Roméo et Juliette : Viva Las Vegas !

Ce jeudi 21 mai s’est déroulée la première représentation du nouveau spectacle musical du Carré 30 de Lyon : Romeo & Juliet in Las Vegas. Ce spectacle d’un petite heure est en langue anglaise cependant c’est un anglais d’usage facilement compréhensible. Cette pièce est jouée au Carré 30 à Lyon jusqu’au dimanche 24 mai.

Une intrigue rythmée et amusante

Cette pièce donnait l’apparence d’une énième adaptation de la pièce de Shakespeare cependant détrompez-vous ! Cette pièce est une adaptation beaucoup plus proche du roman Romeo & Juliet in Las Vegas de l’auteur américain Rupert Morgan que de la célèbre pièce anglaise. On notera la création du personnage de Marilyn, qui donne un côté plus humain à Elvis. On appréciera tout d’abord l’introduction de la pièce. Elle a permis au spectateur d’entrer plus facilement dans l’histoire et de moins faire la comparaison avec la pièce classique. En effet, seuls deux acteurs sont sur la scène. Se présentant comme le sosie d’Elvis Presley et la sosie de Marilyn Monroe, ces deux personnages accompagnent le spectateur tout au long de l’histoire. Ils n’incarnent cependant pas le couple maudit de l’histoire ; le sosie d’Elvis tient en fait une chapelle, «  the Little Chapel of Love », à Las Vegas. Marilyn l’accompagne et travaille avec lui. C’est également grâce à ces deux protagonistes que l’histoire peut être narrée en langue anglaise. Effectivement, l’anglais passe presque inaperçu tant il appartient à l’ambiance du spectacle ! Il semble inconcevable d’entendre Marilyn Monroe parler en français sans tomber dans la parodie de l’actrice, il en est de même pour le King. Pour contrer la barrière de la langue, lorsque les scènes de la pièce classique se terminent, les deux sosies prennent soin de réexpliquer la scène avec un anglais plus familier et avec des subtilités amusantes. Elvis et Marilyn sont des sosies, ils imitent donc les vrais légendes américaines mais une des qualités de cette pièce est qu’ils essaient d’éviter les facilités sur ces deux personnages ; on a par exemple un Elvis assez blagueur mais qui ne tombe dans la caricature.
Bien qu’ils ne soient que deux sur scène, ceux-ci arrivent à rendre la pièce assez rythmée, alternant habilement entre les personnages. Il y a dans l’interprétation de Romain Bressy une fraicheur et un jeu très proche du détail ; la prononciation, le phrasé et même le chant ! On a un sosie d’Elvis assez proche en fait du véritable Elvis Presley. Concernant le jeu de Georgy Batrikian, il est amusant de voir qu’elle arrive à changer de personnage d’une manière évidente sans pour autant changer de costume. Là est un jeu sur le détail, on a une vrai différence entre Georgy Batrikian en Juliette, en Marilyn ou encore en Ty The Tiger (l’équivalent de Tybalt chez Shakespeare). Attention cependant aux scènes d’amours qui semblent être dans le trop ; elles peuvent parfois en perdent leur simplicité.

10986849_108943716105701_3490519527184025671_oUne pièce proche du spectateur

On peut penser que le fait de jouer au Carré 30 est un plus pour cette pièce. Cette salle de spectacle est, en effet, très intimiste. La scène est assez petite et très proche des spectateurs. Pour cette pièce, il n’y a pas de décor à proprement parler mais plutôt des petits éléments qui rendent les transitions plus fluides. «  The Little Chapel of Love » est la chapelle où se marieront Roméo et Juliette dans la pièce ; ce fait donne toute la cohérence à la pièce car il crée le lien entre l’histoire de Roméo et Juliette, Las Vegas et Marilyn et Elvis. Le prologue de la pièce offre également une proximité avec le spectateur. Les deux sosies se présentent directement au public comme les narrateurs de l’histoire et ils permettent la mise en contexte en expliquant explicitement au début de la pièce le lien entre Vegas et la romance. Les éléments humoristiques sont quelques fois subtiles ce qui renforce le fait qu’il est destiné à un public proche de la scène, on peut citer la scène de la mort de Micky (Mercutio) par exemple.
Il est nécessaire ici de préciser l’importance de la musique dans cette pièce puisque c’est un spectacle musical. Tout au long de la pièce interviennent les chants les plus marquants des deux chanteurs plus certaines musiques très connues qui donnent un rythme et une cohérence à l’histoire. Elle accompagne les situations, les rendant plus légères ou à l’inverse plus tendues. La musique a été arrangée pour guitare et voix. Cela renforce le caractère intime du spectacle car c’est une formation acoustique et le fait de ne pas avoir besoin d’amplifier les voix les rapproche du spectateur et montre un réel effort vocal. Ce même guitariste réalise quelques effets sonores qui égaient la pièce (bruit de porte, sonnette..). Les arrangements ont été finement interprété et écrit par Ian Kapoudjian (Auteur, musicien et interprète lyonnais).

Cette pièce est une agréable surprise. Assez touchante, drôle, elle retrace les événements marquants du couple maudit sans se focaliser sur l’amour des protagonistes mais surtout sans omettre la tension politique de la pièce. Ré-écouter ce célèbre titre du King : « Viva Las Vegas » en attendant de partir à la rencontre du sosie d’Elvis Presley et de Marilyn Monroe au Carré 30.

Camille Pialoux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *