Un douloureux retour aux sources à Little Wing

Après la Chine hier, retour aux Etats-Unis, pays de Lionel Shriver, pour découvrir Nickolas Butler et son premier roman Retour à Little Wing. Né en Pennsylvanie mais élevé dans le Wisconsin près de la ville d’Eau-Claire, il raconte la société rurale de cet état à travers la vie de plusieurs personnages qui se retrouvent dans la ville de leur naissance, pour laquelle ils éprouvent un attachement féroce, Little Wing. Seulement leurs routes se sont séparées et leurs identités se sont troublées d’où la thématique de la table ronde organisée par la Villa Gillet dans le cadre des Assises Internationales du Roman : « l’identité troublée » à laquelle Nickolas Butler participera le lundi 25 mai à 21h. Si vous voulez en découvrir plus sur cet auteur, nous vous proposons un moment d’échange passionnant le mercredi 27 mai à 11h à l’Université Lumière Lyon 2 à laquelle nous sommes rattachés. En effet, en partenariat avec la Villa Gillet, nous accueillerons Nickolas Butler à l’amphi Laprade pour une rencontre exceptionnelle. Ce sera la première fois qu’un auteur des Assises Internationales du Roman se rendra à l’université pour une rencontre ! Un moment qu’il ne vous faudra rater sous aucun prétexte ! Dans l’espoir de vous voir nombreux à cette rencontre, laissez-nous vous présenter son premier roman.

Un style qui parle au lecteur

101177871Dire d’un style qu’il « parle au lecteur » pourrait être considéré comme un lieu commun car il s’agit bien là de la fonction première d’un livre : s’adresser à un lecteur potentiel. Cependant, ici, cette expression n’est pas un lieu commun mais une réalité. Le livre est basé sur les récits de cinq personnages qui prennent tour à tour la parole. A chaque prise de parole, le narrateur s’exprime à la première personne afin de nous inviter dans sa tête et découvrir son point de vue sur les événements. Chaque événement, qui regroupe plusieurs personnages, est toujours observé d’un seul point de vue. Ici, pas de multiples points de vue ou un point de vue omniscient, tout est unilatéral et renforce notre proximité avec ses personnages qui ne se contentent pas de raconter les événements qui se déroulent au moment de l’énonciation. Tous, ou presque, commentent leur réalité présente mais raconte aussi leur histoire. On découvre la jeunesse de ses trentenaires. Ils se livrent à une introspection sous nos yeux de lecteurs. Plus qu’une introspection, ils nous racontent avec sincérité et émotion leur vie. Tous ne portent pas forcément un jugement sur ce qu’ils évoquent, ils narrent les faits qui les ont conduits à leur situation actuelle. Ainsi, les cinq narrateurs s’adressent clairement au lecteur dans leur récit, notamment lorsque Kipper prend la parole pour la première fois. Il fait un historique de la ville en expliquant très précisément ce qu’était La Fabrique dans sa jeunesse. Pourquoi faire cet historique pour lui même ? Dans ce cas là – et dans de nombreux autres cas – il est très clair que le narrateur prend le temps de donner des explications uniquement destinées aux lecteurs probablement pour justifier leurs choix ou pour être mieux compris.

Une satire pleine de tendresse

CVT_Retour-a-Little-Wing_6337Nickolas Butler vivant dans le Wisconsin, on comprend son attachement à cet état et notamment à la population dont il fait partie. D’ailleurs, c’est l’amour des personnages pour cette ville de Little Wing qui les réunit et les rapproche… Tous sont nés ici, Kipper, Hank, Beth, Leland et Ronny. Hank et Beth se sont mariés et n’ont jamais vécu ni travaillé hors du Wisconsin. Hank est un fermier bien sous tout rapport. Ronny est un ancien champion de rodéo qui a parcouru tout le pays ou presque avant de se blesser et de revenir dans son lieu de naissance. Leland est une rockstar internationale qui revient à Little Wing pour se ressourcer et être lui-même. Kipper a fait carrière comme courtier à Chicago pour revenir à Little Wing et restaurer La Fabrique qui tombe en ruines depuis des années pour redorer Sa ville.
En découvrant leur parcours, et bien que certains envient les situations de leurs amis, on se rend compte qu’aucune situation n’est vraiment enviable. Ils ont beau tous être heureux d’être à Little Wing, tous éprouvent une frustration plus ou moins grande qu’ils nous livrent tour à tour. Cette frustration, née il y a plusieurs années et portées depuis bien trop longtemps, façonne les personnages qui finissent forcément par exploser à un moment ou un autre, d’une manière ou d’une autre. Ce moment de basculement est très bien amené par Nickolas Butler qui se permet une petite critique de ce milieu rural où le fait de tous se connaître peut parfois être pesant et en même temps tellement rassurant. Ce Wisconsin nous est présenté et est vu par les personnages comme un havre de paix mais le lecteur est moins dupe que les protagonistes et comprend qu’un malaise profond lie les personnages à cet endroit.
En découvrant le parcours de ceux qui sont sortis de Little Wing, on se rend compte que l’auteur nous dresse un portrait à charge de la société occidentale individualiste et capitaliste.

Nickolas Butler réussit à emmener son lecteur au Wisconsin en quelques lignes, à travers des personnages plus vrais que nature qui bien loin d’être des caricatures ou des stéréotypes parviennent à toucher le lecteur. Le style élégant de l’américain saura vous bluffer ! Alors n’hésitez pas à le rencontrer ce mercredi 27 mai à 11h à l’amphi Laprade du campus des Quais de l’Université Lumière Lyon 2. Pour ceux qui ne seraient pas disponibles le matin, une deuxième opportunité s’offre à vous le mardi 26 mai à 15h à la bibliothèque municipale de Caluire-et-Cuire, sinon pour les stéphanois, il sera toujours possible de le rencontrer à la bibliothèque universitaire Tréfilerie le jeudi 27 mai à 18h.

Jérémy Engler


Plus d’informations sur l’événement sur la page facebook de l’événement ou sur notre site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *