Un hommage impressionnant à la Tour de Londres

Le mois de novembre est toujours marqué par les commémorations du 11 en l’honneur de l’Armistice de la Grande Guerre. Au Royaume-Uni et dans plusieurs pays du Commonwealth, à défaut de jour férié, on honore les soldats tombés avec un poppy. Il s’agit d’un coquelicot en papier que l’on porte à la boutonnière. En achetant cet objet en Grande Bretagne, on fait une donation à la « Royal British Legion » une association caritative qui s’occupe des anciens combattants et des blessés de guerre. Cette tradition date de 1921 et est inspiré par le poème In Flanders Fields de John McCrae qui commence ainsi :

In Flanders fields the poppies grow
Between the crosses, row on row
Dans les champs de Flandres poussent les coquelicots

Entre les croix parsemées de lot en lot

article_d91ea8c5587edfdb_1351197628_9j-4aaqsk

Une œuvre d’art pour le centenaire et un message sur l’horreur de la guerre

En cette année du centenaire du début de la Première Guerre Mondiale, la Grande Bretagne a voulu faire quelque chose d’impressionnant en souvenir de ce terrible conflit. L’idée a été d’utiliser le symbole du coquelicot pour faire une œuvre d’art gigantesque dans le fossé de la Tour de Londres. Cette œuvre porte de le titre de : Blood Swept Lands and Seas of Red (Les Terres couvertes de sang et les Mers de rouge).
Depuis cet été, 888 246 coquelicots en céramique ont été déposés dans les fossés de la Tour de Londres. Le dernier coquelicot a symboliquement été placé le 11 Novembre 2014. Ce nombre de fleur n’est pas anodin, il représente un coquelicot pour chaque soldat Britannique tombé au combat entre 1914 et 1918. L’effet visuel de cette œuvre est assez impressionnant à voir lorsque l’on se promène autour de la Tour de Londres. Les artistes donnent vraiment l’idée d’une mer de sang ce qui illustre le terrible gâchis de vie humaines lors de la Grande Guerre. C’est donc aussi un message vibrant sur les horreurs de la guerre
Cette œuvre d’art, en plus du devoir de mémoire qui est important, sert aussi les œuvres caritatives qui s’occupent des blessés de guerre et des anciens combattants. En effet, chacun des coquelicots devait être vendu au profit d’une des six associations officielles pour les anciens combattants et les blessés de guerre : Cobseo, Combat Stress, Coming Home, Help for Heroes, The Royal British Legion et SSAFA. Aujourd’hui, il n’est plus possible d’acheter un de ces coquelicots car ils ont tous été vendus.

tower-of-london

A propos des artistes

Cette œuvre d’art est le fruit du travail de deux artistes : Paul Cummins et Tom Piper.
Paul Cummins est un artiste spécialisé de la céramique dont la renommée a beaucoup augmenté ces dernières années grâce à de nombreuses commandes aussi bien au niveau national qu’international. Il est connu pour ses mélanges de fleurs bio, ses vibrants glaçages et l’utilisation des fils de fer pour créer des objets plein de contrastes. Des critiques ont dit de lui : « Puisant dans une multitude de sources d’inspiration et son propre subconscient, mais aussi d’expériences et de sa carrière précédente en tant qu’architecte à l’étranger, le travail de Paul est façonné par une compréhension détaillée de la forme esthétique et détient une importante autorité visuelle ».

poppies1a

Pour ce nouveau projet, Paul Cummins a prit son inspiration dans le testament d’un homme de la région de Derby qui s’était engagé en 1914 et qui est mort en Flandres en 1915 et qui a écrit : « The Blood Swept lands and seas of red, where angels fear to tread » (Les Terres couvertes de sang et les Mers de rouge ou les anges n’osent pas s’aventurer). Pour faire ces coquelicots, les potiers de l’atelier de Paul Cummings ont utilisé des techniques datant de la Première Guerre Mondiale et chaque « Poppy » a été fait à la main.
Tom Piper est né à Londres et a étudié la biologie et histoire de l’art au Trinity College de Cambridge, et la conception de la production à la Slade School of Fine Art. Il a travaillé comme assistant de Chloé Obolensky avant de commencer sa carrière de pigiste dans le théâtre. Il collabore régulièrement avec différents réalisateurs comme Michael Boyd et Sam Mendes. Il est concepteur associé de la Royal Shakespeare Company depuis 2004. Tom a collaboré avec le British Museum et Alan Farlie Architectes de l’exposition Shakespeare: Staging the World en 2012 dans le cadre de l’Olympiade culturelle. Ses nombreuses distinctions comprennent un Olivier Award (conception des costumes) pour la série Histoires.

Jeremy Young

Une pensée sur “Un hommage impressionnant à la Tour de Londres

  • 22 novembre 2014 à 21 h 37 min
    Permalink

    enfin un hommage qui montre vraiment l’horreur de la guerre…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *