Sartre en bulles : le défi de deux illustratrices

A l’occasion du Lyon BD Festival les 4 et 5 juin 2016, nous vous présentons après Mauvais Genre et Le Choix, la bande dessinée, Sartre. Mathilde Ramadier et Anaïs Depommier réalisent l’adaptation de la biographie de Sartre au format BD, afin de commémorer la 35ème année de sa disparition. Ce livre est une ode à l’écrivain et au philosophe, mais surtout à l’homme qu’il était. L’œuvre ne se contente pas de décrire un parcours littéraire exemplaire, puisqu’elle souligne davantage la vie intime de cet individu peu commun. Les écrits de Sartre sont seulement cités d’une manière à temporaliser les évènements qui se succèdent. Ainsi, les auteures entraînent le lecteur autour d’un groupe d’intellectuels, ayant marqué l’histoire de la pensée.

Des moments intimes qui révèlent l’essence de la pensée sartrienne

L’ensemble du livre est ponctué par des moments furtifs qui permettent de comprendre l’évolution de la pensée de Sartre. Les évènements s’enchaînent, les images silencieuses allègent cette accumulation de récit, si bien que cette biographie se lit à une vitesse alarmante. Une facette intéressante de cette BD, se trouve dans le regard vigilant porté sur les épisodes moins signifiants de la vie de Sartre. Dans ce récit, la production littéraire occupe une place réduite en rapport aux rencontres humaines et interactions avec le monde qu’expérimente Sartre. C’est bien là que se trouve la réussite de cette BD. Ces moments anodins sont significatifs de la pensée de Sartre, à travers sa quête de la liberté. La notion de vivre sans enclaves était centrale dans la réflexion de l’humaniste, et parallèle à sa nécessité de se détacher de la religion. L’ouvrage revisite une longue période qui s’étend de la naissance à la mort de Jean Paul Sartre, autour d’une logique qu’il mène depuis son jeune âge, l’existentialisme.

sartre 2

La liberté avant tout

La construction de l’humanité est une thématique récurrente dans Sartre. A la fin, de la deuxième partie, lors de son discours sur l’existentialisme, Sartre affirme qu’ « il n’y a pas de nature humaine mais une réalité humaine. L’homme est d’abord sont propre projet. L’ensemble de vos actes, de vos projets, c’est l’ensemble de votre vie ». La collaboration entre ces deux illustratrices imagine la réalité de Sartre, et révèle leur volonté de montrer la construction de cette figure emblématique. Divin écrivain et penseur, les rencontres et les circonstances de son époque ont joué dans l’évolution de son personnage. Sa relation particulière avec Simone de Beauvoir, surnommée Castor, a une influence signifiante dans son projet intellectuel. Entre union et liberté, elle devient son « amour nécessaire », et restera la seule à pouvoir critiquer ses textes. La partie centrale de la BD s’intitule en outre, « la constellation du castor ». La narration se concentre autant sur la psychologie du protagoniste principal que sur ses interlocuteurs quotidiens. De plus, le personnage de Sartre souligne à plusieurs reprises, la nécessité d’autrui dans la compréhension individuelle.

 Un exercice biographique réussi

sartre 3

La BD oblige à la synthèse par un contenu textuel limité. Le genre biographique s’avère être la bête noire de ce médium. Sartre ne vante pas sa complétude, puisque certains passages marquent un goût de trop peu. Cependant, l’ouvrage transpose la simple succession d’évènements en une réflexion plus poussée sur l’intériorité du personnage principal, tout comme ceux qui l’entourent. Simone de Beauvoir se voit par exemple consacrer des plaquettes entières. Ramadier et Depommier, ouvrent les portes sur les multiples facettes de Jean Paul Sartre, de sa formation à l’ENS, en passant par son engagement politique, jusqu’au refus de son prix Nobel. La BD plonge dans ce que Bourdieu nommait l’illusion biographique. Ainsi, l’histoire raconte les expériences vécues où les traits des personnages sont irréguliers, et renforce cette impression de réalité. Les dessins sont proches des protagonistes en question qui sont facilement reconnaissables et permettent une compréhension accessible.

Sartre nous engage dans une aventure humaine si bien qu’à la lecture de la dernière bulle, la mémoire de cet homme de lettre continue de flotter au dessus de nos têtes. Durant tout le Lyon BD Festival, il est possible de rencontrer une des talentueuses créatrices, Anaïs Depommier, à la Chambre de Commerce de Lyon.

Tristana Perroncel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *