Un concert home sweet home

Peut-être seras-tu voisin d’un prochain concert ? Lyon, début de soirée, sur un toit ou entre deux étages, les concerts d’appartement ça se passe plus près que tu ne le penses. Une seule et mauvaise nouvelle, il n’y aura pas de place pour tout le monde car ici on mise sur le coté intimiste. La bonne, c’est qu’il y en a pour tous les goûts : rock, folk, soul, électro… Le dernier en date se passait chez moi et accueillait deux artistes lyonnais de la scène hip-hop. La scène laissait tour à tour place à Tha Snake Crew et Eska, deux groupes qui transportent nos oreilles avides de son.
Inutile de vous percher sur vos talons aiguilles, l’atmosphère ressemble à celui que l’on retrouve chez soi. Notre ouïe se régale des sonorités rythmées et nos papilles ne sont pas épargnés grâce aux petites gourmandises d’Audrey, vice-présidente de l’association et bloggeuse sur son alléchant site la-reinedestartes.com. Audrey Meisser a d’ailleurs accepté de répondre à quelques unes de mes question vous en dire plus sur l’Etage Folk.

Pour commencer, pouvez-vous nous présenter l’Etage Folk et nous parler de votre parcours?

L’étage folk est une association qui a pour but de concevoir des événements musicaux et culturels de manière atypique, notamment des concerts acoustiques en appartement. Nous organisons une soirée par mois, dans un lieu et avec des artistes différents à chaque fois, nous filmons chaque soirée afin d’en faire une vidéo que nous diffusons sur les réseaux sociaux. Le concept de l’association est basé sur une vision un peu alternative de la musique et de l’événementiel, nous mettons en avant le rapport intimiste entre l’artiste et le public du fait des lieux que nous choisissons. Nous sommes aujourd’hui 3 dans l’association, Joseph, le président et Léna la trésorière, nous avons aussi quelques personnes qui interviennent pendant les soirées et qui font partie de l’équipe technique et logistique. Pour ma part, je suis designer graphique free-lance, j’ai un blog culinaire : la-reinedestartes.com et je suis également manageur du groupe de rock Rust’in. Avant de faire partie de l’Etage Folk j’étais dans une autre association organisatrice de concerts, je gérais la communication et la promotion des soirées que nous organisions.

Sans titre 1
© Lucie Rimey Melle

Comment est née l’idée de ce concept ?

L’idée est née de l’envie de créer un projet autour de la musique et de l’événementiel. C’est Léna et Joseph qui ont eu cette idée il y a 2 ans, de lancer dans un premier temps un concept de soirées avec un fonctionnement associatif afin de se faire connaître et de pouvoir expérimenter dans la « vraie » vie puis voir ensuite ce qui émergerait de tout ça !

Où l’association se place t-elle dans l’univers de la musique ?

Aujourd’hui à Lyon nous faisons le lien entre un public et un artiste afin de les faire se rencontrer avec un angle de vue un peu différent. Nous sommes impliqués dans un circuit de groupes plutôt « indés » ou émergents, souvent de la région Rhône-Alpes. À la fois nous donnons de la visibilité aux groupes et nous bénéficions de leur notoriété, car contrairement aux concerts en salle, l’organisateur n’est pas souvent identifié par le public, alors que chez nous ce n’est pas le cas, du fait du déroulement des soirées (réservation des places sur notre page Facebook notamment) et de la proximité avec les gens qui assistent aux concerts.

Comment choisissez vous les artistes qui se produisent durant vos évènements?

Nous choisissons des groupes pour lesquels on a des coups de cœurs, parfois ce sont les groupes qui nous envoient leur travail et parfois ce sont nous qui contactons les artistes, on n’a pas vraiment de « process », il faut juste que nous soyons tous les 3 partants pour un groupe.

Sans titre 2
© Lucie Rimey Melle

Les derniers petits chanceux ont pu assister à un concert de hip-hop. Est-ce que le thème musical est défini avant la recherche d’artistes, ou découle-t-il de cette sélection?

Là aussi ça dépend, on définit au début de la saison quels styles on aimerait voir passer a l’Etage Folk, puis au fil des découvertes on organise les co-plateaux d’artistes afin que ça soit cohérent, donc parfois c’est la découverte d’un groupe qui va faire qu’on va s’intéresser à un style musical, et parfois c’est l’inverse, on marche au coup de cœur !

Quels sont les principaux facteurs qui permettent à l’Etage Folk de se développer, s’agrandir ?

Déjà la notoriété, il y a quelques mois nous avons eu la chance d’avoir un article dans My little lyon pour notre soirée avec Holy Two et Alexis and the Brainbow, ça nous a permis de nous ouvrir à des gens qui pouvaient être intéressés par nos soirées mais qui ne nous connaissaient pas. Ensuite, les partenariats sont très importants pour nous, que ce soit avec les gens avec qui on travaille, pour la vidéo notamment, en ce moment c’est Picture Lyon, ou le Crock’ n Roll pour qui on a organisé plusieurs événements, c’est aussi cela qui fait évoluer l’association car les partenariats que nous faisons nous poussent à repenser l’association différemment sur chaque projet et donc à avancer. Et bien sûr il y a l’argent aussi, car nous en avons besoin pour financer les soirées et les projets !

Des projets futurs ?

Oui beaucoup ! Je ne vais pas tous les dévoiler d’ailleurs. On aimerait repenser les lieux dans lesquels on crée des soirées, ne pas se limiter à des appartements mais aussi pourquoi pas à des ateliers d artistes, ou à des vieilles bâtisses qu’on se ferait une joie de réaménager le temps d’une soirée ! On aimerait beaucoup s’associer avec des commerçants pour créer un mini festival dans la rue comme en Angleterre. D’une manière générale, l’idée pour 2015 ça va être d’enrichir les soirées, d’aller plus loin dans la dimension culturelle.

Quel est votre intérêt personnel dans la création, le développement de cette association? Qu’est-ce qui est le plus important pour vous ?

Un aspect important pour moi ce sont les rencontres, car avant tout on est tous là pour passer de bons moments autour de la musique, et que ce soit avec les artistes, le public ou les gens qui travaillent avec nous (photographes, monteurs vidéos, ingénieurs son, etc.) Nous souhaitons que tout le monde passe une bonne soirée, que les connexions et les liens se tissent. Ensuite ce qui me plait c’est de créer quelque chose, qui à un niveau bien-sûr modeste pour l’instant, porte des valeurs qui me parlent en terme d’entreprenariat comme la proximité, le relationnel, l’alternatif, le fait de proposer autre chose que ce qui existe dans les sentiers battus et qui porte et soutient le travail et la création des autres dans un périmètre local. Et bien sûr, bien qu’on ait tous un travail ou des études en cours, on a super envie que ce projet continue à évoluer et à se réinventer, c‘est ça qui me motive vraiment !

N’hésitez pas à aimer leur page Facebook et rester à l’affût du prochain évènement. Vous pouvez aussi proposer votre appartement à l’association et faire danser les murs de vos voisins.

Tristana Perroncel

Une pensée sur “Un concert home sweet home

  • 9 novembre 2014 à 22 h 42 min
    Permalink

    quelle belle idée ! quoi de mieux que la musique pour créer du partage, de l’amitié, de la convivialité…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *