Shaun le Mouton, un film moutonnement bien

Pour clore le Festival Ciné O’Clock qui s’est déroulé tout au long de la semaine dernière, le Cinéma le Zola à Villeurbanne présentait en avant-première le film Shaun le mouton, suivi comme promis d’une dégustation de thés et gâteaux. Et l’événement se clôt sur une note drôle et joyeuse, avec une salle comble, et comblée par cette nouvelle réalisation des studio Aardam qui sortira prochainement sur nos écrans, le 1er avril exactement.

Un mouton, deux, trois…

Shaun est un petit mouton. Il a grandi dans une ferme, avec ses comparses, un chien et son maitre. Tous passent une enfance heureuse, et grandissent dans la joie. Malheureusement, quelques années plus tard, le pauvre fermier à été rattrapé par la routine, et par la technologie. Lui aussi est accro à son téléphone portable. Son regard se porte hélas plus sur ce dernier que sur ces animaux, autrefois ses amis. Shaun décide alors de forcer son maitre à prendre un jour de congé. Et évidemment, tout ne se passe pas comme prévu. S’en suit alors une flopée d’aventures, bien loin de la campagne, au cœur de la ville, si terrifiante pour nos pauvres petits moutons. L’histoire fonctionne, même si classique dans sa trame, on se laisse porter par les aventures, et on se demande à chaque scène qu’est ce que vont encore inventer les protagonistes. L’ensemble du film est drôle, mais il faut bien avouer que certaines scènes sortent vraiment du lot et se révèlent être de véritables petites perles. Les déguisement des moutons ont par exemple un fort potentiel comique, surtout placés dans certaines situations, comme un restaurant de luxe. Les idées proposées par Shaun sont plus farfelus les unes que les autres, toujours inventives. Le spectateur assistant à cela est toujours surpris de ce qu’il découvre, et s’en amuse avec plaisir.
Shaun le mouton est un film pour jeune public, plus jeune que le précédent film, c’est évident. La « violence » de Chicken Run à été enlevé, et on retrouve plus la tendresse de Wallace et Gromit. A noter que le film est quasiment muet, hormis quelques bruitages. L’humour, plus adulte peut-être qui passait par la parole ne peut se faire ici. Il n’est pas pour autant absent, bien au contraire. L’humour est avant tout visuel, plus basique donc. Ce qui serait cliché et lourd dans d’autres création, ne l’est absolument pas ici. Si les scènes comiques ne sont certes pas très originales, elles fonctionnent, et c’est bien le plus important. Mais d’autres scènes ont recours à un humour un peu plus subtil, et instaure un double niveau de lecture agréable. On retrouve par exemple beaucoup de références à d’autres films, qui se multiplient au point de ne même pas arriver à toutes les identifiés tellement elles sont brèves parfois. On note par exemple un clin d’oeil à Taxi Driver, ou un autre à une pochette d’album des Beatles.

 Une recette qui marche

Les studios Aardam, on les connait notamment pour deux de leurs sucées, Wallace et Gromit et Chicken Run. Leur particularité ? Faire de l’animation. Mais oubliez le dessin, ici, tout se joue avec de la pâte à modeler. Et ça fonctionne encore une fois dans leur nouvelle production. C’est un art, relativement peu étendu, qui se forme sous nos yeux. Plus de gammes pour eux, cette technique, ils la connaissent et la maitrisent parfaitement. Les personnages sont réellement en 3 dimensions, ils ont un vrai âme, et il n’y a pas besoin que de quelques instants pour s’attacher à eux et leurs attribuer une personnalité. Immédiatement, ils sont touchants, attendrissants. Et puis, outre cet aspect technique, l’histoire, sa trame tout du moins, est reconnaissable dans beaucoup de leurs films. Chez Aardam, les personnages, animaux souvent, paraissent souvent plus intelligents que leurs comparses humains. Dans Chicken Run, les poules voulaient s’échapper de la ferme pour fuir la mort et la femme qui la dirige. Dans Shaun le mouton, les animaux s’échappent de leur ferme mais cette fois pour sauver leur maitre. Un film sans paroles, implique le choix d’une bonne bande son. Essai concrétisé, la musique est efficace et crée une ambiance tout à fait adéquat dans chaque scène qu’elle utilise.

Shaun le mouton est donc une nouvelle réussite de ces studios dont la réputation n’est plus à faire. Un film d’animations à la tendresse enfantine, regorgeant d’humour, même s’il est moins vif que dans leurs précédentes productions. Un film à découvrir au plus vite pour ceux qui aurait garder leur âme d’enfants, dés le 1er avril dans vos salles de cinéma.

Marie-Lou Monnot

Une pensée sur “Shaun le Mouton, un film moutonnement bien

  • 9 février 2015 à 13 h 50 min
    Permalink

    j’adore Shaun le mouton !!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *