Touh pour l’aventure !

L’Espace Roseau Teinturiers accueille la Compagnie Paille Productions pour son spectacle Touh, mis en scène par Marc Pistolesi et Loïc Bartolini du 7 au 30 juillet, à 20h20, dans le cadre du festival Off d’Avignon, pour un voyage plein d’aventures au cœur de la légende de Piri Reis et de l’empereur Touh…

Des personnages caricaturaux et attachants

D.R.
D.R.

Toute bonne histoire doit avoir un grand méchant. Ici, il y en a deux, l’un dont on ne révèlera pas l’identité et Jack, joué en alternance par Pierre-Louis Jozan et Loïc Armel Colin, qui ne lâchera pas ces aventuriers en herbe tant qu’on ne lui aura pas remboursé son argent puis finalement tant qu’il n’aura pas obtenu le trésor…

Tom, interprété par Loïc Bartolini ou Marc Pistolesi, son complice malgré lui, est un voleur à la tire qui cherche à trouver un bon moyen de gagner l’argent qu’il doit à Jack. Il espère trouver des « pigeons » pour leur dérober leur argent et ils tombent sur Ema et Ali, qui ne sont pas très discrets sur les raisons de leur voyage en Turquie et attirent donc l’attention du malfrat. Évidemment, ce vaurien se révèlera être un homme plein de valeurs, mais aussi de traitrises, car l’amour et la peur font faire bien des choses… Malgré ces habits d’aventuriers, il n’en a pas l’étoffe, mais réussit pourtant plusieurs fois à sauver Ema et Ali des ennuis.

Ali, incarné par Ayouba Ali ou Andy Pimor, est historien et fils adoptif d’un chercheur qui était sur le point de percer le secret de la carte de Piri Reis et de l’empereur Touh. Il se réfugie derrière son savoir d’historien, mais n’est rien qu’un pleutre que l’avidité de pouvoir changera au fil de la pièce…

Enfin, il reste Ema, à laquelle Jeanne Chartier ou Marie Coustary, donnent vie chaque soir. Sœur d’Ali, fille légitime du chercheur, elle est laborantine et cela lui permettra de résoudre plus d’un mystère. Intelligente, elle saura se sortir des pires situations et se révèlera être la véritable aventurière de cette histoire ! Elle tombera évidemment amoureuse du vaurien repentant et incarne tous les clichés de la femme perdue dans un film d’aventures avant de prendre les choses en main, ou encore le cliché de la savante qui parle dans un langage tellement compliqué qu’elle seule comprend.

Les comédiens incarnant en alternance les quatre rôles, il est difficile de commenter la prestation de tous les comédiens, toutefois, il faut souligner que l’interprétation de Jeanne Chartier, Loïc Bartolini, Ayouba Ali et Pierre-Lous Jozan est tout simplement magistrale. Les personnages vivent et s’épanouissent sous nos yeux ébahis. Gageons que les quatre autres comédiens sont aussi bons, mais s’ils font partie de cette aventure complètement déjantée – basée sur de véritables faits historiques, rappelons-le – il n’y a pas de raison !

 

Une aventure déjantée

On commence par la fin, une balle tirée par Jack en direction de Tom est arrêtée. Le temps se fige et Ema nous ramène au début de cette histoire sordide… La balle est si grosse que l’on comprend tout de suite qu’on assistera à une parodie des films d’aventures, mais au théâtre. Réaliser un film d’aventures au théâtre n’est pas simple et n’est pas Indiana Jones qui veut ! Pourtant la mise en scène de Marc Pistolesi et Loïc Bartolini est particulièrement ingénieuse et loufoque, faisant de cette parodie tant un hommage qu’une critique. Tous les clichés des films de genre y passent : le moment d’émotion de celui qui n’a pas eu une vie facile sur fond de musique tragique qui ne sera racontée qu’une fois malgré trois tentatives avortées avec humour, la course poursuite dans le Souk du Caire où la course par petits pas est juste hilarante, on se croirait dans Pacman, évidemment ils se prennent les draps qui pendent, se cachent, se déguisent bref on se croirait vraiment dans un film d’aventures que Spielberg ne renierait pas. On a l’histoire d’amour, elle aussi parodiée et surtout compliquée lorsque la vérité éclate… La poursuite en avion, le voyage à l’autre bout du monde, la tribu indigène finalement plus accueillante qu’il n’y paraît. Tous les ingrédients du film d’aventure sont réunis pour nous faire voyager au cœur de l’histoire de Piri Reis et de l’empereur Touh avec humour et adrénaline !

D.R.
D.R.

Une mise en scène astucieuse

Comment montrer au plateau les pièges d’une pyramide, une balle qui s’arrête, un voyage à moto, une bataille d’avions ? Tels furent les challenges auxquels ont dû faire face les metteurs en scène. Pour ce faire, il faut convoquer plusieurs arts, certains procédés sont empruntés à la magie, mais nous ne les dévoilerons pas ici, mais sachez que les tableaux brûlent pour révéler leur secret, que les livres, s’ils ne sont pas ouverts par la bonne personne, prennent feu… tant de procédés magiques que l’on peut aisément assimiler à des effets spéciaux cinématographiques. Si une véritable moto n’apparaît pas sur scène, les comédiens la miment admirablement bien et le paysage en maquette défile derrière eux avec élégance dans un cabestan qui sera réutilisé pour le voyage en jeep. En effet, ils utilisent des maquettes telles des marionnettistes pour montrer le voyage et permettre les changements de décor. Enfin, la bataille aérienne est terriblement drôle puisqu’on voit les deux équipages de chaque côté de la scène et au milieu deux maquettes d’avion qui se livrent un combat qui fera date tant les manœuvres sont maitrisées et bien exécutées. Les arts de la marionnette, du théâtre d’objets, de l’aventure et du cinéma se confondent notamment grâce à un excellent travail sur les lumières pour créer un univers qui finalement est propre au spectacle et que les comédiens habitent réellement !

Nous vous conseillons vivement ce spectacle qui est un pur divertissement parodique, ingénieux et dont la mise en scène vous plongera dans un univers cinématographique absolument époustouflant !

 

Jérémy Engler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *