Et si Victor Hugo nous rendait une petite visite…

À l’Espace Saint-Martial du  7 au 30 juillet à 11h (relâche le lundi), Yves-Pol Denielou, mis en scène par Charlotte Herbeau, redonne vie à Victor Hugo. Pour une heure, le comédien prend les traits de l’esprit de cet auteur qui a bouleversé ses occupations pour une intervention radiophonique sur l’actualité. Si Hugo, l’interview théâtrale peut paraître, de prime abord, être encore une tentative de donner à un écrivain des propos qu’il n’a pas eus et une façon de détourner son aura pour lui faire dire ce qu’on pense, il faut reconnaître que la promesse est tout autre. Ici, les deux comparses de Merci La prod Compagnie proposent d’utiliser les textes de Victor Hugo lui-même pour répondre sur l’actualité contemporaine. Alors laissez-vous happer par la voix du plus grand des auteurs romantiques français…

Bienvenue aux textes d’Hugo

© Merci la Prod Compagnie
© Merci la Prod Compagnie

Pour ceux qui s’attendent à entendre les plus grandes œuvres de Hugo, vous serez déçu. Point de passages célèbres qu’on saurait reconnaître entre mille. Le but de ce spectacle est de faire (re)découvrir quelques extraits de Victor Hugo. Les textes les plus connus doivent être ceux issus de la préface de Marie Tudor sur le théâtre et le passage du « Crapaud », tiré de La légende des siècles.

60% des textes sont issus du journal intime de Victor Hugo, Choses vues, notamment tous les passages concernant sa vie privée et son enfance, mais il est possible d’entendre des extraits de L’homme qui rit, Actes et Paroles : discours à Paris : Fragments dramatiques ou encore « Napoléon le petit » pour ne citer qu’eux. Utiliser des textes écrits depuis plus d’un siècle maintenant pour répondre à des questions sur les attentats, pour donner des conseils aux politiciens d’aujourd’hui est quelque chose d’assez incroyable. C’est alors qu’on se rend compte à quel point Victor Hugo était en avance sur son temps et à quel point il avait tout compris à la politique, aux gens et à la vie en général. Ici, toutes les thématiques sont abordées, il répond aussi bien aux questions sur la religion que sur ses amours ou sur la littérature.

« La liberté avant tout »

© Merci la Prod Compagnie
© Merci la Prod Compagnie

Les questions de cette émission de radio permettent de rapidement revenir sur la vie de Victor Hugo sans tomber dans un catalogue de ses œuvres et actions date par date ou à la façon de Wikipédia, thématique par thématique. En utilisant ses propres textes, Charlotte Herbeau et Yves-Pol Denielou évitent l’écueil du spectacle sur la vie de l’auteur. Ce n’est pas Hugo qui fait une introspection ou qui raconte son œuvre mais Hugo qui se sert de certains évènements de sa vie pour expliquer ses pensées actuelles et sa vision du monde.

La notion de liberté est extrêmement présente dans ses réponses. Pour lui, il faut s’affranchir de la religion pour être libre de penser par soi-même et ne pas être le petit mouton qui suit les préceptes sans réfléchir ou broncher.

Certaines questions ne sont pas forcément flatteuses mais il ne pratique pas la langue de bois et répond sans détour. On lui fait le reproche d’avoir eu des mœurs légères concernant l’amour ce à quoi il répond que « l’amour est au-dessus des conventions » et qu’il faut être libre d’aimer car aimer est la plus belle des choses. De même, Hugo était engagé en politique et ses idées ont changé au fil des années, là encore il répond avec humilité que la « surface de l’esprit change » et qu’il fut « illogique et probe comme le fut le siècle » et que si certains choix ont pu être mauvais, il ne s’est jamais opposé à la liberté et qu’elle a toujours guidé ses opinions et ses idées. Avec cette interview, Hugo veut nous montrer que dans toutes nos actions il faut privilégier la liberté… Il ne renierait pas le tableau de Delacroix La liberté guidant le peuple.

Ses réponses, à travers ses textes, sur les attentats sont tellement d’actualité qu’on est touché au cœur par le Hugo que nous joue Yves-Pol Denielou. Il nous exhorte à résister et à ne pas s’aliéner.

© Merci la Prod Compagnie
© Merci la Prod Compagnie

Assis, à côté d’une petite table comme pour une interview dans son bureau ou debout de l’autre côté de la scène, Yves-Pol Denielou interprète un Hugo alternant les passages personnels où il est plutôt assis et les passages plus engagés ou il se lève pour mieux nous faire passer son message.

La modernité des textes est tout à fait stupéfiante et finalement André Gide avait peut-être raison quand on lui demandait qui était le plus grand poète et qu’il répondait « Hugo hélas ». Mais Hugo aurait probablement réfuté cette idée comme il le fait sur scène en disant que la « poésie ne peut décroître car elle ne croît pas », pour lui, il s’agit de parler avec son cœur et son esprit pour égaler les génies en créant un art qui nous est propre et donc différent. Pour lui la littérature, la poésie, comme tout art ne peut pas être moins bien car il est le reflet d’une époque et d’une âme, à cette âme de le sublimer autant que possible !

Victor Hugo disait du drame qu’il s’agissait d’un « mélange sur la scène de tout ce qui se mêle dans la vie » et ce spectacle en est exactement le reflet puisque sur scène les textes et la vie se mélangent à la perfection.

 

Jérémy Engler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *