« Premiers clips » rime avec découvertes musicales !  

Si vous trouvez que « Premiers clips » et « découvertes musicales » ne riment pas, c’est normal. Phonétiquement, rien ne rime mais métaphoriquement et poétiquement, c’est autre chose… Le festival du Film Court de Villeurbanne nous proposait une cinquième édition de « Premiers clips » au Toï Toï le Zinc de Villeurbanne hier soir. Si premier clip, il y a, cela veut dire qu’un groupe est en train de se faire connaître et qu’il ne devrait pas tarder à débarquer dans les charts. C’est ce que nous souhaitons à tous ces artistes ! Une fresque composée de nombreux styles musicaux était présentée ce soir et nous avons eu la chance d’assister à des clips avec des univers très particuliers et dont certains étaient visionnés en avant-première.

De belles histoires

Black Cherry Cirkus devant son clip
Black Cherry Cirkus devant son clip © Jérémy Engler

Les belles histoires naissent souvent de rencontres fusionnelles. Cette petite session nous en a contées plusieurs. Nous ne parlons évidemment pas des petits sketchs de Jérémy et Léo d’Arka Court, nos animateurs souvent drôles… Nous voulons parler des rencontres entre artistes car c’est bien cela que permet ce genre d’événement. Tous les artistes présents discutent entre eux et s’échangent leurs réseaux respectifs. Et évidemment, tous participent à ce tremplin dans l’espoir de gagner le prix Rhône Alpes TV qui donne accès à trois jours d’enregistrement au studio Mikrocosm ou le prix de l’Industrie Technique Transpalux qui offre une location de matériel d’éclairage et évidemment le prix du Public pour gagner 2 jours de tournage offerts au studio Un Poil Court de Lyon. Ces prix permettent des rencontres entre artistes comme ce fut le cas pour Foxeagle qui après avoir gagnée le concours Rhône Alpes TV créative peut participer au Ninka Tour et a pu enregistrer le clip de « Kyubi ». « Heal » du groupe Black Cherry Cirkus, prix Rhône-Alpes TV et Prix du public a permis les retrouvailles de Coline Béal, co-réalisatrice avec Laurent Lukic du clip, et le groupe. Après une première collaboration en tant qu’actrice elle est tombé sous le charme du groupe qui a adoré son projet de clip sur une histoire d’amour et de haine. Un coup de cœur réciproque qui semble les destiner à retravailler ensemble quand on voit le résultat…

Tout comme Léon et Rebecca Barras qui ont collaboré ensemble sur « Mon mauvais tour » et qui se connaissaient déjà avant. Ils ont fini 3ème du prix du public pour leur clip. A noter, que ces deux clips étaient des exclusivités de « Premiers courts » ! Des avant-premières, tout comme « 500 » du groupe Lippie réalisé par Emmanuel Clémenceau qui proposait à Lippie de se faire poursuivre par Nosferatu avant de se réfugier chez Charlie Chaplin dans un court métrage en noir et blanc vraiment excellent. La dernière exclusivité est celle du groupe The James Place avec leur clip « Colors », réalisé par Alex Giroux pour un clip tout en couleurs ! Les couleurs permettant le lien social.

 

Angélique Paultes « Deep Frequency » from Ecole Emile Cohl on Vimeo.

De la couleur, il y en a une multitude justement dans le clip « Deep frequency » d’Ondubground & de Panda Dub qui ondoie dans le psychédélique. 2nd du Prix du public et Prix spécial du jury de l’Industrie Technique Transpalux, Angélique Paultes voit son projet de fin d’études à l’Ecole Emile Cohl de Villeurbanne couronné de succès. Elle qui milite pour que les dessins animés reviennent dans les clips était d’ailleurs la seule à présenter un clip en dessins animés. La dernière belle histoire dont nous souhaitions parler est celle d’une artiste américaine Auni – qui manie admirablement bien la langue de Molière – qui dans « The Pea Song » nous raconte l’histoire de deux petits pois qui s’aiment et sont heureux car ensemble malgré les aléas de la vie…

De belles initiatives collectives et de partage

Nous ne pouvons malheureusement pas parler de tous les artistes et clips présentés mais nous vous invitons à consulter la page facebook de « Premiers clips » pour les découvrir car tous sont excellents. Celui réalisé par Jonas Marpot pour « A call for Light » de Lior Shoov dénote dans la programmation car il ne s’agit pas vraiment d’un clip mais plutôt une session live acoustique qui filme la chanteuse et musicienne réalisant une vraie performance en jouant de plusieurs instruments en même temps, que ce soit avec ses mains, ses pieds ou ses dessous de bras. Impressionnant ! Néanmoins, il nous semblait intéressant de parler de Toï Toï le Zinc, cet ancien garage qui accueillait cette 5ème édition. 1960913_1006539389363572_1259696901487683581_oCe lieu propose régulièrement d’accueillir des artistes de la région mais surtout cette salle pratique des tarifs attractifs voire solidaires pour de nombreux événements. Un lieu vraiment convivial à Villeurbanne près du campus de la Doua. Autre belle initiative est celle de Mikrokosme qui propose des « Mikrocessions » pour l’enregistrement ou la création de clips comme ce fut le cas pour le groupe Alexis and the Brainbow qui a tourné « Flow » dans le cadre d’une de ces « Mikrocessions » pour un résultat visuel étonnant avec des chocs de lumière colossaux à découvrir ici. Une autre est celle de Rhône-Alpes TV qui propose de faire la promotion des talents et événements de la région grâce à une webtv contributive. Et enfin, il convient de parler d’Un Poil Court, une association qui a pour but de démocratiser l’accès aux outils audiovisuels. En clair, cette association propose à ses adhérents de mettre à leur disposition du matériel audiovisuel de qualité à des prix très attractifs.

Nous n’avons malheureusement pas pu parler de tous les groupes présentés mais saluons tout de même Stankiewicz lauréate du prix technique Transpalux pour le cilp « Lucy » réalisé par Thomas Goux et Fabien Didelot, Monarchy, Bye Bye Dubaï, Lamuzgueule, The Toad Elevating moment, Denis Rivet, They Call me Rico, O.T. Mind et Kcidy pour leur contribution à cette soirée aussi diverse qu’intéressante.

Pour ceux qui souhaiteraient découvrir d’autres courts impressionnants, nous recommandons la rediffusion des programmes 6 et 7 de la compétition européenne au cinéma le Zola  à 14h30 et 17h30 en présence du jury. A 19h19 à l’Astrée, le festival vous invite à rêver grâce à« Rêves en courts », et si vous ne souhaitez pas rêver, vous pouvez toujours redécouvrir les dessins animés avec les deux programmes Images Virtuelles rediffusés à 20h30 au Zola.

Jérémy Engler

10 pensées sur “« Premiers clips » rime avec découvertes musicales !  

  • 21 novembre 2014 à 13 h 19 min
    Permalink

    Bonjour,
    Je trouve ça navrant que vous ne parliez pas d’Alexis and the Brainbow.
    De plus le groupe était là hier soir alors le clin d’oeil aurait été sympa.
    C’est un très bon groupe et ils avaient fait le déplacement. Je crois que vous n’avez pas le sens des priorités…

    Répondre
    • 21 novembre 2014 à 13 h 48 min
      Permalink

      Bonjour,
      Je trouve pour ma part navrant que vous n’ayez pas lu intégralement l’article avant de le commenter et de nous faire des reproches, vous auriez vu que je parle d’Alexis and the Brainbow et que j’explique même de la réalisation de leur clip à travers les « Mickrosessions » et je mets même le lien vers le clip en question…
      Que vous me reprochiez de ne pas parler plus dans le détail des groupes que je cite dans ma conclusion, je pourrais le comprendre, mais je ne peux malheureusement pas parler de tous, sans quoi l’article ferait le double. Mais s’il vous plaît, renseignez-vous correctement avant d’exprimer un jugement erroné.
      De plus, d’autres artistes étaient présents eux aussi et je n’en ai pas parlé, j’ai préféré me concentrer sur les lauréats des prix et sur les clips (car c’est bien de cela dont il était question) qui m’avaient le plus touché…

      Répondre
  • 21 novembre 2014 à 16 h 31 min
    Permalink

    Bonjour,
    Voici le lien pour regarder le clip HEAL des Black Cherry Cirkus:

    Répondre
    • 22 novembre 2014 à 0 h 02 min
      Permalink

      Bonjour,
      Merci pour le lien, je ne trouvais pas la vidéo.
      J’aurais voulu ajouter le lien de la vidéo dans l’article mais lorsque je clique sur le lien, la page me dit que la vidéo est privée et je ne peux pas y avoir accès…

      Répondre
  • 22 novembre 2014 à 16 h 14 min
    Permalink

    Jérémy Engler,
    Vous préférez vous concentrer sur les lauréats et les clips qui vous ont touchés, c’est pourquoi vous accordez 4 belles lignes à un « clip » qui est sorti du lot, selon vous, par son aspect « pas innovant techniquement », « se contentant de filmer la chanteuse et musicienne ».
    Je vous remercie donc de mettre en avant mon travail de la sorte, et j’en profite pour ajouter quelques mots à cette vidéo qui vous a profondément touché.

    Lior est une artiste d’origine Israélienne que j’ai rencontré par hasard à un de ses concerts et qui m’a touché par sa sincérité, son engagement, et sa facilité à capter l’attention du public.
    Elle avait ce morceau fort de sens, «A call for light » (et non « Call OF light, il y a bien un « Call of Duty », mais ce dernier n’aide pas vraiment à écrire de bons articles…)
    « A call for light » apporte avec des mots simples un message de paix dans un conflit israélo-palestinien qui nous écœure un peu plus de jours en jours.
    C’était important pour elle de jouer ça, elle l’a écrit et composé avec les tripes, son projet musical à aussi du sens en réalisant ce genre de choses.
    Quelques jours après la sortie de la session live, l’armée israélienne bombardait des hôpitaux et des civils à Gaza.
    Nous étions fiers de sortir cette session live, et dégoûtés par l’actualité dramatique.
    Voilà pour l’histoire.

    C’est une session acoustique live! Grande surprise!
    Une seule prise, 3 caméras, pas de montage entre différentes prises. Pas de scénario, pas de mise en scène. L’intention étant de capter un moment, un lieu, une musique à un instant T.
    La seule personne qui n’avait pas compris cela est malheureusement celle qui a écrit cet article.
    La soirée était une diffusion de CLIPS musicaux, pas de sessions live,
    re-malheureusement il n’y avait pas QUE des clips à cette merveilleuse projection organisée par Shootit.
    Programmer la diffusion de sessions live dans la sélection est à mon sens une mauvaise idée, malheureusement je ne faisais pas partie des programmateurs.

    Tout sarcasme mis à part Jérémy Engler, si vous critiquez (en bien comme en mal) un quelconque travail artistique, ayez le professionnalisme d’argumenter votre critique, de vous renseigner correctement, de ne pas faire de photes d’aurtograffe et de syntaxe qui nous laissent penser que l’article a été bâclé.
    En toute objectivité, ça manque de finesse et de sens critique.
    Je laisse le soin aux lecteurs de juger la qualité de votre travail.
    J’ai été honoré d’avoir votre avis d’expert sur le mien.

    Musicamicalement

    Jonas Marpot

    Répondre
    • 22 novembre 2014 à 19 h 41 min
      Permalink

      Jonas,
      Je tiens à m’excuser si mes propos vous ont offensés. Je ne voulais pas remettre en cause votre travail, ni l’artiste et je vais reformuler ma phrase pour éviter qu’on puisse comprendre mes propos dans ce sens. Désolé pour la faute dans le titre de la chanson.

      Et j’avais compris qu’il s’agissait d’une session live, merci. Et je rejoins votre point de vue, les sessions lives ne devraient pas figurer dans une programmation de clips. Et donc pour moi, et je consens que mon avis est purement subjectif et que je ne suis pas un expert non plus. Ce « clip » puisque la programmation l’a jugé en tant que tel était moins bien que les autres, parce que justement, il s’agissait d’une session acoustique live. Et de ce point de vue là, votre travail est effectivement plus intéressant qu’un simple film construit sur un seul plan avec pour seul effet, des effets de cadrage, mais pour moi, un clip doit faire plus que filmer l’artiste chantant ou jouant quel que soit le message contenu.

      Quant au message, je l’avais compris mais le contexte dont vous parlez n’est pas apparent dans le clip, donc désolé de l’avoir ignoré…

      Enfin, je fais plus un compte-rendu de la soirée qu’une vraie critique, sinon j’aurais dû le faire pour chaque clip et l’article aurait été bien bien plus long car comme vous le dites, une vraie critique ne se fait pas en 4 lignes…

      Cordialement,

      Jérémy Engler.

      Répondre
  • 22 novembre 2014 à 21 h 27 min
    Permalink

    pas facile d’écrire avec son cœur… l’honnêteté ne fait pas le bonheur de tout le monde !

    c’est subjectif aussi, mais comme toujours, je l’ai trouvé très bien votre article 😉

    Répondre
    • 22 novembre 2014 à 23 h 54 min
      Permalink

      Merci pour votre commentaire !

      Répondre
  • 24 novembre 2014 à 17 h 43 min
    Permalink

    Bonsoir,
    Je tenais d’abord à vous remercier pour cet article et des quelques lignes que vous avez accordé pour Deep Frequency.
    Cependant je vous demanderais une petite modification :
    de remplacer le lien youtube de la vidéo (dont je ne connais pas l’auteur) par ce lien viméo

    s’il vous plaît.
    Merci et bonne soirée 🙂

    Répondre
    • 24 novembre 2014 à 17 h 54 min
      Permalink

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire, j’ai changé le lien !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *