Le prix du Succès, Roi de la vanne, roi de la famille ?

Le 30 août 2017 sort sur nos écrans le nouveau film de Teddy Lussi-Modeste, Le Prix du succès, qui met en scène Tahar Rahim dans le rôle d’un comique entouré de Maïwenn, qui joue sa compagne Linda et de Roshdy Zem, qui joue Mourad, son frère. Le réalisateur les a choisis car les comédiens qui interprètent l’entourage de cette star du stand-up sont eux-mêmes réalisateurs et comprennent donc bien l’importance de l’entourage et la difficulté de faire des choix.

L’envers du décor

Ce film est une véritable plongée dans le monde du show-business et la vie des stars qui sont partis de rien et qui ont tout, trop vite, presque trop facilement. Tahar Rahim qui joue Brahim a suivi pendant une semaine l’artiste Kader Aoun pour bien comprendre les coulisses de ce monde. Aidé par Melha Bedia, stand-upeuse, Tahar Rahim a lui-même écrit ses sketchs afin de leur donner une vraie puissance comique et ça marche. On ne rit pas aux éclats mais les vannes sont bonnes et font sourire. On identifie très facilement Brahim à des comiques qui se produisent dans le Jamel Comedy Club, qui viennent de milieux défavorisés et accèdent rapidement à la gloire pour les meilleurs d’entre eux. Les réseaux sociaux deviennent d’ailleurs essentiels et cela est bien montré dans le film, dès la première scène, on voit tout l’enjeu que représente la communication sur la toile. On assiste à la guerre des agents pour récupérer une vedette, aux soirées d’après spectacle, aux moments mondains… Toute la vie d’une star nous est racontée, ces moments de gloire et de remise en question.téléchargement

Si la réussite et la célébrité paraissent être quelque chose de positif de prime abord, elle créé une barrière avec les autres, ce que montre très bien le film. Malgré tous les efforts que fait Brahim pour maintenir sa famille dans sa vie, notamment en gardant son frère comme agent alors que tout le monde lui dit qu’il le bride dans son ascension, en leur achetant une maison en banlieue pavillonnaire pour les sortir de leur misère, il s’en éloigne. Cette célébrité l’exclut de ce monde qui ne comprend pas son évolution, qui ne comprend pas que pour espérer atteindre de véritables sommets, il doit s’adapter, changer de milieu, passer du milieu familial au milieu parisien. Brahim tente de ménager la chèvre et le chou mais cette situation l’isole et le met mal à l’aise.

Une réussite qui cristallise les tensions

Mourad est son frère, son agent, son protecteur. Pour jouer ce rôle Roshdy Zem a dû changer complètement sa façon de s’exprimer, adoptant un vocabulaire plus argotique. On sent le personnage qui toute sa vie a voulu être quelqu’un et a soif de reconnaissance alors qu’il n’est que l’ombre de son frère qui capte la lumière des projecteurs. La seule différence entre lui et son frère, c’est qu’il n’a jamais cherché à appartenir à ce milieu, il a voulu en profiter et a toujours privilégié sa famille, ses amis, ses relations, sa communauté. Cette inadaptation fait qu’il devient un problème pour son frère qui commence à avoir honte de l’attitude de son frère mais ils n’arrivent pas à lui dire car il l’aime, le respecte et se sent redevable envers lui, ce qu’il lui rappelle d’ailleurs. La force de ce film est de nous montrer l’amour, mélangé de haine qui finira par unir les deux frères, sans pathos, juste avec des regards, des confrontations. La violence n’est jamais gratuite et surtout, ce qui rend ce film juste est sa capacité à ne donner raison ni à l’un ni à l’autre.
060404Leur relation est filmée de telle manière qu’on comprend les réactions des deux et que finalement à certains moments, on se dit que c’est Brahim le méchant et non son frère. Ce dernier n’a pas les codes et réagit évidemment mal mais l’attitude de Brahim n’est pas non plus exemplaire. Ils sont tous deux victimes et bourreaux, leur relation est d’une telle complexité et jouée avec un tel brio qu’on est pris par cette histoire qui parle plus de la famille que de la célébrité au final. Maïwenn, qui joue Linda, la metteuse en scène et la compagne de Brahim, est celle qui brise ce duo pour le transformer en trio, elle tente d’apaiser les tensions mais ne fait que les attiser. C’est par son intermédiaire que Brahim découvrira un nouveau milieu dans lequel il sent qu’il peut s’accomplir et ce sera le début de la fin de sa relation avec Mourad et le début de sa fracture avec sa famille.

Teddy Lussi-Modeste réussit avec ce film à nous emporter dans les coulisses de la célébrité et nous raconte la déchirure d’une famille avec justesse et sensibilité grâce à un trio d’acteurs époustouflants.

Jérémy Engler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *