Une visite au Musée des Beaux-Arts de Saint François, en Guadeloupe

La Guadeloupe est une région française qui est connue pour ses plages, ses palmiers et son climat tropical. Une région où l’on va en vacance pour profiter du soleil et de la mer turquoise. Cela est particulièrement vrai de la ville de Saint François, réputée notamment pour des sites comme la Pointe des Châteaux. Cependant si vous pensiez que cela est incompatible avec une sortie culturelle, alors vous auriez tort ! En effet, sur la marina de Saint François a ouvert le mois dernier le premier musée des beaux-arts de la Guadeloupe.

Une petite structure, mais riche en œuvres

© Jeremy Young
© Jeremy Young

En visitant le musée des beaux-arts de Saint François, il ne faut pas vous attendre à trouver une grande structure. En fait le musée couvre le rez-de-chaussée d’un petit immeuble moderne donnant directement sur la marina. Il ne compte que cinq sales où sont exposées les œuvres. Cependant cette petite structure a ses avantages. En effet elle permet une approche presque intime des tableaux qu’on peut s’approcher et contempler à loisir.
La période couverte en termes d’art va de la Renaissance avec notamment un tableau fait par un des élèves de Leonard de Vinci jusqu’aux œuvres les plus contemporaines et passant par l’art de l’estampe japonaise ou encore l’impressionnisme. Le musée met aussi en avant quelques sculptures, le tout dans un décor propre et épuré qui sait vraiment mettre en avant les œuvres.

L’accent mis sur les artistes Guadeloupéens

© Jeremy Young
© Jeremy Young

Le musée des beaux-arts de Saint François met l’accent sur plusieurs artistes originaires de la Guadeloupe et qui ont eu une carrière majeure dans le monde de l’art. C’est le cas par exemple d’un peintre des XVIIIe et XIXe siècles, Guillaume Guillon Lethière, né à Sainte-Anne (Guadeloupe) le 10 janvier 1760, et mort à Paris le 22 avril 1832. Pour beaucoup de gens (moi inclus), ce peintre peut être méconnu, mais pourtant une douzaine de ses œuvres sont dans les collections du musée du Louvre, six de ses œuvres sont dans les collections du musée de l’Histoire de France à Versailles, une des ses œuvre orne le palais présidentiel à Haïti et enfin une de ses œuvres se trouve au musée de l’Hermitage à Saint Petersburg. Ce peintre néo-classique a gagné le prix de Rome en 1784, il fut directeur de l’Académie de Rome, membre de l’Académie des beaux Arts et chevalier de la légion d’honneur. Il fut également l’ami et le protégé de Lucien Bonaparte. Le musée expose plusieurs de ses œuvres, mais aussi, comme il a enseigné l’art, des œuvres de ses élèves. Il est a noter que ce peintre a également inspiré l’artiste guadeloupéen Michel Deguil qui expose au musée une peinture en couleur inspiré par une gravure représentant le portrait en noir et blanc de Guillaume Guillon Lethière.

Le musée présente également des travaux d’Évremond de Bérard, un peintre varois de l’école française, né à Sainte-Anne (Guadeloupe) en 1824 et décédé à Paris en 1881. Artiste surtout connu par ses tableaux, reproduits en gravures, qui ont beaucoup servi d’illustration à des publications comme Le Tour du monde, L’Illustration ou Le Magasin pittoresque. Il laisse un ensemble d’œuvres très important, en dessins ou peintures sur l’Inde, l’Égypte, Madagascar, Zanzibar, les Antilles, le Brésil, le Sénégal…

Zoom sur…

© Jeremy Young
© Jeremy Young

En visitant ce musée, une œuvre attire particulièrement le regard. Il s’agit d’un tableau de STAN, artiste guadeloupéen contemporain. Il porte le titre La Promesse, mais il pourrait tout aussi bien s’appeler : Adam et Eve Créole. On dirait en effet la reprise de la scène classique d’Ève faisant manger le fruit défendu à Adam sauf que cette fois il ne s’agit pas de pomme mais de mangue. Les personnages et la végétation pourraient être sortis tout droit d’un tableau du Douanier Rousseau. Mais ce qui marque peut être le plus le visiteur c’est la puissance du bleu et sa luminosité. C’est tellement intense que l’on aurait presque l’impression de voir un vitrail éclairé par la lumière du soleil.

 

Jeremy YOUNG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *