Six ans déjà d’Harlan Coben : Où, comment, pourquoi ? Un trio qui fait mouche !

Ces romans traduits dans plus de quarante pays lui confère une place très prisée en tête des meilleures ventes du monde entier. Grand par la taille, il l’est tout autant dans l’écriture du polar, son dernier né, Six ans déjà devrait prochainement être adapté à l’écran avec Hugh Jackman (X-men, Australia) dans le rôle principal et Mark Gordon à la production (The patriot en 2012). Lors de son passage à Paris en Mars 2014 pour la présentation de son roman Harlan Coben s’est élégamment prêté au jeu des interviews notamment avec Jean Claude Desjacques pour la télévision régionale[1].

Ces amours passionnels qui distillent leurs venins hors du temps !

Jake Fisher enseigne les sciences politiques à la faculté de Lanford College et s’empoisonne avec une passion amoureuse. Il cultive aisément l’art de l’éternel et se laisse consumer avec une complaisance désarmante pour avoir promis de ne plus revoir sa bien-aimée. Il vit seul et chaque jour qui passe, depuis six ans, le ramène inexorablement vers la flamme de son enfer : Nathalie, qui sans crier gare l’a quitté pour épouser Todd, un Médecin. Mariage auquel il a assisté et jour fatidique de la fameuse promesse.
Jake tombe par hasard sur la rubrique nécrologique des anciens de son université et découvre que son voleur d’amour est décédé, Nathalie est donc veuve !
Une bousculade insensée jaillit dans son esprit laissant ses pensées convergées vers l’espoir du possible ; il décide d’assister aux funérailles dans le seul but de la reconquérir.
Seulement voilà ! Certains jours, il vaut mieux rester coucher et éviter de partir en croisade…

1466607

La vérité est-elle toujours bonne à savoir ? Faut-il partir à sa poursuite ?

Un enterrement n’est jamais simple pour les proches, mais pour Jake qui croyait enfin revoir Nathalie, celui-ci va tourner au cauchemar ! La femme qu’il découvre en tant que veuve n’est pas son grand amour et deux grands enfants l’accompagnent. Rapidement une seule question l’obsède : est Nathalie ?
Un retour en arrière s’impose à son esprit car il n’avait pas compris les raisons de leur séparation : aurait-elle menti ? Que lui aurait-elle caché d’autre ?
Il prend la décision de partir à la conquête de la vérité mais Jake est un homme honnête et droit et peu coutumier de ce genre de démarche.
Jake reprend le début de son histoire d’amour et part à la recherche de leurs anciennes relations communes, hélas elles semblent avoir totalement disparues ou frappées d’amnésies et il finit par se demander si toute cette histoire d’amour n’est pas sortie tout droit de son imagination. Même Nathalie demeure transparente comme un souvenir inexistant. Arrive maintenant dans sa tête une obsédante petite voix qui lui souffle : Comment c’est possible ? Mais Jake persiste et une véritable course contre le temps et contre lui-même s’engage, quitte à laisser son sens moral au placard en tuant pour obtenir des réponses. Au fil de ses investigations, il rencontre des personnes qui le mettront sur le bon ou le mauvais chemin et se retrouve happé par sa soif de vérité au cœur d’une infernale machination déstabilisante du fait de sa naïveté.
Une enquête longue et difficile semée d’embûches et de fausses pistes et au bout… l’incroyable, l’inimaginable, l’impensable : pourquoi ?

Une enquête des plus intrigantes !

Harlan Coben nous emporte tout au long de ces pages, dans un dédale de froids et chauds en maintenant un suspense des plus inquiétants dans un style toujours aussi percutant. Il surfe sur la vague de l’émotion pour mieux nous immerger en eaux troubles en choisissant avec soin des personnages construits, tout au long du livre, autour de Jake. Certains ajoutent du piment à l’intrigue agrémentant les recherches de Jake ce qui nous tient constamment en haleine. Le fait d’avoir choisi un personnage qui ressemble à tant d’autres et de lui faire raconter son histoire à la première personne instaure une communion directe avec lui. Dès le début du récit, on adhère à son désarroi et à son malaise ; on se lève, marche, dort et respire avec lui. Le rythme est très bien soutenu sans aucun affaiblissement, du coup, l’intrigue garde tout son secret jusqu’au dénouement. La première page tournée, les autres s’enchaînent avec la même soif du savoir : où, comment et pourquoi ?

Six ans déjà est un pur polar dans la lignée de : Ne le dis à personne également adapté au cinéma par Guillaume Canet en 2006 avec François Cluzet, François Berléand et Marie Josée Croze.

Françoise Engler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *