Ruby de Cynthia Bond, un peu d’humanité au fond du désespoir

Le festival des Assises Internationales du Roman se déroulera à Lyon et en région Rhône-Alpes du 23 au 29 mai 2016. Ce festival fête déjà sa dixième édition et permet de découvrir, entre autres, des auteurs du monde entier. Co-réalisé par Les Subsistances qui est un « laboratoire de création artistique » se trouvant à Lyon et organisé par La Villa Gillet et Le Monde, ce festival nous entraine au cœur des livres. Parmi les nombreux auteurs invités cette année se trouve Cynthia Bond que vous pourrez rencontrer aux Subsistances le 24 mai 2016 à 21h pour une table ronde sur « L’emprise du mal ». Cette auteure, née au Texas est conseillère en écriture et enseigne l’écriture thérapeutique. Ruby est son premier roman.

Un roman noir

rubyL’intrigue de Ruby se déroule à l’est du Texas, à Liberty dans les années soixante. Dans cette sombre époque, le racisme est à son apogée. Le lecteur découvre le côté sombre des Etats-Unis. Oubliez les lumières et panneaux publicitaires illuminés de New-York pour faire place à Liberty, petite ville bien sombre.
À Liberty, vit Ruby Bell, Ephram Jennings et sa sœur Célia. C’est une petite ville où la communauté de Noirs est la plus importante. Tout commence lorsque Ruby Bell, partie à New-York, reçoit un télégramme de sa cousine lui demandant de revenir.
Cynthia Bond nous peint ici un monde d’une noirceur indescriptible. Ici, les femmes noires connaissent la honte, la peur et la prostitution. Ce monde où les trains ont des wagons pour les Blancs et des wagons pour les Noirs nous est montré sans fioritures. À Liberty comme à New York, les Blancs ont le pouvoir, tout particulièrement les hommes. Les Noirs se voient contraints d’être au service des Blancs. Ces derniers n’hésitent pas à commettre des atrocités et des expériences en tout genre sur les Noirs sans aucune once de culpabilité. À travers ce livre, le lecteur prend aussi conscience de l’importance qu’a la religion dans ces années-là. La peur du Diable et de la folie est omniprésente.

Un livre sombre rempli d’humanité

cynthia-bondLes personnages de Ruby sont emplis d’humanité et sont plus réels que jamais. Ruby Bell, jeune femme de trente ans, rentre à Liberty pour enterrer sa cousine Maggie. Cette jeune femme n’a pas connue le bonheur et ce n’est pas en rentrant chez elle qu’elle va le retrouver. Enceinte à quatorze ans, mère d’une fillette morte née, Ruby Bell doit en plus supporter le racisme que l’on a à son égard. Arrivée chez elle, c’est une Ruby maigre, fatiguée par la vie que le lecteur découvre.
Ephram Jennings, fils du révérend Jennings, a toujours habité à Liberty. Son père décédé et sa mère enfermée dans un « asile de fous », Ephram vit avec sa sœur Célia. Il n’a jamais oublié la belle Ruby qu’il a rencontré durant son enfance. Lorsqu’il la voit de nouveau en ville, il n’a qu’une idée en tête : lui venir en aide.
Ruby est un livre rempli d’humanité par ses personnages mais surtout par ce qui les unit. Nous sommes tentés de penser qu’il n’existe aucun lien entre Célia, Ephram, Ruby et les autres habitants de cette ville mais nous aurions tort. Au fil de la lecture, le lecteur perçoit les liens qui unissent ces personnages.
Une incroyable histoire d’amitié envers et contre tout se trouve au cœur de Ruby. Ruby fait peur, on la croit folle, mais ce n’est pas le cas d’Ephram. Ce dernier va donner de l’espoir à Ruby et va braver de nombreux interdits. Pour rejoindre celle qu’il veut aider, Ephram va devoir affronter les regards des habitants de la ville, de la communauté religieuse et surtout, celui de sa sœur Célia. Malgré ses yeux braqués sur lui, Ephram fait force de courage malgré la maladie qui fait souffrir ses articulations. C’est avec un angel cake qu’il va pour la première fois, depuis qu’il est enfant, revoir Ruby. C’est avec ce gâteau préparé par sa sœur qu’il va signer un pacte envers Ruby. Les démons et les spectres d’enfants qui entourent Ruby ne l’effraient pas. C’est avec douceur et gentillesse qu’il va faire battre de nouveau le cœur de son amie. Contrairement aux autres hommes de Liberty, il ne cherche pas à mettre Ruby dans son lit, il souhaite lui redonner une once d’humanité. Pour cela, il commence par nettoyer sa maison de fond en comble et essaye de comprendre sa détresse.

Cynthia Bond nous montre ici que l’amitié peut résister à bien des tempêtes sans se briser pour autant.
Ruby est un roman sombre où le Mal tient une place importante. Divisé en trois livres, le lecteur doit être attentif car de nombreux flash-backs sont présents. Ce roman nous conte une histoire sombre, presque triste, qui ne laissera pas indemne le lecteur, qui après avoir lu ce livre se posera quelques interrogations et aura une autre vision des Etats-Unis des années soixante, soixante-dix.

Marie Barday

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *