.
De nombreux objets du paquebot France sont également exposés, c’est là qu’est né le fameux fauteuil qui peuplent toutes nos plages aujourd’hui : le transat.
On peut y voir certains meubles qui équipaient les cabines. Il y a également beaucoup de belle vaisselle, de l’argenterie, du papier à lettres à entête du paquebot, etc.
Des vêtements sont également exposés : une tenue de groom, ainsi que celle de l’un des commandants, des robes de cocktail… et même un menu servi en 1ère classe !

On apprend que Le Corbusier s’est inspiré de la cheminée du France pour la construction de l’église de Firminy (Loire), des formes du navire pour la Maison de la Culture (toujours à Firminy) et pour la Cité Radieuse à Marseille.
C’est encore l’occasion de constater que de nombreuses célébrités françaises ont voyagé à bord du France et laissé sur le livre d’or du paquebot leurs réflexions. Louis de Funès, par exemple, lors de son voyage en mai 1965 ne tarissait pas d’éloges à propos du navire et qui en substance disait être heureux que ses impôts aient pu contribuer à une telle réussite française !

05_expositions_mfr0586-600x413

Un paquebot has-been :

Malheureusement, le France est né à une période où les transports aériens étaient en plein essor, et cette exposition montre également l’envers du décor, c’est un peu comme la chronique d’une mort annoncée.
Le coût d’une traversée était de l’ordre de dix mille francs, ce qui représentait à l’époque de nombreux mois de salaires pour bon nombre de français et beaucoup d’entre eux ne pouvaient jamais s’offrir un tel luxe. Au fil des années, l’avion sera préféré au bateau. Le France sera délaissé, abandonné, sa rénovation coûtant trop cher.

179186BlueLadydmantelement

Il retrouvera finalement une seconde vie sous le nom de Norway et deviendra alors l’ancêtre des bateaux de croisière de luxe actuels.

Marie de Kako

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *