Se sensibiliser par l’humour

Depuis plusieurs années maintenant, Bamboo Édition propose des séries qui ont pour thématique d’apprendre en s’amusant comme Le Zoo des animaux disparus de Christophe Cazenove au scénario et BLOZ au dessin. Ce premier tome est publié en partenariat avec l’Association Française des Parcs Zoologiques (AFdPZ) qui a collaboré à un cahier pédagogique disponible à la fin de l’ouvrage. (image mise en avant : Zoo des animaux disparus  © Bamboo Édition)

La vie d’un zoo

Les bédéistes nous plongent d’emblée dans un monde parfait (ou absurde), un monde dans lequel plusieurs créatures disparues existent encore et sont conservées à l’abri des hommes dans un zoo qui leur est dédié. Si les plus extrémistes défenseurs des animaux déploreront que pour parler de ces animaux il faille les placer dans un zoo, la création de ce zoo permet de tous les regrouper au même endroit et devient donc un ressort narratif particulièrement intéressant. Si de nombreuses personnes s’indignent qu’on puisse garder des animaux en captivité, il ne faut pas oublier que, comme le rappelle fort justement la bande dessinée, les zoos sont parfois les derniers lieux où l’on peut encore apercevoir certaines espèces disparues. Ils mettent en place de nombreux dispositifs de préservation animalière ou de réintroduction d’espèces en milieu naturel.

Sans chercher à faire l’apologie des zoos ou les dénoncer, les artistes rendent compte du fonctionnement de ce type d’établissement avec clarté et humour. On retrouve l’organigramme traditionnel d’un parc animalier avec des personnages caricaturaux dont les attitudes, bien que professionnelles, sont évidemment sources de rires. Le personnage d’Ernold est le préposé aux tâches ingrates ou difficiles faisant souvent de lui la victime des animaux. Lenny, le chef animalier est le blagueur (ou plutôt moqueur) et  l’expert du zoo ;  c’est lui qui en sait le plus sur les animaux et en a la charge. Madame Pécari est une gestionnaire plutôt bienveillante et fervente admiratrice de son propre zoo. Bengali est la guide qui se retrouve confrontée à l’ignorance voire à l’imbécilité des visiteurs. Enfin, Pétronille est la vétérinaire du zoo. De nombreux corps de métier sont représentés pour donner à voir l’organisation d’un parc animalier ainsi que ses enjeux. Si certaines situations pourraient avoir lieu dans un vrai zoo, la présence d’animaux disparus rend les gags plus drôles encore. La méconnaissance des espèces est régulièrement une source d’humour et l’occasion d’en apprendre plus…

Zoo des animaux disparus 2 © Bamboo Édition

Zoo des animaux disparus  © Bamboo Édition

 

La sensibilisation à la cause animale

La bande dessinée s’ouvre sur le premier jour dans ce zoo de la nouvelle stagiaire vétérinaire, Déborah. Elle découvre, comme nous, chaque espèce de ce parc et ses questions et maladresses deviennent des prétextes aux explications des plus anciens qui éclairent donc Déborah – et le lecteur – sur les particularités de chaque animal. Les ressorts de la narration sont assez visibles et prévisibles, mais cela fonctionne. On rit tout en perçant le mystère de nombreuses espèces disparues. Si le dodo, l’ours des cavernes ou certaines espèces de tigre comme celle de Bali sont particulièrement connues, la grande majorité des races présentées sont inconnues aux plus profanes d’entre nous. On se rend alors compte que sans les témoignages de certains explorateurs, nous n’aurions absolument aucune idée de ce à quoi ils ressemblent. Il a fallu un grand travail de recherche aux auteurs pour compiler les raisons de la disparition de ces espèces, leur alimentation ou leurs particularités et surtout pour les représenter. Bloz a fourni un travail d’illustration remarquable au regard du peu d’images disponibles pour représenter certains animaux. En nous montrant des animaux « nouveaux » si on peut dire, on se rend compte de la richesse de la nature et de l’importance de la préserver. En prenant conscience du nombre d’espèces qu’on ne connaît pas, on comprend alors que l’Homme et les conditions climatiques ont été et sont toujours de vrais fléaux. La BD est très pédagogue dans la façon d’aborder les raisons de ces extinctions et les modes de vie des animaux. Toutefois, les auteurs ne tombent pas dans le jugement ou le manifeste écologique ou protecteur de la nature. Cette œuvre n’est pas militante : elle dresse, avec humour et pédagogie, un inventaire non exhaustif des espèces disparues en sensibilisant avec justesse les plus jeunes – et moins jeunes – sur la richesse de notre monde et la nécessité de le protéger.

Zoo des animaux disparus 1 © Bamboo Édition.jpg

Zoo des animaux disparus  © Bamboo Édition

L’opération sauvetage des animaux n’est pas encore finie, mais l’opération “découvrons les animaux disparus de manière ludique et didactique” est tout à fait réussie dans cette BD qu’il faut mettre dans le plus de mains possibles.

Article rédigé par Jérémy Engler

SEO : Le Zoo des animaux disparus

MC : Christophe Cazenove, BLOZ, AFdPZ, Bamboo Edition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *