La pop-punk de Neck Deep réchauffe le Warmaudio

Pour beaucoup de Lyonnais, le WarmAudio est une salle méconnue. Cette petite salle située à Décines est un studio d’enregistrement, qui propose également des salles de répétitions. Mais elle propose régulièrement des concerts, souvent tournés vers un style punk, core ou rock. Ce jeudi 14 avril, elle accueillait trois groupes : WSTR, Creeper et en tête d’affiche, Neck Deep. C’était donc une soirée plutôt orientée pop-punk/punk, organisée par Sounds Like Hell Productions. C’était la première fois que les Anglais de Neck Deep venaient à Lyon, où ils étaient assez attendus par les fans français. Ce groupe de pop-punk, composé de cinq membres, a dévoilé son deuxième album l’été dernier, intitulé Life’s Not Out To Get You.

Une courte première partie : WSTR

WSTR est un groupe de pop-punk britannique composé de quatre membres, qui n’a pour l’instant à son actif qu’un EP et des singles. Ils ont ouvert la soirée ce jeudi soir vers 20h. Ils nous ont livré un court set d’une vingtaine de minutes, face à une foule clairsemée. Quand même heureux d’être là, ils se sont donnés à fond et ont sans doute conquis une partie du public.

Deuxième partie : Creeper

Deuxième groupe à prendre place sur scène, Creeper est un groupe de punk anglais, qui a déjà sorti plusieurs EPs. Assez attendu par une partie du public, qui s’est agrandi depuis le début de la soirée, Creeper nous livre un set très punk, habillé de noir et cheveux longs pour le chanteur. Proche du public, le groupe nous fait même chanter « Happy Birthday » à son batteur, ce qui fait rire la foule. Puis le public commence à vraiment se donner, et un circle pit se forme lors d’une de leur chanson. Un circle pit, c’est lorsque le public crée un cercle au milieu de la foule, et que les gens courent et dansent dans ce cercle. Le circle pit est très souvent présent dans les concerts de punk et core. Creeper réussit donc à bien chauffer la foule pour la suite de la soirée, avec un set d’une trentaine de minutes.

©Éléonore Arnould
©Éléonore Arnould

Une tête d’affiche très attendue : Neck Deep

Vers 20h45 arrive enfin sur scène le groupe le plus attendu de la soirée : Neck Deep. Les cinq Britanniques arrivent sur scène, et le chanteur, Ben Barlow, nous salue et entame la première chanson : « Citizens of Earth ». Le groupe va nous jouer 14 chansons, durant un peu moins d’une heure, ce qui est un peu court sachant qu’ils ont déjà à leurs actifs 2 albums. Mais le groupe a su dégager une énergie folle pendant ces cinquante minutes. La salle du WarmAudio, plutôt petite et pas complète ce soir-là, donnait un côté intimiste à ce concert. La foule, très compacte sur les cinq-six premiers rangs et dispersée sur le fond, était très réactive au groupe, et se déchainait. Des chansons très attendues comme « Losing Teeth » ou « Serpents » ont totalement permis à la foule de se déchaîner, en créant des pogos et autres circle pit, mais également en chantant les paroles que les fans du groupe connaissaient par cœur. La scène étant petite et accessible, des personnes ont rapidement commencé à se jeter dans la foule pour faire du crowdsurfing, c’est-à-dire se faire porter par la foule pendant que le groupe joue. Jusqu’à la fin du concert, il y en aura de plus en plus, et le concert se terminera avec une dizaine de personnes du public sur scène, reprenant en cœur le morceau final, « Can’t Kick Up the Roots ».

©Éléonore Arnould
©Éléonore Arnould

Neck Deep a su se donner à fond sur scène, nous dévoilant toute l’énergie de leur musique. Chaque membre semblait heureux d’être là, le chanteur nous racontant que nous étions la dernière date de la tournée européenne, et qu’ils étaient très heureux d’être là pour la première fois à Lyon. Le bassiste nous dit également quelques mots, lui et Ben Barlow parlent souvent avec le public, ce qui accentue le côté intimiste. Le chanteur blague même avec le rappel final, en rigolant sur le fait que tout le monde sait très bien qu’ils reviendront sur scène après un moment. Ce contact avec le public se montre également lorsque Ben Barlow tend le micro vers la foule, laissant parfois une ou plusieurs personnes chanter à sa place. On sent le groupe heureux d’être là et ému de voir qu’ils ont des fans ici, qui connaissent leurs chansons par cœur. Lors du morceau très attendu « A Part of Me » (durant lequel la chanteuse membre de Creeper vient assurer la voix féminine du morceau), toute la foule a repris les paroles en cœur, et on a senti le groupe touché. C’est avec cette chanson qu’on n’a pu voir que le groupe n’est pas seulement bon et énergique, mais également dans l’émotion sur des chansons plus lentes, ce qui a été confirmé lors de la première chanson du rappel, où Ben Barlow revient seul sur scène avec une guitare acoustique, et nous joue « Head to the Ground ». Les Britanniques finiront leur set avec « December » morceau très attendu, suivi de « Can’t Kick Up the Roots », deux singles de leur dernier album.

On a donc pu assister à un concert très énergique, mais à la fois intimiste, où le public et les groupes présents se retrouvaient très liés et en contact de proximité. Neck Deep a su nous prouver que leurs morceaux permettent de déchaîner le public et de nous rendre heureux d’être là. Le final du concert avec une partie du public sur scène, le chanteur serrant les mains de ses fans, le groupe se donnant à fond, montre bien le lien fort entre ce groupe et son public, rendu encore plus intense avec ce côté intimiste donné par la salle du WarmAudio. On sort du concert épuisé d’avoir sauté en rythme avec le groupe et d’avoir dépensé toute cette énergie, mais heureux d’avoir eu la chance de découvrir Neck Deep en live à Lyon.

Éléonore Arnould

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *