Une « sacrée » réflexion, cette « vérité de la religion » !

Vincent Delecroix est un philosophe et écrivain français. Son œuvre littéraire et philosophique est attentive aux actes et expériences existentiels comme l’amour, le chant ou encore le sacré. Il a reçu le Grand Prix de Littérature de l’Académie Française pour son roman Tombeau d’Achille.

Venez découvrir Vincent Delecroix et son introduction à la philosophie de la religion Ce n’est point ici le pays de la vérité : il sera présent au festival des Assises Internationales du Roman se déroulant du 23 au 29 mai 2016 ! Il assistera à une « table ronde » avec Hélène Frappat et Tristan Garcia, en partenariat avec Philosophie Magazine, sur le thème « Les jeunes romanciers philosophes » le 26 mai de 19h à 20h30 aux Subsistances. Si vous ne pouvez pas être présents, rendez-vous le 26 mai à la Médiathèque municipale espace Baudelaire, où l’auteur est invité pour une rencontre avec le lecteur de 19h à 20h30. Elle sera animée par Sarah Orsini, étudiante à l’Université Lumière Lyon 2.

Définir la philosophie de la religion

Vincent Delecroix, avec son ouvrage, nous propose un cours en accéléré, quoique… sur l’introduction à la philosophie de la religion et après avoir regardé l’épais volume posé devant nous, nous nous sommes attelés à la tâche. Pour « essayer » de comprendre cette problématique, nous partons de la philosophie d’une part puis de la religion de l’autre pour enfin aboutir à la philosophie de la religion. Au temps de l’Antiquité et jusqu’au XIXe siècle, la philosophie représentait la connaissance rationnelle quel que soit son objet, un immense champ de connaissances humaines basé sur une théorie explicite, en tant que réflexion. Elle avait la vocation de développer le savoir par la raison. Les philosophes étaient des « sages » ! Aujourd’hui, ce titre n’a plus cours et la philosophie n’est plus vraiment ce qu’elle était… Nous enseignons cette matière aux lycéens, mais sont-ils capables à cet âge ingrat et sans expérience de refaire le monde et comprendre son utilité ? Dans notre société actuelle, un nombre incalculable de philosophes arrive un beau matin sur un plateau de télévision et nous explique le bien-fondé de leur réflexion. Que le lecteur se rassure, Vincent Delecroix ne fait nullement partie de cette catégorie. Nous en expliquerons la raison plus tard.

Autrefois, la religion était un système de croyances et de pratiques pour honorer une nature supérieure dite divine et lui vouer un culte inconditionnel. Une relation entre l’humanité et Dieu, aujourd’hui la croyance s’enfuit vers d’autres cieux… Un système devenu archaïque  que personne ne veut réviser, pourtant nous pensons à cette humanité à la recherche perpétuelle de cette foi en quelque chose ou quelqu’un, mais nous manquons sans doute de discernement.  L’association des deux termes nous donne la philosophie de la religion. Tout comme la religion fut séparée de l’état, nous actons dans notre ère dite postmoderne , la séparation de la foi et de la raison. L’auteur nous apprend que la philosophie de la religion s’aborde par trois chemins : la philosophie au sens général et son rapport à la religion, la religion comme phénomène historique et son rapport « aux besoins du temps » au niveau social et surtout politique. Nous ne sommes pas des spécialistes et essayons simplement de condensé pour le lecteur néophyte.

Vincent Delecroix aime cette philosophie de la religion et nous emmène vers ce qu’elle est réellement : une interrogation concernant « la vérité » de la religion. Une vaste étendue de réflexion s’offrent à nous : la foi, les livres sacrés, l’espace culturel et social ou encore historique… La vérité de la religion est-elle objective ou subjective ? La raison est-elle systématiquement source d’opposition à la croyance ? Notre cerveau bouillonne et les questions fusent !

couverture (1)La vérité en errance

L’auteur décortique avec une précision, presque chirurgicale, les articulations diverses et variées que représente la recherche de la « vérité », pas la sienne, juste une tentative de réponse assez finement réfléchie et il a le mérite d’étoffer ses réflexions au travers des écrits d’illustres auteurs tels que Kant, Nietzsche, Hegel, Pilate, Socrate… et bien sûr Pascal. Selon ce dernier « ce n’est point ici le pays de la vérité. Elle erre inconnue parmi les hommes. Dieu l’a couverte d’un voile qui la laisse méconnaissable à ceux qui n’entendent pas sa voix… », mais dans le cas présent, la « vérité » se repose ou bien elle erre à la recherche des quelques brebis égarées, dans ce pays qui est notre. La voix de la vérité résonne aux oreilles de l’humanité de façon différente, chacun ayant ces propres paramètres de ce que sont la raison et la foi. Cette dernière s’apparente à un besoin vital de croire en quelque chose ou quelqu’un pour avancer dans la vie et il n’est nul besoin de l’identifier à un Dieu, quel qu’il soit. Un bon nombre de philosophes remet en cause ce pouvoir divin : on ne croit que ce que l’on peut nommer, toucher, entendre. La raison nous semble plus cartésienne, elle se base sur des expériences et une analyse de ces dernières. Elle ne se recouvre pas d’un voile, elle est là dans le berceau de l’humanité. Elle ne se gargarise pas d’être la seule, l’unique ; la raison n’est pas la vérité non plus, elle se divise à l’infini tels des millions de particules dans l’univers. Chaque être humain possède sa propre vérité sur la religion et c’est justement cette multitude de fois en sa propre vertu qui en fait son errance. Comment assembler foi et raison pour ne former qu’une seule et même croyance ? Malgré tout ce qui fut mis en place, à l’époque des lumières pour anéantir l’irrationalité de la croyance, elle perdure encore aujourd’hui. L‘individu contemporain éprouve une réelle aspiration à croire en une religion, mais laquelle ?

Tant de choses dans ce livre

Notre lecture se termine et nos neurones sont en surchauffes ! Dehors le soleil brille, nous nous posons sur le banc à l’extérieur de la maison, les yeux se ferment et notre esprit vagabonde dans les frontières du réel : au pays où la « vérité » n’est plus ce qu’elle était. Nous sommes novices dans l’art de disserter sur la religion et sa philosophie, la foi et la raison, la croyance en un être divin ou la croyance tout court et pourtant une question nous taraude : si Dieu n’existe pas, la « vérité » de sa parole donnée à d’autres non plus, donc sa croyance ne peut pas exister. Ce qui revient à dire que la bible serait une sorte d’écrit mythologique ! Mais revenons à la « raison », nous n’avons pas vocation à palabrer sur des questions qui dépassent la majorité du commun des mortels. Le livre de Vincent Delecroix est un travail remarquable de justesse du raisonnement : n’est pas philosophe qui veut… Notre esprit s’échappe de nouveau, nous le retrouvons aux côtés de l’auteur dans un échange enflammé sur un autre sujet : la vérité de l’instant présent. Ici, c’est le pays de la vérité et nous venons de passer plusieurs heures en compagnie de l’auteur, pour une fantastique leçon sur la philosophie de la religion et sa « vérité ». Un livre que nous relirons pour le plaisir de l’analyse faite avec humilité. Mais pas seulement, l’enchantement de retrouver ces extraits magistraux de toutes ces illustres sommités est incommensurable ! Pour ceux qui sauront lire entre les lignes, vous vous apercevrez que la réflexion de ce livre est une fenêtre ouverte sur bien d’autres horizons. Le questionnement est universel et vous risquez de trouver des réponses totalement inattendues …

Françoise Engler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *