PLAYLIST DE L’ENVOLÉE – MOIS DE FÉVRIER « Love is in the air »

« La chanson qui me parle le mieux d’amour » 

On sait déjà ce à vous pensez en voyant le titre de l’article… Que l’on fait sûrement référence au 14 février, à cette ‘’Saint-Valentin’’. Et bien pour ne pas vous mentir : OUI. Rassurez-vous, bien que ce soit une fête un tantinet capitaliste et commerciale, nous nous sommes dit qu’il était important de parler d’amour de temps à autre (et pourquoi pas tout le temps ?)  mais surtout parler d’amour en musique. (Image mise en avant : Tumblr © genterie)

Oui, ça fait du bien d’écouter des chansons d’amour pour sourire, rire, pleurer, réchauffer nos petits corps et nos cœurs. Alors, avant de trouver cet article mielleux, voire fleur bleue, restez un peu avec nous pour savoir quelle est notre chanson fétiche (la boîte de mouchoirs et les gâteaux à proximité sont conseillés).

wuukasch

© wuukasch

Pour ce mois de février ayant pour thème « la plus belle chanson d’amour« , mes choix se sont révélés être plutôt difficiles. Non, je n’ai pas peur de dire que je suis une personne cul-cul la praline, j’aime plutôt ça d’ailleurs. J’aime ces chansons qui me font un petit quelque chose autant à travers des paroles poétiques et touchantes que part une musicalité douce et apaisante. Pour moi, cet ensemble forme alors une sorte de combo magique, une certaine recette miracle que j’apprécie au plus au point. Je vous laisse donc en musique avec ces deux choix :  

« La voix de King Krule ne m’a jamais laissé indifférente, et encore plus quand il parle d’amour. Baby Blue est selon moi, la plus belle chanson d’amour, pour ce qu’elle est, mais aussi pour ce qu’elle représente pour moi. Nous avons tous.tes en nous des chansons qui sont un peu comme des valises gardant plein de beaux souvenirs. C’est le cas de Baby Blue, ma boîte à souvenirs. »  

  • Kumbaya  – Jacob Banks feat Bibi Bourelly 

« Quelques accords acoustiques au début, une voix grésillante et soul nous emportant dès les premières notes. Quoi de mieux pour nous plonger dans une atmosphère des plus sentimentale ? Un méli-mélo d’harmonies entre deux voix qui se marient au mieux pour nous parler d’une histoire pleine de souvenirs et d’un amour complexe, voir déchirant. À écouter jusqu’à la dernière seconde. » 

 

Nos rédactrices qui n’ont pas froid aux yeux et se révèlent sur le thème de l’amour !

Clara : 

« En plus du fait que j’aime énormément cette chanteuse et ce qu’elle fait, j’ai choisi ce morceau parce que j’aime beaucoup la façon juste et légère avec laquelle elle aborde la présence du désir dans l’inspiration (comme pour les muses). On la voit se tissant toute une histoire d’un simple regard, sentir son coeur s’emballer sans pourtant vouloir aller à la consommation de cet amour, juste le laisser lui faire tourner la tête et rentrer chez elle auprès de l’homme qu’elle aime et, qui plus est, du seul qu’elle « touche ». »

« Le deuxième morceau, c’est un grand classique je sais, mais je l’aime bien. Je ne voulais pas un truc trop mièvre sur un amour facile, passionné et inconditionnel. Là justement ce que je trouve beau, c’est cet amour à sens unique, avec la voix de Jane Birkin qui se donne totalement, pleine d’amour, de passion et de douceur et le contraste avec Gainsbourg qui se retient dans tous les sens du terme : au-delà du physique on le sent se retenir sur le plan sentimental. Ça fait aussi se demander si ce n’est pas une manière de faire durer le plaisir amoureux sur le plan moral aussi et pas seulement physique. Est-ce que l’amour ne peut s’exprimer que dans une explosion de passion, dans un feu de paille flamboyant mais à durée limitée ? Est-ce que « s’empêcher » de tomber amoureux trop vite ce n’est pas finalement protéger l’amour pour lui laisser le temps d’éclore et se consumer plus tard, plus lentement peut-être même ? » 

credit @flowsofly (insta)

@flowsofly

Elisabeth : 

« Autant de raisons de se quitter que de s’aimer. Ça commence comme une comptine et ça finit sur des notes flamenco. De la poésie française à l’envolée andalouse, du premier amour à l’adieu enflammé, laissez-vous embarquer. » 

 

Candice : 

« Le groupe signe un album dédié entièrement à leur amour pour la féminité et la sensualité. Celle-ci, c’est celle d’une déclaration d’amour sous sa forme la plus pure. Les voix de Victor Solf et de Simon Carpentier s’allient tout en harmonie pour nous offrir un véritable bijoux. Et on l’écoute comme si elle avait été écrite pour nous. »

« L’amour n’existe plus tant que je ne t’aurais pas revu.e ». La voix suave de Warhaus, alias Marteen Devoldere, nous entraîne au delà des possibles dans un rythme lancinant et ardent. S’ajoute à celle-ci, celle d’une femme. Les voix se cherchent, se répon dent, se trouvent puis s’entrelacent. Avec « Fall in love with me » dans le même album, Warhaus signe deux chansons sur l’amour passionnel et sensuel. »

 

Manon : 

 « Parce que la mélodie est trop apaisante et que les paroles sont si simples et si vraies ! » 

 

Pauline :  

« Faussement attribué à Chopin, ce morceau de choix classique et romantique vous conduira vers amours cristallisées, petits ou magnanimes ravissements, et/ou ruptures selon votre moral saisonnier. Grande envolée lyrique, piano sensible dignes de grands cœurs en or… » 

« Comment peut-on oublier Edith Piaf et ses célébrations d’amour infini ? Un grand classique revisité dans une version jazz et blues pour le plaisir de nos oreilles. Trompette enthousiaste, piano discret et audacieux, voix cassée de Louis Armstrong accompagnés de la French Touch glamour et rose poudré. À consommer sans modération. »

Credit Sefton Segedin

© Sefton Segedin

Ambre : 

  • Kiss  – Scout Niblett (Feat. Will Oldham)

« Je ne sais même plus comment j’ai découvert cette chanson et son autrice. J’ai l’impression qu’elle m’est apparue. Elle raconte quelque chose de l’amour que j’aime particulièrement et qui se comprend dès la première phrase de la chanson : « A kiss could’ve killed me, if it were not for the rain ».  Il y a quelque chose de passionné, une sorte de lutte interne particulièrement émouvante, sublimée par l’allusion à la nature. C’est touchant. Et la collaboration avec Will Oldham est absolument magnifique, leur deux voix s’emmêlent parfaitement. » 

« Mon deuxième morceau n’est autre que le classique de jazz I fall in love too easily, interprété par Chet Baker. Que dire, à part que tout est dans le titre ? Je crois que j’ai un faible pour les chansons d’amour qui respirent la mélancolie et la vulnérabilité, et je ne connais aucune chanson qui ne le fasse mieux que celle-ci. »  

Alice : 

« Rupture, douleur. Tu le dis au ciel, à la flaque d’eau par terre, aux herbes qui poussent dans les fissures du béton. Tu as mal. Tu rentres et tu t’enroules dans ton gros plaid et dans tes souvenirs. Et pour ne rien arranger, la voix de Bebe te susurre, de manière très simple, des mots tristes et beaux à l’oreille. C’est exactement ce que tu ressens, et ce que tu pourrais dire. Alors tu recommences.  Tu as mal, mais tu recommences. En écoutant ce parlé-chanté aux « r » qui roulent, c’est ta peine que tu roules entre tes doigts. Ça fait du bien, parfois. » 

 

 

Retrouvez ici notre playlist avec de nombreuses autres chansons sur l’amour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *