Poulet et Décadence : tu trans, tu danses !

Les amateurs de poulet et de swing avaient de quoi se réjouir le jeudi 29 septembre s’ils passaient devant le Théâtre Le Fou dans le 1er arrondissement. Organisé par la compagnie Art’R’Natif, Poulet et Décadence était de retour à Lyon pour une troisième édition. Accordéon, Viandox et drag-queen au menu, ce « bal théâtral » proposait une approche singulière du théâtre, basée sur l’échange entre les artistes et le public.

Un théâtre participatif…

Que l’on n’ait pas mis les pieds dans un théâtre depuis le collège ou que l’on soit fin connaisseur, pas d’inquiétude, Poulet et Décadence s’adresse à tous les publics. Le principe ? Plusieurs compagnies investissent un même lieu, « du bar aux toilettes en passant par le salon » et proposent dans chaque pièce différentes saynètes et ambiances. Selon Victor de la compagnie Art’R’Natif, « chacun fait ce qu’il veut, les compagnies ont carte blanche », le but étant de réaliser une performance improvisée ou non autour du théâtre. Ici, la parole est libre de se prendre ou de se donner. La relation entre artistes et spectateurs est vue sous un autre angle, où souvent ces derniers sont sollicités pour faire partie prenante du spectacle. Ainsi dès l’ouverture, le public se retrouve sur scène face aux comédiens assis dans les gradins. La distance entre les deux s’atténue au fur et à mesure que les salles rétrécissent. On se retrouve ainsi enserrés à six dans une petite salle de bains, pendant qu’une accordéoniste joue assise sur les toilettes et qu’une autre comédienne prend sa douche… Même ambiance dans le couloir, ou dans le salon à l’étage. Dehors, des musiciens font danser la foule sur des airs de funk/soul pendant que des comédiens animent la chorégraphie. Bien sûr, un poulet mariné préparé par un cuisinier en drag-queen clôt la fin des spectacles. Pour Ambre de la compagnie Lune Noire, c’est aussi un moyen « pour se montrer, créer des liens, se mélanger. Ça nous permet de faire notre com’ ». Basé sur la libre circulation des personnes et des idées, Poulet et Décadence amène le public à déambuler d’une salle à l’autre à la découverte des différents spectacles. Jetant aux orties le traditionnel rôle du spectateur passif confortablement installé dans son fauteuil, il revisite le lien entre ce dernier et le monde du spectacle, permettant une lecture nouvelle et une appropriation de ce monde au gré des goûts de chacun.

© Manuel Lieffroy
© Manuel Lieffroy

… et sociétal

Organisé dans le cadre d’un replay du festival Les Bravos de la Nuit de Pélussin consacré au théâtre contemporain, Poulet et Décadence se veut aussi comme une réflexion sur notre société et notre façon de consommer de la culture. À travers l’improvisation et l’expérimentation, il privilégie l’accessibilité et l’ouverture à tous types de publics. Dans cette redécouverte du lien artiste/spectateur, on peut voir une façon de refuser l’élitisme culturel et d’amener le public à s’investir et à mieux choisir sa consommation. Atelier maquillage-concert, bibliothèque participative, rencontres autour d’un verre de Viandox… les idées fleurissent pour faire passer à tout ce petit monde un moment convivial et décalé. Théâtre alternatif, mais aussi vivant. Pour le Théâtre le Fou, il s’agit avant tout de promouvoir des « auteurs vivants faisant du théâtre sociétal », apportant des créations originales « portant sur notre société ». Leur programmation laisse la part belle à la création et à l’imagination, en favorisant des spectacles contemporains.

© Manuel Lieffroy
© Manuel Lieffroy

Poulet et Décadence est le genre d’événements qu’on aimerait bien voir plus souvent. Original, drôle et décalé, il propose une alternative à la lourdeur institutionnelle que proposent certains mastodontes du théâtre à Lyon. On attend la prochaine édition avec impatience.

 

Guillaume Sergent

Une pensée sur “Poulet et Décadence : tu trans, tu danses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *