Twenty One Pilots fait décoller le Ninkasi !

Actuellement en tournée suite à la sortie de leur album Blurryface en mai 2015, Twenty One Pilots était de passage pour la première fois à Lyon ce mardi 9 février. Blurryface est leur quatrième album, après deux premiers albums autoproduits en 2009 et 2011, puis Vessel en 2013. C’est dans la salle du Ninkasi Kao que nous avons eu la chance de découvrir en live ce groupe, composé de Tyler Joseph (au chant, piano et ukulélé) et Joshua Dun (à la batterie). Pendant une heure et demi de concert, le duo a enflammé la foule sur ses chansons éclectiques, entre rock, rap et électro.

©Lukas Guide
©Lukas Guidet

Twenty One Pilots : un show rôdé

C’est à 21h, après une courte première partie, que les lumières s’éteignent enfin et que Twenty One Pilots arrive sur scène. La foule est impatiente de voir ce que le groupe lui réserve, et est déjà prête à s’élancer aux rythmes catchy de leurs chansons. Le duo arrive sur scène, chacun encagoulé et habillé dans une esthétique de squelettes, en noir et blanc : c’est l’univers qu’ils ont créé avec Blurryface. Le groupe commence directement avec « Heavydirtysoul » chanson avec des couplets rappés très rapide, que le public reprend en chœur. Le groupe enchainera une bonne quinzaine de chansons, mêlant à la fois son dernier album et Vessel. On sent un show assez travaillé, notamment sur les costumes de scènes et sur l’interaction avec le public. Tyler Joseph revient plusieurs fois sur scène avec différents accessoires en plus, en fonction des chansons, que cela soit un bonnet rouge, des lunettes de soleil, ou une chemise à fleurs. Ou encore, lors de « Car Radio », lui et Joshua Dun mettent une cagoule, accessoire symbole de leur troisième album.

De plus, Tyler Joseph se déchaine sur scène, il court d’un bout à l’autre, monte sur des sortes de piédestaux sur le devant de la scène, il monte sur la foule avant d’entamer « Holding On To You ». Il monte même sur son piano, sur lequel Joshua le rejoint un moment, avant d’en descendre en faisant un salto. Joshua Dun, la plupart du temps, est derrière sa batterie sur laquelle il se déchaine à fond en souriant à la foule. Tyler Joseph quant à lui, en plus de son chant, change d’instruments régulièrement, que cela soit son piano sur lequel il donne toute son énergie, notamment pendant « Goner », ou bien un ukulélé ou une basse, lors de « Polarize » par exemple. Pendant certaines chansons, des canons à fumée sur le devant de la scène se déclenchent. Le chanteur nous demande parfois de nous baisser avant de nous relever en dansant de plus belle, ou encore de prendre nos voisins sur nos épaules, ce à quoi la foule obéit de bon cœur. On sent un show très étudié par le groupe, très énergique, et ils sont sûrs d’eux.

©Lukas Guide
©Lukas Guidet

Mais qui n’en est pas moins très personnel et puissant

Quand on s’intéresse aux paroles des chansons de Twenty One Pilots, on se rend vite compte qu’elles parlent de choses très personnelles, et notamment des peurs et démons du groupe, souvent cachés derrière des airs pop-électro plus joyeux. Et c’est aussi ça qui rend le show puissant, car on sent qu’ils aiment et tiennent à leurs chansons. Au début, le groupe semble un peu en retrait, et il parle peu, comme intimidé par la foule qui les attend. Puis le duo se libère et se lance dans un live très prenant, faisant durer les chansons au maximum, avec des intros et des outros plus longues, des pauses avant de redémarrer de plus belle. On sent que le duo est heureux d’être là, les deux membres souriant à la foule lorsqu’elle reprend en chœur les paroles, nous remerciant d’être ici. Pour leur première fois à Lyon, ils ont été très bien accueillis par un concert sold out, rempli d’une foule qui les attendait avec ferveur. Le show est vivant, et paraît très personnel pour le groupe. Une proximité se créée avec le public, Tyler Joseph nous fait chanter en chœur, et remplace un hello par un « bonjour » dans « Trees ».
Puis c’est la fin du concert, et le groupe enchaine trois de ses chansons les plus émotionnellement chargées : « Car Radio », juste avant le rappel, puis « Goner » et « Trees ». Le groupe se donne à fond, la foule aussi. Pendant « Car Radio » Tyler Joseph monte sur le balcon du Ninkasi pour finir la chanson, face au public fasciné et reprenant le refrain. Lors de leur dernier morceau, « Trees », le duo monte sur des planches dans le public et frappe sur des tambours, tout ça porté par la foule compacte et en délire, sous une pluie de confettis. On sent le groupe heureux d’être ici, plein d’émotions et applaudi avec joie par la foule.

On ressort donc de ce concert heureux et fatigués, face à un show si puissant et tellement chargé d’émotions. La setlist mêlait parfaitement leurs deux derniers albums et leur show a su donner une intensité plus forte et presque nouvelle à chaque chanson. Cette heure et demie nous a paru presque trop courte face à un tel show. On espère les revoir bientôt pour avoir encore la chance d’assister à une telle force en live.

Éléonore Arnould

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *